Nouvelles perspectives Lumières n°3 – L’histoire de Petitjean

Nouvelles perspectives Lumières n°3 –  L’histoire de Petitjean

Créée en 1946 par Daniel Petitjean, l’entreprise éponyme troyenne s’est développée, durant les « trente glorieuses », avec l’essor de l’éclairage public et celui des télécommunications. Ensuite, les années furent moins glorieuses, l’entreprise étant passée entre les mains de sept propriétaires en 25 ans… dont le canadien IUS (International Utility Structures) qui en a vendu plusieurs fleurons, et l’italien Technopali qui en a déposé le bilan en novembre 2011… Complémentarité Et pourtant ! « Cette entreprise possède des talents spécifi ques ainsi que la capacité à innover dans un domaine où l’esthétique, associée à la prise en compte des réalités environnementales, sont devenues essentielles », considère Paul Quéveau, nouveau directeur général de Petitjean depuis que, en février dernier, le groupe saoudien Al-Babtain a pris le contrôle de l’entreprise française. « Comme Petitjean, Al-Babtain est un industriel connaissant les métiers de conception et de fabrication des poteaux et mâts », poursuit Paul Quéveau en précisant que le groupe, créé en 1955 et réalisant aujourd’hui 220 M€ de CA(1), compte deux unités de production implantées à Riyad, en Arabie Saoudite, et au Caire, en Égypte. Cette production est principalement commercialisée autour du bassin méditerranéen, en Afrique, au Moyen-Orient et en Russie, régions […]

Sur le même sujet

Créée en 1946 par Daniel Petitjean, l’entreprise éponyme troyenne s’est développée, durant les « trente glorieuses », avec l’essor de l’éclairage public et celui des télécommunications.

Ensuite, les années furent moins glorieuses, l’entreprise étant passée entre les mains de sept propriétaires en 25 ans… dont le canadien IUS (International Utility Structures) qui en a vendu plusieurs fleurons, et l’italien Technopali qui en a déposé le bilan en novembre 2011…petitjean-1

Complémentarité

Et pourtant ! « Cette entreprise possède des talents spécifi ques ainsi que la capacité à innover dans un domaine où l’esthétique, associée à la prise en compte des réalités environnementales, sont devenues essentielles », considère Paul Quéveau, nouveau directeur général de Petitjean depuis que, en février dernier, le groupe saoudien Al-Babtain a pris le contrôle de l’entreprise française.

« Comme Petitjean, Al-Babtain est un industriel connaissant les métiers de conception et de fabrication des poteaux et mâts », poursuit Paul Quéveau en précisant que le groupe, créé en 1955 et réalisant aujourd’hui 220 M€ de CA(1), compte deux unités de production implantées à Riyad, en Arabie Saoudite, et au Caire, en Égypte. Cette production est principalement commercialisée autour du bassin méditerranéen, en Afrique, au Moyen-Orient et en Russie, régions du monde où Petitjean n’était pas présent.

« Les complémentarités géographiques sont importantes notamment en ce qui concerne les produits de type grands mâts pour les stades ou l’éolien, par exemple », estime le DG en rappelant que 40 % des 60 M€ de CA réalisés par l’entreprise française sont enregistrés à l’export, principalement sur les marchés européens, sud-américains, africains, australiens et néozélandais.

Marque Premium

« Al-Babtain a choisi de développer le savoirfaire industriel d’une entreprise française leader dans son secteur, se félicite Paul Quéveau même si, au-delà des discours, les collectivités peuvent préférer le seul critère prix. »
Au 1er septembre, l’engagement du groupe saoudien s’élève à 20 M€ auxquels s’ajoutent 9,5 M€ d’investissements pour la mise en oeuvre d’une nouvelle ligne de galvanisation et de finition, « l’industrie du mât étant avant tout une activité de main-d’oeuvre requérant un savoir-faire particulier », précise Paul Quéveau.

petitjean-2Savoir-faire qui, au niveau de l’activité éclairage, se décline en trois gammes de produits : fonctionnelle, décorative et de grande hauteur.

L’objectif du groupe ? « Positionner Petitjean en marque Premium afi n d’en consolider son rang de leader européen », poursuit le DG en levant le voile sur la synergie des produits à développer :
– la gamme « décorative », pour les marchés du Moyen-Orient ;
– la ligne « Tour », conçue par Al-Babtain, en complément des mâts tubulaires, pour les marchés d’énergie.

Rendez-vous nous est donné au salon des Maires, les 21 et 22 novembre prochains.
À suivre donc… // Jacques Darmon

(1) Ce CA se partage en quatre secteurs d’activité : éclairage

extérieur ; transmission et distribution ; télécommunication ;

stations d’essais.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte