Avis d’expert – JP Hervet Crestron – Électricien3e n°43

JEAN-PHILIPPE HERVET, directeur général Crestron France

Les enjeux du numérique sur le multiroom
Le basculement de l’analogique vers le numérique dans la diffusion des signaux audio et vidéo est une révolution considérable. Si l’on reconnaît volontiers une hausse sensible de la qualité en termes de finesse d’images et de son, il ne faut pas perdre de vue qu’elle entraîne des changements profonds dans nos métiers. Si nos clients continuent de vouloir s’équiper en systèmes capables de gérer le multiroom audio ou le multiroom vidéo, il nous faut trouver les solutions pour gérer les standards et les sécurités de ce que l’on appelle communément la HD.

Sur le même sujet

D’emblée, il faut bien noter que réaliser une installation en multi-room vidéo ne signifie pas qu’on peut aussi bien réaliser une multiroom audio. Un système « sans l’image » n’est pas nécessairement plus facile à mettre en place. Autrement dit, qui peut le plus (audio et vidéo) ne peut pas forcément le moins (audio seul). Pour bien comprendre, il faut prendre en compte les spécificités des pièces où les installations sont nécessaires. Les lieux et leurs usages dictent des impératifs et délimitent le champ des possibles. L’exemple le plus parlant est la salle de bains où, sous la douche, on peut apprécier d’écouter la radio mais où la présence d’un écran semble superflue. Les spécificités sont également une question d’esthétique tout autant que d’impératifs techniques. Dans une salle d’eau toujours, on ne tient pas à ce que des enceintes ou un écran provoquent des problèmes électriques et se retrouvent hors service à cause de la haute hydrométrie, et qu’il faut protéger en conséquence.

Ces contraintes sont en réalité d’excellents arguments pour stimuler nos ingénieurs ! En matière de transfert multiroom audio et vidéo, nous avons depuis déjà quelques années développé des systèmes capables de gérer des signaux vidéo de source et de nature très diverses (composite, S-Vidéo, HDMI…). Le HDMI justement, pour une utilisation grand public et aussi professionnelle et le HDSDI, professionnel broadcast s’impose depuis trois ans dans tous les secteurs, autant aux États-Unis qu’en Europe, mais comporte des contraintes, à commencer par la grande difficulté à diffuser sur plusieurs écrans une vidéo tirée d’un lecteur Blu-Ray. Tous les lecteurs, décodeurs et autres écrans plats sont désormais équipés d’une prise HDMI, reliée par des câbles de Catégorie 5 sur la qualité desquels nous encourageons surtout à ne pas transiger.

La meilleure astuce aujourd’hui pour se créer un système multi-room capable de gérer à la fois l’audio et la vidéo consiste, le plus souvent à partir d’une source unique comme la box CanalSat, de séparer les canaux. Concrètement, je veux regarder une émission culinaire sur mon écran dans la cuisine, je peux transférer image et son par un contrôle tactile. Si je veux ensuite de la musique dans le même espace, je demande à mon système de basculer sur la radio, d’éteindre l’écran et de tout renvoyer sur les enceintes. Cela résulte d’une savante programmation personnalisée et des applications sur mesure. Ou comment se rendre indispensable à ses clients tout en dissimulant la sophistication derrière des interfaces très accessibles, intuitives et généralisées dans toutes les pièces.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte