SORELIA : le sens du contact et du toucher pour les robots une innovation FERROBOTICS

SORELIA : le sens du contact et du toucher pour les robots une innovation FERROBOTICS

De nombreuses applications industrielles qui nécessitent une sensibilité tactile, ne pouvaient pas jusqu’à présent être réalisées par un robot. La jeune société autrichienne FERROBOTICS représentée en France par SORELIA vient d’apporter une solution innovante et fiable à cette problématique. Un nouveau composant asservi, combinaison d’un capteur et d’un actionneur, se positionne simplement entre le robot et ses outils. Grâce à la collerette active « ACF » le bras travaille toujours la pièce idéalement avec un effort prédéfini constant et de manière autonome même sur des surfaces complexes.   Avec cette collerette, pour laquelle la jeune start-up issu de l’Université de Linz a reçu le prix de la Robotique au salon de Hanovre en 2011, les postes de travail de meulage, polissage, assemblage, collage etc. peuvent être désormais facilement automatisés.   Ce composant ne nécessite pas d’être contrôlé par la commande du bras du robot, mais s’ajuste  lui-même automatiquement en compensant les tolérances en dynamique. La collerette envoie les informations de situation de position et de force d’appui au contrôleur. Elle est équipée d’un capteur de pression dont celle-ci prédéfinie par l’utilisateur est contrôlée par sa commande électronique toutes les 10 millisecondes. Le système peut réagir instantanément et la qualité du process s’en […]

Sur le même sujet

De nombreuses applications industrielles qui nécessitent une sensibilité tactile, ne pouvaient pas jusqu’à présent être réalisées par un robot. La jeune société autrichienne FERROBOTICS représentée en France par SORELIA vient d’apporter une solution innovante et fiable à cette problématique.

Un nouveau composant asservi, combinaison d’un capteur et d’un actionneur, se positionne simplement entre le robot et ses outils. Grâce à la collerette active « ACF » le bras travaille toujours la pièce idéalement avec un effort prédéfini constant et de manière autonome même sur des surfaces complexes.

 

Avec cette collerette, pour laquelle la jeune start-up issu de l’Université de Linz a reçu le prix de la Robotique au salon de Hanovre en 2011, les postes de travail de meulage, polissage, assemblage, collage etc. peuvent être désormais facilement automatisés.

 

Ce composant ne nécessite pas d’être contrôlé par la commande du bras du robot, mais s’ajuste  lui-même automatiquement en compensant les tolérances en dynamique. La collerette envoie les informations de situation de position et de force d’appui au contrôleur. Elle est équipée d’un capteur de pression dont celle-ci prédéfinie par l’utilisateur est contrôlée par sa commande électronique toutes les 10 millisecondes. Le système peut réagir instantanément et la qualité du process s’en trouve ainsi nettement améliorée.

 

Grâce à un logiciel propre, une rampe peut être programmée : « Ainsi comme avec un bras humain le bras du robot peut se positionner doucement en contact de la pièce puis appliquer progressivement son effort » explique Philippe Richard, Directeur général de SORELIA .

 

La collerette, disponible en plusieurs tailles, avec 35 à 100mm de course, sera simplement alimentée en air comprimé et en courant continu de 24V. Elle communique avec l’automate par une simple liaison Ethernet.

Les robots ont maintenant grâce à SORELIA et FERROBOTICS le sens du contact et du toucher et leur domaine d’utilisation s’en trouve ainsi particulièrement élargi.

 

Le produit  « ACF » de FERROBOTICS sera présenté en fonctionnement sur le stand SORELIA lors du prochain salon industrie de Paris du 26 au 30 mars.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte