Objectif d’indépendance énergétique en Europe

Commission européenne de Bruxelles.

L’indépendance énergétique sera un des sujets principaux de la prochaine Commission européenne. La reprise du vieux conflit russo-ukrainien et les menaces de Moscou sur la distribution et le prix du gaz on réveillé les appréhensions d’insécurité énergétique au sein l’Union.

Sur le même sujet

Depuis 2005, le prix du gaz russe est sujet à dispute entre russes et ukrainiens. Ces différents ont souvent donné lieu à une fermeture des vannes russes, sans manquer de faire des victimes collatérales au sein de l’Union européenne. Il faudra cependant attendre le mois de mars dernier pour que la Commission Barroso fasse un point sur la dépendance énergétique des pays européens vis-à-vis de l’extérieur.

27% du gaz consommé en Europe provient de la Russie

La direction de l’énergie de la Commission a rendu son rapport début juillet, contenant plusieurs chiffres qui méritent d’être rappelés. Les 28 pays de l’Union européenne importent 58% de l’énergie qu’ils consomment. Cela représente 1 milliard d’euros par jour et 20% du montant total de ses importations. 27% du gaz utilisé en Europe est fourni par Moscou. Sur 300 milliards d’euros consacrés à l’importation de pétrole en Europe l’an dernier, 100 milliards ont été envoyés vers la Russie. Il y a donc une forte dépendance européenne aux ressources russes. Pour remédier à cela, les 28 se doivent de trouver des solutions d’indépendances énergétique.

Un taux de dépendance supérieur à 50% de la consommation

Des premiers signes positifs ont été observés, entre 2006 et 2012 la demande européenne en énergie a baissée de 8% mais son taux de dépendance, qui a tendance à diminuer, est supérieur à 50% de la consommation. Italiens, espagnols et français fournissent de plus en plus d’efforts afin de réduire ce taux de dépendance. Bruxelles propose de diversifier les sources d’approvisionnement, d’accroitre le réseau de transport des ressources et de continuer le développement des énergies renouvelables.  Jean-Claude Juncker, nouveau président de la Commission européenne, présentait quoi qu’il en soit un programme d’investissement allant en ce sens la semaine dernière. 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte