Dossier – Électricien3e n°44

Gérer sa maison depuis sa tablette ou son smartphone

L’ÉVOLUTION DES INTERFACES DE CONTRÔLE

L’une des avancées importantes de la domotique ces dernières années a été l’évolution de la commande. D’abord télécommande puis écran tactile ou non, elle migre depuis vers la tablette et le smartphone avec des promesses marketing alléchantes. L’objectif étant de permettre l’accès à un tableau de bord énergétique informant en temps réel de la consommation électrique de la maison, mais aussi et surtout en apportant un confort d’utilisation et de vie.

Sur le même sujet

La tablette et le smartphone, perçus dans un premier temps comme une révolution, ne sont en réalité que des terminaux supplémentaires pour accéder à l’information. Autrement dit, il est maintenant possible de piloter tout ou partie de sa maison à partir : d’une télécommande, d’un écran digital fixe, d’un ordinateur connecté à Internet, du smartphone ou de la tablette.

Alors que 34 % des cadres disposent d’un smartphone, soit le double de la population moyenne, et 4 % des Français sont équipés de tablettes, l’accès aux informations domotiques via ces terminaux se généralise. Mais aucune de ces interfaces ne se substitue aux autres. La tendance du pilotage domotique se dirige vers les solutions iDevices/Android/Windows et non plus vers les télécommandes propriétaires (tactiles ou non). En effet, le coût d’investissement de l’interface étant pris en charge par l’utilisateur pour d’autres fonctions, le ticket d’entrée pour des solutions pilotables est largement réduit.

Piloter son confort

Avoir des commandes sur tablettes ou smartphone déplace la domotique du terrain technologique vers le confort. Il est temps de penser sa maison automatisée comme un apporteur de bien-être et de confort. L’argument qui revient est celui du gadget. Oui, c’est vrai pour certaines fonctions. Mais comment ne pas apprécier de prendre une télécommande unique qui vous permette de remplacer les 3 télécommandes du home cinéma, de descendre les stores, d’éteindre les lumières ou mieux de grader la lumière pour créer une ambiance, tout en restant sur le canapé. Une maison chaleureuse, confortable, sécurisante, économique où il fait bon vivre en famille et entre amis… la nouvelle domotique apporte aujourd’hui tout ce bien-être. Éclairage, chauffage, volets roulants, vidéosurveillance, contrôle d’accès, alarme, arrosage sont dorénavant pilotables par des scénarios que l’utilisateur définit. Mais la véritable innovation est le contrôle à distance même si, selon Emmanuel Ballandras, chef de produit MyHome chez Legrand, « la personne est d’abord séduite par la possibilité de commande en local ».

Qui va aller regarder comment se comporte sa chaudière à distance ? Personne. Sauf de retour de weekend pour mettre en chauffe la maison. Par contre, celui qui a un parent qui vit seul dans sa maison loin de ses enfants, sera ravi de savoir que tout va bien sans passer un appel téléphonique. « Si les capteurs de présence ne détectent pas de mouvements pendant une heure, le proche reçoit un SMS l’alertant d’un problème », indique Gwenaël Le Routier, chef produit Tebis chez Hager. Recevoir l’information que vos enfants rentrent à la maison à l’heure en étant prévenus d’un SMS, pouvoir leur ouvrir la porte quand ils ont oublié leurs clés est encore une fois rassurant.

Emmanuel Ballandras souligne toute la force du téléphone et précise que le « contrôle sur iPhone sera de plus en plus populaire, c’est un appareil que l’on a toujours sur soi : c’est l’accessibilité. » Pour précision, plus de 17 millions d’iPhone circulent à ce jour dans le monde. Mais il faut reconnaître que la beauté des interfaces tactiles séduit les utilisateurs.

Simplifier la vie des utilisateurs

Cette solution domotique permet de regrouper et de déclencher plusieurs fonctions électriques de la maison en un même point de commande. Ainsi, à partir du smartphone ou de la tablette, le client commande l’allumage des luminaires, la mise en mode confort du chauffage et la fermeture des volets des chambres… Pour le plus grand confort, ces commandes centralisées permettent de créer des scénarios de vie et de les lancer ou de les programmer selon les envies et surtout automatiquement au bon moment. Programmer que la lumière des enfants soit gradée pour un réveil en douceur, que leur store se lève, permet à la famille de démarrer du bon pied. L’installateur doit guider le client dans la réalisation des premiers scénarios de vie et le conseiller dans leur création : « travail », « retour école », « week-end » ou « coucher ».

Ce pilotage à distance est avant tout un moyen de contrôle. En toute logique, l’intégration domotique doit permettre à la maison de vivre et de s’adapter à son environnement. Si l’habitant rentre plus tard du travail en hiver, la maison doit d’elle-même descendre les stores à la nuit tombée, ajuster le chauffage selon les besoins énergétiques : si les enfants sont rentrés, 19 °C et allumage des lumières, si la maison est vide et sans mouvement, 17 °C sans lumière. L’utilisateur n’a plus qu’à contrôler si tout est bon  par Internet

Piloter son système de surveillance depuis internet.

Le rapport avec le domicile change. Cet accès à distance permet de contrôler les allers et venues. Il est tout à fait possible de répondre à partir du téléphone à quelqu’un sonnant à l’interphone. L’illusion d’une présence permanente est totale. Si l’utilisateur ne souhaite pas être dérangé au travail ou pendant ses vacances, il sera informé des visites et à quelle heure, car les visiteurs qui sonnent à la porte sont enregistrés par vidéophone. Le système offre la possibilité de consulter le site Internet d’accès à votre maison. L’habitant peut même savoir si le visiteur a laissé un message sur le vidéophone et à quelle heure ! Ce qui peut se révéler très important en cas d’effraction. Dans le cas d’une vidéosurveillance, les caméras sur IP, obligatoirement connectées à un détecteur de présence, enregistrent ce qui se passe dans votre maison, dès lors que l’alarme se déclenche. Les images ainsi filmées sont consultables à partir d’Internet. Ce contrôle à distance se nomme « la levée de doute », et permet d’éviter de s’inquiéter en cas de fausse alerte. Reliée aux détecteurs de mouvement ou aux contacteurs de fenêtres, la box Internet installée communique avec tout le système de surveillance. Si l’alarme se déclenche, le scénario entraîne l’ouverture des volets roulants, l’allumage des lumières, le déclenchement d’une sirène et verrouille les accès.

Le rôle de l’installateur

L’installateur domoticien, qu’il soit issu du courant fort ou du courant faible, doit être pédagogue et expliquer la simplicité de l’outil. Car l’ajout de cette fonction distante ne porte que sur du conseil. Il suffit d’intégrer au boîtier électrique le serveur web quasi plug&play. Toutes les versions de base des différents fabricants intègrent un accès serveur sécurisé. Certains comme Hager disposent d’un mappage des ports alors que Legrand propose un adressage IP mobile changeant en permanence. Plus de 100 000 installations dans le monde sans aucun piratage connu. L’installateur doit être force de prescription au moment de la programmation. Il ne faut pas avoir peur de conseiller puis de former le client. La vente de prestations de service prend toute sa dimension. D’ailleurs, il est prouvé que l’installateur a parfois plus de doute sur la sécurité que le client qui considère que, si les fabricants proposent l’offre, c’est que l’application est totalement sûre.

Tout le travail de l’installateur domotique porte sur le conseil et sa capacité à faire comprendre au client le confort de vie qu’il a en installant une centrale domotique : terminé les tâches fastidieuses et assurer la tranquillité d’esprit lors des absences de la maison. L’envoi d’informations sur un smartphone et le contrôle à distance de la maison n’étant que le dernier argument qui doit permettre la signature et l’installation de la domotique. La connexion à distance n’en est qu’à ses débuts. Aujourd’hui, 62 millions de machines sont connectées. En 2020, ce sera 2,1 milliards.

LE SAMSUNG GALAXY S3 pour contrôler les chambres d’hôtel

L’accès à distance à partir d’un smartphone se démocratise. Samsung s’est associé à Fingi Inc, afin d’offrir une gamme complète de services aux résidents de l’hôtel Holiday Inn London Stratford City : le contrôle à distance des réglages.

La solution conjointe combine le Galaxy S III avec une application entièrement personnalisable pour fournir une connectivité complète et une solution de la salle de contrôle. La solution mobile offre une solution flexible, évolutive et facile à installer grâce à un Holiday Inn téléchargeable pour Android app. Après la deuxième phase de l’installation, l’application personnalisée permettra à l’hôtel d’étendre les services tels que le check-in/out express, les services hôteliers, y compris un service de chambre, service de blanchisserie et réservation des installations hôtel, et la possibilité d’utiliser le Galaxy S III en tant que l’extension de téléphone dans la chambre.

La solution mobile offre une solution complète de contrôle intégré de téléviseurs, de l’éclairage, de la climatisation, et de nombreuses autres fonctions audiovisuelles dans la chambre. Le smartphone devient même la clé de la chambre.

ARGUMENTAIRE DE VENTE pour domoticiens

Il n’est pas toujours évident de maîtriser son argumentation commerciale pour présenter au client les avantages de la domotique. Il n’est pas nécessaire pour cela de parler technologie sauf à avoir un féru de technique en face de soi. Ce qu’il faut, c’est tenir son discours et y croire.

Dans le cas de la domotique, il faut faire toucher du doigt les fonctionnalités.

Emmener le futur utilisateur dans une maison témoin d’un fabricant ou d’un intégrateur peut être l’élément déterminant.

À connaitre par cœur

Centralisation des commandes

Toute l’installation est à portée de main. Il n’est plus nécessaire de se déplacer pour actionner un appareil. Dans le cas d’un smartphone, le terminal remplace toutes les télécommandes de la maison, ce qui n’est pas négligeable.

Retour d’information

Permet de s’assurer que l’ordre passé a bien été appliqué. Permet de visualiser les fonctionnalités actives : éviter le gaspillage.

Concrétiser la domotique

L’usage de la domotique est palpable. Un support « technologique » qui est plus en rapport avec la promesse de l’univers domotique.

Rendre la domotique intuitive

Il n’est plus nécessaire de mémoriser quel BP fait quoi… tout est clairement balisé (fonction/commande/pièce).

Accès à distance

Connexion permanente avec la maison. On active/désactive les fonctions à distance. On vérifie ce qu’il se passe.

Utilisation des terminaux des clients

Réduction du ticket d’entrée. Pas d’apprentissage particulier.

Évolutivité du système via mise à jour gratuite

Un système toujours à jour. Intégration des nouveautés hardware. Nouvelles fonctionnalités gratuites.

Convergence des différents univers, alarme, domotique, vidéosurveillance Tableau de bord complet mais à géométrie variable.

Article réalisé avec le concours de Hager 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte