Mission «Smart grids» aux Etats-Unis pour les pôles de compétitivité de l’énergie

CP – 2011-12-08 – Mission Ubifrance USA Smart grids Dans la continuité de la mission organisée en 2010, la mission Smart grids du 27 novembre au 3 décembre 2011 dans le Massachussetts et l’Illinois, États-Unis, conçue par S2E2 et organisée par Ubifrance et la Mission économique des États-Unis, avec le soutien de la DGCIS (Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi), regroupait les adhérents des quatre pôles français spécialistes de l’énergie : CAPENERGIES, DERBI, S2E2 et TENERRDIS. La délégation française était composée de 15 organismes : recherche et formation (4), groupes (3), PME (4) et les conseillers des pôles (4).

Sur le même sujet

Si l’objectif de la mission était de favoriser les rencontres en vue de nouer de futurs partenariats technologiques internationaux, chacun avait également l’objectif d’apprécier les retours d’expérience des projets démonstrateurs smart grids (réseaux électriques intelligents) mis en place aux États-Unis. Plusieurs enseignements ont été tirés de cette mission. La conception américaine du smart grid a évolué considérablement en l’espace d’un an. En effet, la majorité des premiers programmes américains étaient centrés sur le déploiement de compteurs intelligents ; le retourd’expérience montre que ces compteurs sont loin d’être suffisants pour garantir un réseau électrique plus fiable. L’approche américaine des smart grids, très orientée technologies de l’information et de la communication, souvent baptisée « Big Data », semble évoluer vers une d’une approche plus matérielle avec des produits permettant d’agirsur la production, la transmission et la consommation de l’énergie.

L’installation des compteurs a également montré l’importance de la prise en compte des consommateurs-utilisateurs, tel que l’a noté Jean-Philippe Fouquet du laboratoire ETIcS de l’Université de Tours, sociologue participant à la mission : plusieurs programmes se sont ainsi heurtés à leur indifférence voire à un rejet. Le nécessaire travail de sensibilisation et d’accompagnement au changement des consommateurs font que les programmes de déploiement plus récents s’intéressent alors davantage aux dispositifs de gestion énergétique chez le client. Enfin cette mission a été l’occasion de créer ou de renforcer des contacts, comme le précise Thierry Roux, PDG de Pulsar Innovation et d’apprécier que la France n’a pas pris de retard conséquent tel qu’on pourrait le croire en matière de smart grids comme en témoigne Paul BERTRAND, PDG de SmartFuture. Les représentants des pôles de compétitivité qui accompagnaient la mission envisagent en retour d’inviter en France leurs hôtes américains pour promouvoir les compétences et les activités nationales en matière de smart grid et d’efficacité énergétique dans les bâtiments notamment.

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte