En rencontrant Christophe GONOD – Dossier Lumières n°3

« Faites entrer la lumière ! »

Tel était l’un des mots d’ordre donné, dès 2008, aux concepteurs du Woopa, rappelle Christophe Gonod, ingénieur projet Électricité au sein du BET Katene. Ce, de plusieurs façons !

Sur le même sujet

« Faites entrer la lumière ! »
Tel était l’un des mots d’ordre donné, dès 2008, aux concepteurs du Woopa, rappelle Christophe Gonod, ingénieur projet Électricité au sein du BET Katene. Ce, de plusieurs façons !

Par les fenêtres et via le patio, bien sûr, avec occultations blanches pour plus de confort. Mais, aussi, via « des bandeaux filants » architecturaux n’offrant aucune interruption entre les châssis vitrés, y compris au droit des refends. Cette solution permet d’amener la lumière naturelle dans tous les bureaux de manière uniforme, tout en limitant la surface vitrée afi n de conserver une enveloppe performante puisque les allèges sont opaques.

Par ailleurs, pour le choix de la fluorescence, Christophe Gonod rappelle que cette solution a été prise durant les années 2009/2010.

À cette époque, même si la technologie LED commençait à être étudiée pour l’éclairage général, la comparaison avec les performances de la fluorescence ne lui était pas favorable :
– fort éblouissement ;
-température de couleur inappropriée ;
– consommation d’énergie non vérifiée

et, surtout, souligne l’ingénieur projet, un prix excessif. Et de préciser que « 1 lm/W LED coûtait alors quatre fois plus cher qu’1 lm/W Fluo, même si le luminaire était équipé d’une superbe grille de défilement ».

Aujourd’hui, corriget- il, « mon propos est un peu plus nuancé », les éblouissements et températures de couleur étant mieux traités. « Toutefois, un inconvénient majeur persiste avec la perte de rendement final des luminaires. »

Quant au prix de la solution LED, il n’est ramené qu’à 3, voire 2, 5 fois plus élevé que celui d’une solution fluo.

Enfin, la suppression des faux plafonds étant tendance, l’éclairage indirect reste-t-il approprié ?

« Oui, répond Christophe Gonod, car l’essentiel ne consiste pas à éclairer uniquement le plafond mais, surtout, le plan de travail. » Ce que permettent les luminaires utilisés dans le Woopa qui assurent de 60 à 70 % d’éclairage direct et de 30 à 40% d’indirect… pour l’ambiance.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte