Tendances et marchés – Électricien3e n°44

Contrôle d’accès : une croissance continue

Ignes, le syndicat des industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire, a publié les chiffres du secteur. Le contrôle d’accès résidentiel a connu une forte accélération depuis trois ans, en partie en raison de la loi relative à l’accessibilité des personnes handicapées, obligeant les propriétaires et bailleurs à positionner des systèmes d’accès vidéo dans les bâtiments d’habitation collectifs neufs et existants.

Sur le même sujet

Le déploiement du système Vigik sur les grands ensembles (logement social) est estimé à 75 % alors que pour le marché de la copropriété il est estimé à 30 %. Ce dernier, de par son modeste taux d’équipement et les obligations liées à la loi sur la prévention de la délinquance, contribue à la forte hausse de Vigik, proche de 9 %.

Sur un marché estimé à 150 M, affichant une progression de 9,2 % par rapport à 2010, les constructeurs d’Ignes concernés par ce domaine d’activité représentent plus de 50 %. La forte implication des industriels français en termes de R&D dans les systèmes RFID (technologie Mifare et NFC sans contact) a permis d’apporter de véritables solutions de gestion et d’usage. Le badge sans contact devient un support technologique incontournable.

Le marché du contrôle d’accès tertiaire, qui est estimé à 125 M, a enregistré une progression de 3 %. Les membres d’Ignes, pour leur part, affichent une hausse de l’ordre de 3 %. Cette dynamique est en particulier due à l’interopérabilité des systèmes d’accès associés aux systèmes de vidéosurveillance et de détection d’intrusion. lité

Perspectives 2012 : Manque de visibilité

La forte croissance constatée sur l’année 2011 se confirme au 1er semestre 2012. Toutefois, les perspectives pour le second semestre manquent de visibilité. Pour le résidentiel, deux facteurs laissent entrevoir une moindre croissance. Il s’agit, d’une part, de la crise ambiante qui a pour effet direct un ralentissement de l’activité de construction de logements neufs, à l’exception de la construction et de la rénovation des logements sociaux qui restent une priorité nationale. D’autre part, on constate la disparition de l’effet « vidéo », généré les années précédentes par la transformation d’équipements de portier audio en portier vidéo, ces derniers étant maintenant systématiques.

À titre d’exemple, un badge RFID associé au système Vigik devrait être le support de référence pour, non seulement le pilotage des systèmes domotiques de l’habitat, mais aussi les nouvelles applications du développement durable, comme la gestion du tri sélectif.

Concernant le tertiaire, l’impact positif de l’année présidentielle devrait être confronté à une conjoncture économique très mauvaise, et donc, au global, se traduire par une stagnation pour l’année 2012.

Olivier Gainon, délégué général Ignès

Quels sont, selon vous, les principaux défis pour le contrôle d’accès dans les années à venir ?

Olivier Gainon : Pour le résidentiel, les outils de contrôle d’accès sont actuellement vus comme des systèmes de prévention et de sécurité. Or ces outils électroniques, de par leur souplesse d’utilisation,

vont devenir des supports pour des services variés destinés aux habitants (services à la personne, livraisons, prévention, etc.). L’idée de pouvoir gérer simplement son accès en choisissant qui peut entrer chez soi et à quel moment va modifier fondamentalement notre relation à notre lieu de vie. Les services imaginables sont multiples : vous prévenir que vos enfants sont bien rentrés à la maison car ils auront utilisé leurs badges, faciliter l’accès de tiers pour les personnes âgées (aidants, médecins…) et être prévenu à distance d’une visite, etc. Bien entendu, il faudra que tout cela se fasse dans le respect de la vie privée et donc en prévoyant des règles sur l’utilisation des données. C’est pourquoi nous travaillons en lien avec la CNIL sur différents sujets. Pour les bâtiments tertiaires, l’enjeu reste toujours une meilleure intégration de ces systèmes dans les outils de gestion globaux du bâtiment, notamment avec des systèmes de détection d’intrusion : le contrôle d’accès permet de savoir qui entre et sort pendant les heures d’ouverture (rôle de filtre), alors que, pendant les heures de fermeture, le système d’intrusion permet de détecter un éventuel intrus. Pour autant, il s’agit avant tout dans ce cadre de produits et systèmes de sécurité, donc il convient de garder une qualité irréprochable. Nous ne sommes pas dans un domaine où le système peut se permettre de « planter » plus ou moins régulièrement…

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte