CSEEE – actualités – Électriciens : ce qu’ils représentent aujourd’hui – Électricien3e n°39

Les entreprises adhérentes CSEEE et leurs activités

Profession bien ancrée dans le monde du bâtiment, les électriciens sont en première ligne des mutations du secteur. Leurs particularités n’en font que s’accentuer.

Avec un montant de commandes annuelles évalué à 28 milliards d’euros en 2010, le secteur des travaux électriques représente environ 17% du volume de travaux Bâtiment et travaux publics. Il représente en France une force de production d’environ 267 400 actifs travaillant dans 48 700 établissements (Insee). En Île-de-France, première région en termes de marché, environ 6 000 entreprises ou artisans, soit 44 000 actifs, réalisent un chiffre d’affaires évalué à 4,9 milliards d’euros.

Sur le même sujet

Des profils hétérogènes

Dénombrer les électriciens n’est pas chose facile. Les codes NAF 453A (class. 2003) ou 4 321 (class. 2008) recensent bien les établissements ayant pour activité principale les travaux électriques. Cependant certains emploient également des salariés d’autres spécialités. De même, on trouve des électriciens dans les entreprises générales, de génie climatique ou d’équipement technique, sans compter l’industrie. Le secteur du génie électrique a plusieurs particularités très prononcées. Il englobe des acteurs de tailles très différentes. D’une extrémité à l’autre, les majors qui réalisent autour de 54 % du CA du secteur et les artisans autour de 28 %. Les 22 % restants étant partagés par un tissu de TPE, PME et entreprises de taille intermédiaire. Autre particularité, une multitude de spécialités autour d’un tronc commun, la conception et la réalisation d’un réseau électrique proprement dit dans un bâtiment. Certaines entreprises vont se spécialiser en aval de ce réseau : éclairage, appareillage terminal, et applications frôlant quelquefois le software (automatismes, matériel actif, etc.) D’autres en amont : alimentations, photovoltaïque, etc.

Des enjeux DaDaptation constants pour les entreprises

En dépit de la diversité de tailles et de spécialités, les entreprises de génie électrique ont beaucoup d’enjeux communs à relever. L’évolution des matériels a été telles, que d’anciens savoir-faire des électriciens sont devenus inutiles ou caducs. Pose et raccordement sont bien souvent simplifiés. La valeur ajoutée s’est déplacée vers la capacité à concevoir un ensemble, à gérer la cohabitation des réseaux et à donner une réponse technique à une demande formulée en termes d’usage. La dimension service donne de la valeur alors que la prestation peu qualifiée évolue vers le modèle du low-cost : ultra concurrentielle, bradée et quasi industrialisée. De plus en plus, la profession élargit son grand écart entre prestation banalisée et savoir-faire de pointe. Le capital humain devient de ce fait encore plus stratégique dans la création de valeur par l’entreprise. Face au client, la compétence renforce l’entreprise. Elle permet l’accès à des segments de marché moins sensibles à la surenchère aux prix bas.

Des Dirigeants sous pression

Du côté des dirigeants, les aspects non directement productifs de la fonction prennent une importance croissante. L’administratif et le financier, les ressources humaines, le commercial, la prévention et la sécurité, la veille réglementaire et normative sont des préoccupations aussi quotidiennes que l’avancée des chantiers. Encore souvent technicien, mais devenu obligatoirement gestionnaire, le chef d’entreprise d’électricité a plus un profil de dirigeant standard qu’autrefois. Ses besoins sont d’être informé rapidement, d’agir avec précision, de prévenir les risques, de maintenir ses connaissances, de gagner du temps. Il doit pour cela s’appuyer sur un personnel compétent et des partenaires spécialisés et réactifs. La CSEEE lui donne l’opportunité de s’insérer dans un environnement professionnel favorable et en capacité de l’assister ou de lui trouver des solutions adaptées à la défense de son entreprise ou son développement. Il pourra également développer un réseau utile de confrères, ou de professionnels proches du secteur en mesure d’être mobilisés dans certaines circonstances de la vie de l’entreprise.

la cseee en 2011

Les attentes des entreprises et de leurs dirigeants sont vastes et nombreuses. L’objectif de la CSEEE est de leur donner des moyens de répondre à bon nombre d’entre elles en restant dans un environnement professionnel spécialisé, entièrement dédié à la défense et la promotion du métier. La CSEEE est administrée par des chefs d’entreprises élus parmi ses adhérents. En 2011, la CSEEE rassemble 250 entreprises adhérentes comptant environ 20 000 salariés en Île-de-France. Ces entreprises génèrent un chiffre d’affaires d’environ 2,7 milliards d’euros pour la seule région Île-de-France. Elles couvrent un large ensemble de spécialités.

L’activité tertiaire est très présente en Île-de-France

L’activité tertiaire est très présente en Île-de-France

Toutes les tailles d’entreprises se retrouventdans l’effectif adhérent CSEEE

Toutes les tailles d’entreprises se retrouvent
dans l’effectif adhérent CSEEE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Chambre syndicale des entreprises d’équipement électrique de Paris et sa Région – CSEEE – a pour objet de représenter les entrepreneurs du secteur, défendre les intérêts de la profession et promouvoir le savoir-faire. Sa création remonte à 1881. Organisation de proximité et de contact direct, la CSEEE est affiliée à la Fédération française des entreprises de génie électrique et Énergétique (FFIE), à la Fédération française du bâtiment (FFB) Grand Paris. Elle est certifiée ISO 9001.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte