Grand Angle – Datacenter Interxion PAR7, Le datacenter haute densité dernière génération

Le 29 novembre 2012, Interxion inaugurait son 7e datacenter en France : Interxion PAR7, le plus gros investissement jamais engagé par le groupe néerlandais (132 M€) et qui fait d’Interxion France la première filiale de ce fournisseur européen de datacenters mutualisés.

Sur le même sujet

Implanté sur une ancienne friche industrielle de La Courneuve (93), les travaux auront mobilisé 130 personnes et 40 corps de métier, entre l’été 2011 (dépollution du site, fondations) et juin 2012, date de la mise à disposition des premières salles informatiques.

L’objectif d’Interxion est de proposer 9 000 m2 d’espaces équipés selon un projet mené en deux temps : une première tranche de 4 500 m2, opérationnelle depuis août 2012, suivie d’une deuxième, les deux sites n’en constituant plus qu’un.

Pour répondre aux besoins d’efficience énergétique, d’évolutivité technologique, de modularité, de continuité de services et de sécurisation du site, les toutes dernières technologies ont été mises en œuvre. Une excellence opérationnelle qui frappe le visiteur dès qu’il pénètre dans ce bâtiment hautement sécurisé et visite les installations techniques (3 000 points permettent une surveillance et une gestion centralisée de l’ensemble des installations du site).

On l’oublie trop souvent, derrière l’image de la puissance informatique hébergée par ces grands datacenters, il y a un savoir-faire industriel pointu souvent ignoré, que Fabrice Coquio, président d’Interxion France, a tenu à mettre en évidence tout au long de la soirée inaugurale et plus encore, bien sûr, pendant la visite des zones techniques. « Le constructif entre pour 20 % dans le coût d’un datacenter quand la partie électricité en représente 45 %, a-t-il rappelé. La puissance électrique d’Interxion PAR7 (60 MW) correspond à la consommation électrique d’une ville de 50 000 habitants. Nous sommes capables de fournir plus de 2 000 W/m2, soit deux fois plus qu’un datacenter en général. En schématisant, on pourrait dire qu’un datacenter est d’abord une usine électrique et de la gestion d’électricité. » De fait, Interxion PAR7 offre de la très haute densité. L’infrastructure redondante assure un service continu sans interruption dit en très haute disponibilité de 99,999 %.

8 groupes électrogènes de 3 MW8 groupes électrogènes de 3 MW

L’économie numérique, c’est aussi de l’industrie lourde, a rappelé Fabrice Coquio en présentant les groupes électrogènes du site : « Un moteur comme ceux de nos groupes électrogènes équivaut à celui d’un paquebot qui traverserait la mer de Chine, et, pour Interxion PAR7, nous en avons 8 ! » D’une puissance de 3 MW chacun, totalement automatisés avec deux niveaux de démarrage par équipement, ces « monstres » de plus de 6 tonnes sont préchauffés en permanence pour pouvoir démarrer à tout moment. 280 000 l de fioul stockés sur le site garantissent une autonomie de 72 heures à pleine charge.

Un circuit fermé d’eau glacéeUn circuit fermé d’eau glacée

Les énormes tuyaux en Inox de 500 mm, qui courent en terrasse et traversent le bâtiment de part en part pour le refroidissement sur mesure de chacune des 22 salles clients, transportent de l’eau glacée glycolée entre 13 et 14 °C. L’eau revient à environ 25 °C dans ce circuit fermé. Il n’y a pas de consommation d’eau en dehors du remplissage de ce circuit qui fonctionne en double boucle et par tronçons pour pouvoir rerouter en cas d’interruption.

Des onduleurs de 1,4 MWDes onduleurs de 1,4 MW

Pour nettoyer et corriger le courant délivré par EDF (double alimentation de 32 MVA) mais aussi pour synchroniser les phases d’alimentation du site le temps que les moteurs des générateurs atteignent leur pleine puissance avec notamment l’alimentation des batteries, Interxion PAR7 est équipé de chaînes redondantes d’onduleurs de 1,4 MW chacun. À noter que ce datacenter est un des rares à distribuer du courant à 20 000 V en interne, la plupart des DC distribuant 400 V. L’intérêt est d’avoir moins de perte en ligne et de gagner sur la consommation d’électricité ; une option rendue possible par la taille du datacenter.

Les toutes dernières technologies en matière de sécurité

Pas moins de 200 caméras, une équipe spécialement formée et présente 24/7/365 et des technologies de pointe ont été mises en place pour assurer la sécurité du site et de ses installations. Carte d’accès, identification du réseau veineux de la paume de la main et contrôle de la forme du corps par caméra thermique se combinent pour autoriser le simple accès aux zones techniques et aux salles clients. Près de 1 500 détecteurs assurent par ailleurs la protection incendie.

7 machines de free-cooling

Interxion PAR7 a mis en place un système « total free-cooling » qui, dès que la température extérieure est < 14 °C, prend le relais sur les automates et les compresseurs ; le refroidissement se fait alors par échange thermique extérieur.
« La moitié du temps, à Paris, il est possible de refroidir “gratuitement” en free-cooling, selon Fabrice Coquio. Il y a 7 machines opérationnelles actuellement, mais tout est déjà prévu pour augmenter ce parc en fonction de la charge consommée par les clients, ajoute-t-il. L’objectif est de ne pas mettre plus d’infrastructure que nécessaire pour être le plus efficace possible énergétiquement. » Pour chaque machine, c’est un coût de 1 M€ engagé (équipement, installation, connexion au réseau sur le principe du « plug & play »), soit 15 à 20 % de plus qu’un système conventionnel, mais le président d’Interxion France l’affirme : l’option est largement rentabilisée par la performance du système, raison pour laquelle le groupe Interxion utilise le free-cooling depuis 4 ans dans ses nouveaux datacenters.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte