Retour sur Light + Building

Dans notre précédent numéro, nous indiquions que le salon de Francfort était placé sous le thème du bien-être que nous avons illustré de réalisations exemplaires. Aujourd’hui, les tendances et les produits sont à l’honneur avec ce flashback sur l’édition 2014 qui a révélé des systèmes intelligents avec, toujours en filigrane, l’efficacité énergétique.

Sur le même sujet

Durabilité intelligente, respect de l’environnement, économies d’énergie, numérisation de la lumière, convergeaient au coeur des innovations sous la houlette de la LED. Les exposants s’étaient donné le mot : présenter les produits dans des mises en scène dynamiques, aux changements d’intensité et de températures de couleur pour mieux démontrer la flexibilité des solutions. Car la lumière, naturelle ou artificielle se domestique dans tous les domaines : en extérieur comme à l’intérieur, sur la place publique comme au bureau. Et, pour améliorer encore le confort, les luminaires communiquent désormais entre eux, anticipant les besoins, voire les humeurs des usagers.

Page35_4

CitySphere de Philips

Faire vivre la nuit sans nuire à la vie
L’éclairage extérieur fait polémique en France : de nombreuses communes préfèrent le tout ou rien, allumé ou éteint, tandis que les fabricants proposent des solutions qui permettent d’éclairer « juste », quand il faut, où il faut. Light + Building a été le théâtre de ces mises en scène de l’éclairage public, qui donnent aux collectivités la possibilité de gérer l’ensemble de leur parc en réduisant leurs dépenses énergétiques… à condition d’avoir les bons outils ! On l’aura compris, la rénovation est à l’ordre du jour, ou plutôt de la nuit. Les boules lumineuses polluantes persistent, même dans les grandes villes (dans certains quartiers de la capitale, notamment, on peut se demander si elles ne font pas partie du patrimoine historique…). Lorsqu’elles éclairent encore, leur flux lumineux reste confidentiel, généralement partant dans toutes les directions et, plus gênant, vers le ciel.

Ampera de Comatelec Schréder

Ampera de Comatelec Schréder

Les nouvelles conceptions lumière s’attachent à créer des ambiances lumineuses respectueuses de l’environnement, de jour comme de nuit, confortables, efficaces. Pour répondre à la demande de la prescription et aider les maîtres d’ouvrage à franchir le pas, les fabricants développent des produits « intelligents » : finis les systèmes basiques – mât + luminaire + lampe – statiques. À l’instar de Thorn qui a présenté des solutions complètes de télégestion permettant le contrôle et la supervision à distance des installations d’éclairage. Ainsi, avec le Smart City, guide interactif en libre accès sur le site du fabricant, il suffit de cliquer sur un numéro qui correspond à une application dédiée ou de se reporter sur le menu prédéfini. L’utilisateur se voit alors proposer des produits avec des liens directs au catalogue Thorn et peut prendre connaissance très rapidement de leurs caractéristiques techniques.

Le stand de Schréder / Comatelec, transformé en petit campus avec un tunnel, un parc, un centre urbain, un square, un rond-point et des routes d’accès, invitait les visiteurs à s’immerger dans un environnement où la combinaison d’un éclairage LED, des systèmes de contrôle Owlet et du mobilier urbain, présentait des solutions durables qui permettent de réaliser d’importantes économies d’énergie tout en apportant sécurité et bien-être. Au programme : variation d’intensité, localisation des points lumineux par GPS et une interactivité accrue grâce aux détecteurs de mouvement intégrés. Par ailleurs, les nouveaux luminaires LED Pilzeo, Stylage, Rivara, Friza et Yoa séduisaient par leur design associé à une photométrie précise tandis qu’Ampera, couronnée par un Award à la Next Generation Luminaires™ Solid-State Lighting Design Competition faisait l’objet de toutes les attentions.

Keo de Michel tortel pour Eclatec

Keo de Michel tortel pour Eclatec

Eclatec, pour sa part, présentait des luminaires LED aux designs affinés et élégants, tels Buzz équipé du module ZEDLEDS 22 et 30 (avec plusieurs températures de couleur et distributions) ; Zenda, qui reçoit, au choix, 21 ou 30 LED, 2 températures de couleur, 2 puissances fixes et 3 distributions. N’oublions pas de mentionner les créations de Michel Tortel avec Nismo au dessin universel, inédit, qui s’inscrit dans une verticalité originale avec ses bras qui deviennent objets de design, et l’incomparable Keo, luminaire urbain à LED, destiné aux espaces piétonniers, doté d’une sous- face originale, en relief, qui, de nuit, réduit l’éblouissement sans altérer le niveau d’éclairement.

Quant à Philips, il présentait Intelligent City 2.0, une nouvelle génération de CityTouch, qui permet la commande et la gestion intelligentes sans fil de l’éclairage d’une ville. La différence essentielle par rapport à CityTouch réside dans 2 modules de logiciel autonomes qui peuvent être utilisés au choix. Ces 2 composants – LightWave pour la commande intelligente de l’éclairage et LightPoint pour la gestion du matériel – sont à la base d’une simplification du processus d’implantation du système et de la gestion de l’installation. Ce n’est plus le matériel qui se trouve au premier plan, mais le logiciel qui met l’accent sur la gestion du matériel d’exploitation. L’objectif : commander l’ensemble de l’éclairage public et gérer l’entretien au niveau de chaque lampe à l’aide d’un seul logiciel.

Le fabricant a également mis l’accent sur la gestion intelligente et l’interconnexion dans les applications intérieures, notamment avec son système d’éclairage contrôlable par smartphone.

Un éclairage sur mesure et sous contrôle

Lightify d’Osram

Lightify d’Osram

Comment ça marche ? Les luminaires de bureaux sont alimentés et reliés au réseau informatique du bâtiment par la technologie Power-over-Ethernet (PoE), ce qui permet aux utilisateurs de contrôler l’éclairage, et la température des salles, grâce à une application installée sur leur smartphone qui détecte leur présence et leur localisation sous le luminaire. L’application peut également fournir des informations utiles, comme indiquer où se trouve la salle de réunion vacante la plus proche, par exemple.

Avec le nouveau Light Finder, Erco met à disposition, sur son site, un outil de planification intuitif pour une recherche de produits afin de faciliter les études d’éclairage en recourant à la technique LED. Cette aide en ligne à la planification porte sur 8 critères et commence par des questions d’ordre général avant d’aller dans le détail, à l’aide de graphiques explicites. Chaque étape aide à préciser les espaces et les objets à éclairer, la hauteur de la pièce, la couleur de la lumière et la couleur des produits. L’utilisateur peut en outre accéder, si besoin, à des informations complémentaires sur des détails techniques.

Sequence de Zumtobel

Sequence de Zumtobel

Toujours pour les bureaux, Zumtobel proposait Sequence qui offre une combinaison d’éclairage direct et indirect et la possibilité de commander individuellement les divers modules. Il se décline en suspension et plafonnier apparent avec au choix 8 ou 14 modules, comprenant chacun 6 x 3 points lumineux LED disposés au centre.

Page36_1

Rana de Sylvania

Pour aller encore plus loin dans le contrôle de l’éclairage, Havells Sylvania a signé un partenariat avec Organic Response, et offre ainsi des luminaires fonctionnant sur détection de présence, qui transmettent l’information aux appareils à proximité : résultat, chaque point lumineux réagit individuellement, mais communique l’information aux autres afin d’offrir un éclairage confortable à tous les occupants. De son côté, Osram présentait un système permettant d’exploiter de nombreuses possibilités d’éclairage à partir d’une application sur smartphone ou tablette et s’adressant aussi bien aux applications tertiaires que domestiques. Lightify s’intègre dans les réseaux locaux WLAN existants et les composants Lightify s’interconnectent automatiquement. La gamme complète Lightify des lampes et luminaires LED peut être commandée indépendamment des emplacements. À noter que les systèmes et produits d’éclairage d’autres marques déjà installés, qui supportent ZigBee Light Link ou le standard Home Automation, peuvent également être intégrés dans le système.

Contrôle de l’éclairage par smartphone ou tablette également chez Megaman avec Ingenium RF qui permet la programmation de différents scénarios de lumière et le contrôle de l’éclairage à distance.

Page36_3

Arimo Slim LED de trilux

Quant à Trilux, qui avait reproduit une entreprise de taille moyenne avec les domaines variés d’application et leurs exigences spécifiques en éclairage, il présentait des nouveautés dans de nombreux secteurs – extérieur, industriel, architectural ou de ceux de la santé et des soins ou des magasins. Citons, pour l’éclairage des bureaux, Arimo Slim MRX LED dont l’optique se compose de 9 micro-réflecteurs aux LED visibles, encadrées d’éléments lumineux plans, et offre un éclairage anti-éblouissement, même à des flux lumineux élevés, avec une efficacité énergétique pouvant atteindre 110 lm/W.

——————————————————————————————-

Autres produits

Cartesio de targettiPage36_4

Cette suspension à LED, dédiée à l’éclairage des bureaux offre un équilibre des composants d’éclairage, direct ou indirect, qui contrôlent l’éblouissement. L’utilisateur peut modifier les différents types d’allumages et personnaliser le bureau en fonction des besoins.

Page36_5Optic de Faro

Encastré en aluminium injecté conçus pour de multiples sources lumineuses. Disponible en noir et blanc, avec réflecteur de 20° et 56°. Version avec module LED pour l’éclairage alimentaire et textiles.

E-core LED Panel de toshiba LightingPage36_6

Avec son design aérien, ce panneau LED ultra plat, UGr 22 diffuse une lumière homogène sur toute sa surface (3 400 lm / 4000 K / ra 80). Il peut être encastré ou suspendu grâce à un kit.

FCOM (flip chip on module) pour downlights LED de Samsung

Page36_7Le nouveau FCOM permet des ajustements simples afin de rendre le module compatible avec une variété de drivers de différentes puissances. Pour créer un downlight de 1 000 lm et de 100 lm/W, les FCOM requièrent un circuit de 1.7 x 1.7 cm seulement. IrC d’au moins 80 et températures de couleur de 2 700 K à 5 000 K.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte