Efficacité énergétique active et passive – édito j3e n°818

Efficacité énergétique active et passive, une union encore insuffisante

Lors de la conception des bâtiments, la prise en compte des consommations est évidente,
mais qu’en sera-t-il dans la durée ?

Sur le même sujet

Une étape nouvelle a été franchie avec la RT 2012, en particulier vers une approche globale de l’efficacité énergétique active et passive. Cependant, si l’on doit, dès l’origine d’un projet de bâtiment, définir l’ensemble des consommations prévisibles à partir de critères définissant la nature même des installations, qu’en est-il après, une fois l’ouvrage réalisé.

À cette question, c’est une réponse partielle qui est donnée. En effet, si l’on classifie le type de bâtiment au travers du volet énergétique, rien n’est véritablement prévu dans le cadre d’une vision dynamique dans le temps.

La gestion active des bâtiments suppose qu’une analyse multicritère des consommations soit faite en permanence avec un objectif d’économies ou, tout au moins, avec le souci d’une gestion rationnelle des énergies intégrant à la fois les possibilités de tarifs de l’électricité, voire des autres énergies, et le comportement des usagers. Certes, lors de la conception des bâtiments, la prise en compte de ces données est évidente, mais qu’en sera-t-il dans la durée ?

Le progrès technique est tel aujourd’hui qu’en l’espace de quelques années une remise en cause des conditions initiales est possible, même plus que probable. L’arrivée des smartphones comme outil de commande manuelle lié à de nouveaux logiciels amènera à modifier fondamentalement ce modèle initial.

Ces différents points seront abordés dans les prochains numéros ; en particulier, les applications sectorielles de la RT 2012 seront traitées lors des conférences techniques organisées à l’occasion d’Interclima+elec Home & Building. Et la tenue du salon Batimat dans le même lieu et aux mêmes dates offre une opportunité unique pour créer ce dialogue interprofessionnel source de progrès.

Offrir aux visiteurs un panel de solutions possibles, tel sera le pari de ces manifestations.

3eGroup, au travers de ses publications et de son site Internet, sera un acteur engagé, considérant que cette période de fin 2013 sera cruciale pour créer une nouvelle dynamique du marché, alliant progrès technique et efficacité dans le domaine de la gestion active des bâtiments.

Jean-Claude Karpelès

 

Accédez au magazine feuilletable

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte