Efficacité énergétique et éclairage intérieur : la position du Serce

Efficacité énergétique et éclairage intérieur : la position du Serce

Aller plus loin que l’extinction et maîtriser la consommation électrique le jour comme la nuit pour réaliser de véritables économies. Le débat sur la transition énergétique est ouvert, avec notamment pour objectif de réduire les consommations d’énergies. A contresens, l’arrêté d’extinction de l’éclairage des bureaux et commerces (entre 1 h et 7 heures du matin) qui vient de paraître consiste à fermer les yeux sur la nécessité d’adapter les installations afin d’en améliorer les performances. Un message pour le moins équivoque !     Encourager la gestion intelligente de l’éclairage intérieur   L’intégration de systèmes de gestion des installations et des équipements énergétiques au sein des bâtiments est un moyen essentiel pour éclairer «juste».   Détection de présence, gradation de l’éclairage, programmation des niveaux de luminosité permettent d’adapter l’éclairage intérieur en tenant compte de l’activité tout en répondant aux exigences de performance énergétique, de confort visuel et de santé au travail.   Pour contribuer à la réduction des consommations d’énergie, il faut favoriser l’installation de dispositifs de pilotage des installations de jour comme de nuit. Chacun remarquera que l’éclairage fonctionne le jour dans les bureaux et que souvent on oublie de l’éteindre en partant ! A l’occasion de la rénovation des […]

Sur le même sujet

!cid_5032an$IN54801359712223174@TROBOT2 Aller plus loin que l’extinction et maîtriser la consommation électrique le jour comme la nuit pour réaliser de véritables économies. Le débat sur la transition énergétique est ouvert, avec notamment pour objectif de réduire les consommations d’énergies. A contresens, l’arrêté d’extinction de l’éclairage des bureaux et commerces (entre 1 h et 7 heures du matin) qui vient de paraître consiste à fermer les yeux sur la nécessité d’adapter les installations afin d’en améliorer les performances. Un message pour le moins équivoque !

 

  •   Encourager la gestion intelligente de l’éclairage intérieur

 

L’intégration de systèmes de gestion des installations et des équipements énergétiques au sein des bâtiments est un moyen essentiel pour éclairer «juste».

 

Détection de présence, gradation de l’éclairage, programmation des niveaux de luminosité permettent d’adapter l’éclairage intérieur en tenant compte de l’activité tout en répondant aux exigences de performance énergétique, de confort visuel et de santé au travail.

 

Pour contribuer à la réduction des consommations d’énergie, il faut favoriser l’installation de dispositifs de pilotage des installations de jour comme de nuit. Chacun remarquera que l’éclairage fonctionne le jour dans les bureaux et que souvent on oublie de l’éteindre en partant ! A l’occasion de la rénovation des installations d’éclairage, il est très facile de mettre en place des matériels permettant d’abaisser la lumière quand il fait beau dehors et des détecteurs de présence qui éteignent les bureaux quand il n’y a plus personne. Cette extinction pilotée, permet de générer des économies d’énergie dix fois supérieures à une simple extinction la nuit.

 

Ces dispositifs permettent d’économiser de 50 à 70% de la consommation d’énergie et sont amortis entre 3 et 5 ans.

Si le gouvernement veut poursuivre et renforcer son action en faveur de l’efficacité énergétique, c’est dans cette voie qu’il doit inscrire son action et non dans une mesure qui nie les progrès réalisés par les industriels et la capacité des installateurs à intégrer des systèmes performants.

 

  •     Aller plus loin en révisant la réglementation

 

La rénovation des bâtiments est le bon moment pour favoriser l’installation de systèmes d’éclairage intelligents.

Le futur décret sur la rénovation des bâtiments tertiaires qui doit être soumis prochainement à consultation peut donner la possibilité au Gouvernement d’aller au-delà et ne pas rester simplement le champion européen de l’extinction. Une concertation pourrait également être mise en place pour réviser la réglementation thermique des bâtiments existants*.

 

Les entreprises du SERCE ont les compétences pour concevoir et réaliser des installations exemplaires en termes d’efficacité énergétique. Leur qualité d’installateur les rendent indépendants des technologies et leur permet d’utiliser les produits innovants correspondants le mieux aux besoins de leurs clients. Elles sont prêtes à participer à toute concertation pour la révision de ces textes.

 

* Notamment l’article 40 de l’arrêté du 3 mai 2007.

 

 

 

 

Carte d’identité du SERCE

 

Le SERCE, Syndicat des Entreprises de Génie Électrique et Climatique, est une organisation professionnelle rassemblant 260 entreprises réparties sur plus de 900 sites en France.

Sont adhérentes de nombreuses PME du secteur ainsi que les grandes entreprises de la profession. Elles interviennent dans les travaux et services liés aux installations industrielles et tertiaires, aux réseaux d’énergie électrique et aux systèmes d’information et de communication.

 

Le SERCE est membre de la Fédération Nationale des Travaux Publics

FNTP) et de la Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication (FIEEC). Les adhérents du SERCE représentent 15,9 Mds d’euros de chiffre d’affaires et plus de 150 000 salariés.

Carte d’identité du SERC

 

 

contact presse :

C-Comme Vous

366 ter rue de vaugirard

75015 PARIS

tél. 01 45 31 20 83

vanessa @c-commevous.com

www.c-commevous.com

 

 

contact SERCE : Marielle Mourgues – tél. 01 47 20 69 45 – www.serce.fr

 CPSERCEEclairage2013.pdf

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte