3 QUESTIONS À Patrick Tabouret, P-DG du groupe Arcom

À l’origine des produits Karno et Dalilon, le groupe Arcom développe son coeur de métier : l’intégration de solutions de GTB et d’automatismes. Spécialiste du domaine depuis de nombreuses années, la société a lancé le réseau Arcom Énergies Services, une première en France dans le secteur des intégrateurs. Le P-DG du groupe, Patrick Tabouret, vise une dizaine d’agences en France et un chiffre d’affaires de 10M€ d’ici à 2015. Il s’explique.

Sur le même sujet

j3e – Quelles sont les raisons à l’origine du réseau Arcom Énergies Services ?

Patrick Tabouret – Le lancement du réseau Arcom Énergies Services est le fruit d’une expérience acquise depuis plus de dix ans. Les sociétés d’intégration sont en général des ETI ou des PMEPMI, hormis à Paris où le volume d’affaires justifie des structures plus importantes. Arcom est une PME. Nous avons un historique produits et installation avec des clients régionaux mais aussi nationaux. Nous n’avions pas la structure pour les accompagner à travers un service de proximité. C’est une première raison. La mutualisation et le partage des compétences est la deuxième raison d’être du réseau Arcom Énergies Services. Pour intervenir sur des projets d’envergure, il faut pouvoir mobiliser une équipe de techniciens pendant 2 ou 3 semaines et maîtriser les différentes technologies des fabricants. Une petite PME ne peut pas l’envisager. Les sociétés qui forment notre réseau ont chacune leurs équipes et leurs spécialités. La mutualisation des compétences permettra de garantir à la fois le niveau de technicité des intervenants, la reproductibilité de solutions techniques qui auront été testées et éprouvées par nos différentes structures, une homogénéité de l’offre sur tout le territoire et l’accès à des marchés plus importants.

La troisième raison de ce réseau est d’assurer le déploiement de solutions « validées », intégrant des produits de partenaires mais aussi des produits Arcom regroupés sous la marque Aïther.

j3e – Quels sont vos objectifs ?

P. T. – Aujourd’hui, le réseau animé par Gilbert Fontaine compte 30 techniciens, dont 15 spécialistes de la GTB pouvant être mobilisés sur le terrain. Nous avons réalisé 5 M€ de CA en 2013 et tablons sur 8 M€ cette année. Nous sommes conscients des difficultés que rencontre le secteur du bâtiment. Pour autant, nous pensons que la progression de notre CA s’appuiera sur le déploiement géographique, notamment avec l’ouverture de l’agence Arcom Île-de- France, et la prise en charge de projets plus importants. Une PME de 10 personnes, qui réalise 1 M€ de CA par an, n’accède pas à des projets dont le montant est équivalent à son CA. J’ajoute que la société Iris Régulation, qui réalise à elle seule 2,5 M€ de CA annuel, a rejoint notre réseau. Si nous réussissons à lancer la structure Arcom Sud- Ouest actuellement en discussion, nous aurons 6 structures et approcherons les 10M€de CA en 2014. À terme, nous visons 10 agences pour couvrir toute la France.

La force d’un réseau,
la flexibilité d’une PME.

j3e – Faire intervenir un intégrateur coûte cher, la GTB est trop complexe, les systèmes ne sont pas interopérables… Que répondez-vous à ces critiques encore fréquentes ?

P. T. – C’est une idée fausse de dire qu’un intégrateur coûte cher. Au contraire, c’est vouloir l’éviter qui peut coûter cher. Le bâtiment devient de plus en plus technique, ne pas faire appel à un intégrateur au départ, c’est prendre le risque d’avoir des problèmes d’interopérabilité et des surcoûts par la suite. Les projets sont encore souvent menés par lots séparés, et l’on s’étonne ensuite que le pilotage de la climatisation et de la lumière ne soit pas combiné.

Notre objectif est d’être associés aux projets en amont pour optimiser, avec le bureau d’étude, les fonctionnalités et le budget pour le client final. Notre force est d’être indépendants des constructeurs et de garantir le résultat. Dès lors qu’une solution est validée par le réseau Arcom Énergies Services, nous assistons le client en exploitation ou en cas de problème. Nous offrons la force d’un réseau et la flexibilité d’une PME. Notre métier est trop souvent associé à la GTB. Or nous pouvons intervenir sur la simple remise à niveau d’une GTB, sur le réglage d’un automate ou sur des compteurs d’énergie pour optimiser la performance du bâtiment. Nous positionner sur le marché de la rénovation est d’ailleurs un de nos objectifs et ce sera une priorité pour l’agence Arcom Île-de-France. Les défis technologiques sont parfois plus importants en rénovation que dans le neuf ; c’est dans ce domaine où le réseau Arcom Énergies Services va véritablement pouvoir valoriser son savoir-faire.

Propos recueillis par Pascale Renou

——————————————————————–

Rendez-vous avec Arcom le 26 mars (1)

Arcom animera un atelier dans le cadre de la journée Agor@lon, le 26mars 2014 pour présenter le réseau Arcom Énergies Services et le métier d’intégrateur. Cet atelier reviendra sur le travail d’intégration réalisé au Kinétic, à Boulogne (92), un immeuble de bureaux dans lequel la GTB pilote de manière combinée 1 500 poutres climatiques, les stores et l’éclairage.

(1) Agor@lon, mercredi 26 mars, Mercure, porte d’Orléans, Paris. Entrée gratuite. Inscription obligatoire en ligne www.lonmark.fr, rubrique Agor@Lon.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte