Retrait des lampes éco-halogènes dans le commerce

Les lampes éco-halogènes représentent la moitié des achats d’ampoules de l’an dernier chez les particuliers.

La réglementation européenne a prévu le retrait du commerce des lampes éco-halogènes pour 2016. Les éclairages de classe énergétique C ne pourront plus être commercialisés à partir de cette date. Cette réglementation pourrait poser problème aux fabricants européens sachant que les lampes éco-halogènes ont massivement remplacé les lampes à incandescence sur le continent européen.

Sur le même sujet

Les lampes éco-halogènes représentent la moitié des achats d’ampoules de l’an dernier chez les particuliers. Leur succès est dû à la faible popularité de ses concurrentes. Les lampes fluocompactes souffrent de leur réputation. En effet, les premières ampoules de ce type observaient un retard à l’allumage, une caractéristique que les consommateurs n’ont pas oubliée. Les LEDs sont, quant à elles, désavantagées par leur prix élevé. Les lampes éco-halogènes ont l’avantage d’avoir un design et un prix proche des anciennes lampes à incandescence. Cependant, d’un point de vu d’efficacité énergétique, les lampes fluocompactes et les LEDs sont plus performantes. Les ampoules fluocompactes et les LEDs consomment respectivement 80 % et 90 % moins d’énergie par rapport aux ampoules à filament. Elles possèdent également un avantage comparatif sur la durée de vie par rapport aux lampes éco-halogènes – 15 et 25 ans pour les lampes fluocompactes et les LEDs contre 2 ou 3 ans pour les éco-halogènes. 

7 000 emplois menacés dans les usines européenne

 La réglementation pose cependant problème pour les industriels européens. La fabrication des éco-halogènes s’est substituée dans les usines européennes à celle des ampoules à incandescence, et cela a déjà demandé de lourdes restructurations. Quant aux LEDs, qui représentent la technologie finale de substitution, elles proviennent majoritairement d’Asie. Le retrait du commerce des lampes éco-halogènes menacerait 4 000 emplois directs et 3 000 emplois indirect dans les usines européennes. Les industriels européens mènent donc une campagne pour obtenir un report de quatre ans de la mesure. « La date de 2016 est perçue comme bien trop proche. Il n’y aura pas de remplacement adéquate car les prix des LED seront encore trop élevés » explique Jürgen Sturm, secrétaire général de Lighting Europe, le lobby du secteur. Le dossier du report a été repoussé à la fin de l’année par la Commission européenne en raison des élections.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte