Du tri à faire en éclairage LED

Le salon-exposition Forum LED, qui s’est déroulé dans la Grande Halle de la Villette, à Paris, fin novembre, a été l’occasion de faire le point sur la technologie LED et l’état de l’art dans le domaine de l’éclairage. Si le discours des industriels était pour le moins engageant, celui des institutionnels était nettement plus mesuré.

Sur le même sujet

Rencontré au salon Forum LED, Georges Zissis, professeur à l’université Toulouse 3 (laboratoire Laplace), a dressé un état des lieux pour le moins critique du marché de la LED : « Je suis convaincu que la LED est une bonne technologie, mais il reste beaucoup à faire. Certes, il y a une amélioration, mais nous rencontrons encore énormément de problèmes de qualité.» L’eldorado commercial que représente la LED attire des opportunistes non experts qui disent et font n’importe quoi ; pour Georges Zissis, le vrai problème de la LED est là. « J’entends parler de LED à 150 lm/W tous les jours, lâche-t-il, ironique. Mais cette valeur est au niveau de la puce, pas en sortie de la lampe, ce que l’on ne dit pas toujours. Certaines lampes commencent à approcher les 100 lm/W, la plupart sont autour de 60 ou 70 lm/W. »

La prudence s’impose dans le choix d’un éclairage LED, même si la grille de maturité élaborée par le Syndicat de l’éclairage montre que la technologie est mature pour beaucoup d’applications : « Pour construire cette grille, le Syndicat est parti du principe que celui qui crée la lampe, conçoit le système ou l’installe maîtrise la technologie. En se basant sur cette hypothèse, la grille est cohérente, affirme ce professeur. Malheureusement, 80 % de ce que l’on voit sur le marché est mal conçu ou mal installé. » Selon lui, il faudra encore attendre 5 ou 6 ans pour nettoyer le marché de l’éclairage LED et cela ne se fera pas sans contrôle aux frontières.

La normalisation ISO 13032-4 annoncée pour 2014

Bonne nouvelle : la normalisation en cours au Cenelec (ISO 13032-4) et annoncée pour mi-2014 pourrait enfin cadrer ce secteur du point de vue de la mesure de l’efficacité énergétique. « Il y a des normes pour les produits à LED, mais pas de protocole de mesure, explique Christophe Martinsons, responsable du pôle Éclairage, Électricité, Électro- magnétisme au CSTB. Depuis des années, chacun mesure avec ses outils et selon ses méthodes. Un fabricant peut annoncer 90 lm/W sans qu’il soit possible de le vérifier. » Ironie de l’histoire, une norme existe dans ce domaine, et ce depuis 2008 : la norme américaine LM-79-08. La 1re version de la norme ISO 13032-4, actuellement en première phase d’approbation, et attendue pour 2014, est d’ailleurs pilotée par les Américains, beaucoup plus en avance que l’Europe sur le sujet. Philosophe, Christophe Martinsons note que « nous avons 6 ans de retard sur les États-Unis, mais nous allons avoir une norme vraiment internationale ».

Lancement de la certification LCIE Bureau Veritas-Piséo

Suffira-t-elle à repérer les bons produits LED ? Pas forcément, selon Serge Da Mota, du LCIE Bureau Veritas. D’où l’annonce officielle, pendant le salon Forum LED, d’une nouvelle certification qui permettra de démarquer les luminaires de qualité à la manière des produits NF. Pour ce faire, l’organisme certificateur en matière de sécurité basse tension et CEM a conclu un partenariat avec Piséo, plate-forme technique de caractérisation photométrique, électrique et thermique de sources et d’appareils d’éclairage. « Nous sommes en phase de finalisation des règles techniques, nous allons faire des essais de mesure de performance en laboratoire pour ensuite établir des contrôles et le suivi des produits dans la durée pour éviter les dérives, détaille le représentant du LCIE Bureau Veritas. Nous espérons les premières certifications dans le courant du premier trimestre 2014. »

j3e consacrera son dossier central du numéro de mai à l’éclairage LED (installation et gestion thermique). L’occasion de faire un point sur ces avancées.

P. R.

Forum LED 2013, en chiffres
Selon les organisateurs, cette édition 2013 est un bon cru : le salon a compta- bilisé 90 exposants, dont 36 internationaux. Plus de 2 800 visiteurs ont été dé- nombrés (+ 31 % par rap- port à 2012), dont 26 % de visiteurs internationaux. Cette forte présence de l’international se retrouve logiquement au niveau des participants aux conférences avec 38 % de participants étrangers. En 2014, le salon se tiendra, une fois n’est pas coutume, les 14 et 15 octobre, à la Grande Halle de la Villette, à Paris.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte