Dossier CES 2013 : La e-santé

Le domaine de la e-santé est un domaine qui explose, notamment chez les fabricants américains. Il faut dire qu’en absence de système de sécurité sociale comme le nôtre, cette population a pris l’habitude de s’auto diagnostiquer. L’obésité qu’on peut constater facilement aux US est également un domaine de plus en plus pris au sérieux. Du coup, alors qu’on ne connaissait encore il y a peu que le bracelet Nike+, permettant de suivre son activité physique tout au long de la journée (nombre de pas effectués, calories brulées), on peut aujourd’hui très facilement dénombrer une dizaine d’appareils de ce genre: Fitbit, Fitbug, Withings, Hapilabs, Rythm, Larz, LG, etc….

Sur le même sujet

III. La e-santé

 

Le domaine de la e-santé est un domaine qui explose, notamment chez les fabricants américains. Il faut dire qu’en absence de système de sécurité sociale comme le nôtre, cette population a pris l’habitude de s’auto diagnostiquer. L’obésité qu’on peut constater facilement aux US est également un domaine de plus en plus pris au sérieux. Du coup, alors qu’on ne connaissait encore il y a peu que le bracelet Nike+, permettant de suivre son activité physique tout au long de la journée (nombre de pas effectués, calories brulées), on peut aujourd’hui très facilement dénombrer une dizaine d’appareils de ce genre: Fitbit, Fitbug, Withings, Hapilabs, Rythm, Larz, LG, etc….

Ces traqueurs sportifs sont généralement “connectés”, afin de pouvoir suivre sa progression sur son smartphone ou un site internet, parfois même accompagné d’un coach sportif.

Les pèses personne connectés se multiplient aussi: Withings a été la première, nous avons également le modèle de chez Fitbit, ou encore de chez iHealth. Ce dernier a d’ailleurs toute une gamme d’accessoires pour suivre sa santé: tensiomètre, glucomètre,etc… tous connectés, pour pouvoir suivre sa santé sur iPhone ou iPad. Ces derniers bénéficient d’ailleurs d’une large gamme d’accessoires pour suivre sa santé, allant du plus simple (un petit boitier à connecter à la prise dock, sur lequel on pose le pouce pour mesurer la fréquence cardiaque et le taux d’oxygène dans le sang) au plus compliqué, comme le tensiomètre.

Comme on le voit, cette année le CES était donc plutôt orienté “objet connecté”, qu’il s’agisse de périphériques isolés ou d’éco systèmes complets. Et ce n’est que le haut de l’iceberg, de nombreuses sociétés ou projets n’étant pas représentés, la place au CES représentant un budget non négligeable pour une petite société. Je pense notamment à des appareils comme le lapin communicant Karotz, le thermostat intelligent Nest, ou des projets comme les Ninja Block, ou Twine, pour ne citer qu’eux. Le ton est donné : 2013 sera l’année des objets connectés !

Suite du dossier :

I. La télévision

II. Maison connectée et électroménager

III. Maison connectée et domotique

IV. Maison connectée et objets connectés

V. La e-santé

Par Cédric locqueneux

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte