François Migeon – Association de concepteurs lumière et éclairagistes ACE

"Les LED ouvrent des possibilités à l’éclairage dynamique urbain"

L’ACE (Association de concepteurs lumière et éclairagistes) a invité, lors de ses derniers « Rencards de l’ACEtylène » (tribune libre ayant pour vocation d’actionner un processus exploratoire inédit situé au coeur de la conception lumière), à débattre autour de « L’éclairage dynamique ». François Migeon, président de l’ACE, y revient.

Sur le même sujet

L.E.D. — Tout d’abord, pouvez-vous nous rappeler la mission que s’est assignée l’ACE ?

François Migeon — Depuis 1995, date de sa création, l’ACE poursuit une démarche prospective accompagnant les mutations de la société. L’émergence de nouvelles temporalités urbaines, l’urbanisation périphérique, la qualité du paysage et des espaces publics, le confort des espaces intérieurs, le développement durable et l’utilisation rationnelle de l’énergie constituent autant d’enjeux vis-à-vis desquels la conception lumière prend une part active, son expertise étant centrée autour du projet lumière et de ses différents mécanismes de construction.

Dans une perspective interprofessionnelle et partenariale, l’association anime des groupes de travail internes conçus comme des moments d’échanges d’expérience et de réflexion portant sur les différents aspects et enjeux du métier : déontologie, nuisances lumineuses et lumière durable, confort visuel, mais aussi approche conceptuelle et inventivité.

L.E.D. — Quelle place a pris aujourd’hui l’éclairage dans les projets architecturaux et urbains ?

F. M. — Je citerai un premier exemple concret. À présent, dans presque tout concours d’architecture, est demandée la visualisation du projet de nuit.

Autre exemple ! Pour Icade, société immobilière filiale de la Caisse des Dépôts, dont la devise est de « donner vie à la ville », la lumière représente certes un investissement, mais qui est rentabilisé en terme d’image valorisante, de promotion de qualité de construction, que « l’on a plaisir à révéler », et en terme d’architecture en permettant une différenciation nocturne aisée. Enfin, comme dernier exemple, je prendrai celui de la mise en lumière du DataCenter « Interxion V » à Saint-Denis, en banlieue parisienne. La municipalité hésitait à voir s’implanter, au cœur de la ville, un bâtiment sans vie apparente. Le projet de mise en lumière dynamique a participé à la levée de ses réticences.

L.E.D. — À propos d’éclairage dynamique, qu’entend-on par là ?

F. M. — Ce concept a été porté par l’éclairage scénique qui, quant à lui, n’a pas de souci de pérennité. Bon nombre de concepteurs lumière venant du spectacle ont « descendu » ce concept dans la rue « qui entre de plus en plus en scène ». Deux évolutions accélèrent « l’urbanisme lumière », d’abord statique et aujourd’hui dynamique. L’engouement suscité, entre autres, par la fête des Lumières, à Lyon, ou les Nuits blanches, à Paris, prouve que le temps de vivre gagne sur la nuit. Cette évolution appelle un regard nocturne différent à porter sur la ville.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, les mises en lumière pérennes de sites remarquables se multiplient, les concepteurs lumière ayant largement contribué à ce développement. Aujourd’hui, cette tendance devient encore plus « dynamique » avec l’apparition des LED qui, au-delà de la « simple » mise en lumière, permet, à la fois, de réaliser une réelle gestion « éco-responsable » des systèmes d’éclairage, mais, aussi, d’apporter des solutions complémentaires de programmation animée de type “spectacle”.

L.E.D. — Votre dernier « Rencard de l’ACEtylène » a permis d’explorer les perspectives offertes par l’éclairage dynamique. Dans le contexte économique actuel, cette évolution reste-t-elle politiquement correcte ?

F. M. — Effectivement, nous vivons une période paradoxale. Une ville vivante « où il fait bon vivre » doit prendre en compte sa dimension nocturne et trouver des réponses satisfaisantes pour ses usagers. D’un côté, les élus sont séduits par les « vertus » de la technologie LED, alors qu’il reste beaucoup de progrès encore à faire au niveau de cette technologie, en se l’appropriant pour valoriser son image « éco-citoyenne » auprès de ses électeurs et proposer des attraits nocturnes. De l’autre, diminue cette notion féerique de la ville lumière alors que progressent les réponses au nécessaire développement durable, au besoin d’efficacité énergétique et de réduction de la pollution lumineuse.

Il n’empêche qu’il convient de conserver son bon sens. Dans toute ville où l’on habite, travaille, échange, bouge, soigne, étudie… on ne cherche pas les mêmes attraits qu’à la campagne. La lumière doit y être prégnante à certaines heures, présente à d’autres, et parfois discrète. Pour ce faire, il est nécessaire de la gérer au mieux afin de limiter intelligemment les consommations d’énergie.

Les solutions LED vont dans ce (bon) sens… sans pour autant condamner certaines technologies traditionnelles.

Propos recueillis par Jacques Darmon 

3e mandat

Au lendemain du « Rencard ACEtylène », l’ACE a tenu son AG au cours de laquelle François Migeon a été réélu à la présidence de l’association. Pour son 3e mandat, il est assisté de Yann Desforges (vice-président), Sylvain Bigot (trésorier), Pierre Rossignol (secrétaire). Marc Dumas, Stéphane Servant et Pascal Gougeon complètent aussi le bureau en tant que membres.

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte