Domotique 2.0, la connectivité pour une autonomie accrue

Certains voient l’Internet des objets comme un gadget, mais la domotique est bien plus que cela, puisqu’elle peut répondre aux problèmes d’autonomie des personnes âgées ou des personnes à mobilité réduite.

Sur le même sujet

David Le Souder

David Le Souder

La connectivité au quotidien des maisons et de notre environnement se développe tous les jours et permet de connecter de plus en plus d’objets. L’offre grandissante de technologies pour smartphone permet d’ores et déjà de contrôler les équipements domestiques de façon mobile. Si l’on se réfère à une étude publiée par l’agence ABI Research, 90 millions de résidences seront équipées en technologie domotique dans le monde d’ici à 2017, soit une augmentation de 60 %. L’électricien se trouvera au coeur du jeu et le marché de l’autonomie et du maintien à domicile sera une des clés futures pour notre société.

La domotique est une des solutions pour sécuriser son domicile et pouvoir vivre chez soi le plus longtemps possible. Les objets connectés de la santé auront une influence grandissante et devront s’interfacer à l’infrastructure de la maison. Certains voient l’Internet des objets comme un gadget, mais la domotique est bien plus que cela, puisqu’elle peut répondre aux problèmes d’autonomie des personnes âgées ou des personnes à mobilité réduite. Dans ce cas, la domotique devient un précieux partenaire qui active ou désactive de nombreuses commandes à distance : allumer/éteindre la lumière, actionner des appareils électriques, ouvrir/fermer les volets ou les fenêtres. Et, au-delà de ce confort matériel, la domotique devient un gage de la sécurité physique de la personne, par exemple en lui donnant la possibilité d’ouvrir la porte depuis son lit, en proposant un bouton d’urgence ou en détectant des situations à risque par l’intermédiaire des capteurs installés (présence de fumée, de gaz carbonique…), capables également de décrypter les mouvements de la personne (chute, absence de mouvements…). Tandis que les montres intelligentes sont en passe de permettre une prise de la tension, l’analyse sanguine et rétinienne afin de donner au médecin un suivi médical permanent plutôt qu’une analyse ponctuelle, l’interconnectivité prend tout son sens. Mais le maintien à domicile c’est aussi la sécurité physique de la personne, par exemple en lui donnant la possibilité d’ouvrir la porte depuis son lit. La domotique assure également une certaine fonction de sécurité en proposant un bouton d’urgence ou en installant des capteurs qui détectent des situations à risque (présence de fumée, de gaz carbonique…) ou qui décryptent les mouvements de la personne (chute, absence de mouvement…).

David Le Souder

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte