3 QUESTIONS À Jean-Marie Rousseau, Président du Groupe BETOM

Créé en 2002 par le Département d’Etat américain à l’Energie, le Solar Decathlon est une compétition universitaire internationale. Des universités et grandes écoles du monde entier sont réunies autour d’un défi, celui de concevoir et de réaliser un habitat à l’échelle 1, fonctionnel et utilisant le soleil comme seule source d’énergie. L’édition 2014 a lieu en France, à Versailles. BETOM Ingénierie est partenaire de l’événement.

Sur le même sujet

j3e – Pouvez-vous nous présenter le Groupe BETOM ?
Jean-Marie Rousseau – Au départ filiale d’Eiffage, le groupe BETOM est né il y a une quinzaine d’années d’un essaimage lorsque je l’ai rachetée en 2000. Le métier principal de BETOM Ingénierie est de réaliser des études conceptuelles, puis de suivre la réalisation de travaux en s’associant à des architectes.

En 2000 le groupe s’est développé selon un axe géographique, sur tout le territoire national ainsi qu’à travers une filiale au Maroc. Et selon un axe plus métier qui partait de l’idée que les métiers du bâtiment sont complexes et très liés aux architectes. On a donc développé une activité de conseil, en amont et aval de l’ingénierie :

Notre terrain de jeu, c’est la France et le Maroc. Nous proposons l’ensemble des prestations allant du questionnement d’un client à la formation du personnel en passant par l’exploitation maintenance. Nos clients sont plutôt issus du secteur public (2/3 du chiffre d’affaire). Le tiers restant concerne le privé.

j3e – Comment voyez-vous le Solar Decathlon ?
J-M. R. – C’est une très belle initiative, qui associe étudiants, industriels et institutionnels. Il est rare en soi de voir un projet concret et très opérationnel qui aboutit à construire une vingtaine de maisons que l’on verra sortir de terre. Pour moi, le projet a trois principaux avantages.

  • Une dimension internationale. Il faut voir qu’il n’est pas évident de réunir des centaines de jeunes pendant un mois ;
  • une vocation sociale : le projet n’est pas incantatoire. On fait réfléchir ces jeunesà la construction d’une maison qui à leurs yeux serait parfaite sur le plan du développement durable mais qui peut être produite et construite dans leur pays. Il ne s’agit pas d’un cocktail de tous les ingrédients de ce qui se fait de mieux. Les maisons telles qu’elles sont construites doivent l’être avec les contraintes du pays en question. Et cela est très intéressant sur le plan économique.
    C’est un sujet pédagogique, qui peut déboucher sur de l’opérationnel. Les étudiants qui font cela sont déjà dans la vie concrète. Ils ne sont pas restés seuls devant leur ordinateur, mais se sont penchés sur des questions de transport, d’énergie… liés à leur pays.
  • Et puis, c’est formidable que cela ait lieu à Versailles. Pour nous, cela était une occasion rêvée. C’est la première fois que cela a lieu en France. C’est un événement important et c’était naturel que BETOM qui est dans le secteur et dont les bureaux se trouvent à 500 m, soit partenaire de l’événement. On ne pouvait que s’y intéresser !
    A ce titre, l’implication de BETOM est à deux niveaux :
    – Nous assistons Solar Decathlon dans un certain nombre d’études d’aménagement du site (VRD, électricité). La particularité de ce projet est qu’il est éphémère. Et d’autre part, qu’il doit voir le jour dans un budget serré. Dans ce contexte, nous fournissons compétence et expertise.
    – Nous apportons également une aide financière en tant que « sponsor de bronze ». Nous sommes fiers car nous sommes la seule société d’ingénierie sur le projet. Il y a de très grands groupes partenaires, mais très peu de PME. Cela soulève quelque part la problématique du développement durable en France.

j3e – Qu’attendez-vous de cet événement ? Quels sont les enjeux pour vous ?
J-M. R. – Nous nous attendons à y voir un laboratoire. Tous ces jeunes et ces universités vont traduire de l’innovation au service de ces maisons. Nos équipes vont allées voir cela avec intérêt. Même si nous verrons cela avec un oeil un peu plus expert que le grand public, nous allons apprendre plein de choses.

Au niveau du Groupe, cela peut amener un esprit d’équipe et favoriser la culture d’entreprise. L’événement se veut fédérateur. Nous allons communiquer vis-à-vis de nos collaborateurs, notamment sur des visites de l’événement le week-end. Vis-à-vis de nos partenaires, nous allons nous en servir comme promotion, à la fois du développement durable et de nos activités. Finalement, ce sera un événement de communication à la fois interne et externe.

Le Groupe BETOM, présidé par Jean-Marie ROUSSEAU, est composé de 6 filiales.

Équerre d’argent 2013 pour la réalisation du musée du Louvre- Lens, le groupe BETOM est également présent au MAROC où il participe à la construction du complexe solaire de Ouarzazate MASEN.

Plus d’informations sur http://www.betom.fr/

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte