Toutes les fonctionnalités d’une GTB moderne avec une seule technologie

Niagara permet de communiquer avec tous les équipements, de réaliser des fonctions d’automatisme comme des programmes horaires, du délestage, des calculs sur le comptage, etc. Avec ce même et unique outil, Niagara offre une supervision Web accessible depuis un simple navigateur Internet sans coût de licence.

La France connaît une révolution de son marché de la gestion technique du bâtiment (GTB), poussée d’un côté par une demande accrue d’efficience énergétique dans les bâtiments et de l’autre par une ouverture des solutions. Parmi ces solutions, l’une d’entre elle attire de plus en plus l’attention et est en passe de devenir incontournable dans les prochaines années : Niagara. Teddy Caroni, directeur marketing de la société Btib, principal distributeur en France, nous la présente.

Sur le même sujet

j3e – Le mot GTB n’a pas très bonne presse, comment expliquez-vous cela ?
Teddy Caroni – L’objectif d’une GTB est de permettre l’exploitation de bâtiments aux meilleurs coûts tout en garantissant le confort et la sécurité des occupants. Pen- dant trop longtemps, les solutions mises en œuvre étaient complexes et fermées, empêchant ses utilisateurs de l’exploiter efficacement. Le marché s’est transformé avec notamment l’essor de Niagara ; les produits se sont ouverts pour garantir une meilleure évolutivité et communiquer avec tous les types d’équipements, mêmes ceux basés sur certaines technologies pro- priétaires. Niagara permet de créer des supervisions simples et ergonomiques ainsi que des tableaux de bord et des rapports automatiques pour répondre notamment aux besoins de monitoring énergétique.

j3e – Les professionnels du secteur sont habitués aux systèmes d’automatisme et de supervision « constructeur ». Quelle est la particularité de Niagara ?
T.C. – Niagara est une solution logicielle éditée par la société Tridium qui évolue de- puis 15 ans. Elle est utilisée par de très nombreux constructeurs dans le monde. En France, seuls quelques-uns d’entre eux la commercialisent, mais aux Etats-Unis, Niagara fait partie intégrante des solutions proposées par la grande majorité des constructeurs. On peut faire une analogie entre Niagara et Android, le système d’ex- ploitation de Google. Il est la base logicielle pour fournir des applications diverses et variées. Niagara est conçu sur le même principe. Tridium fournit le noyau logiciel à de nombreux constructeurs et intégrateurs afin qu’ils construisent leurs propres appli- cations. Avec plus de 450 000 instances Niagara vendues dans le monde, il s’agit de la solution leader dans son domaine.

j3e – Pourquoi plusieurs constructeurs sont-ils amenés à utiliser cette même technologie ?
T.C. – Niagara est un middleware. C’est-à- dire que sa fonction est de faire communi- quer des applications et des réseaux différents afin de les rendre interopérables et de leur faire échanger des données. Niagara permet de rendre compatibles des systèmes de constructeurs différents, qu’ils utilisent des protocoles ouverts ou certains protocoles propriétaires (nous sommes capables de reprendre plus de 200 protocoles de communication différents).

j3e – Sur le terrain, comment fonctionne votre solution ?
T.C. – Concrètement, la plateforme Nia- gara est embarquée sur un contrôleur de zone que l’on appelle JACE (Java Applica- tion Control Engine). Ce JACE possède des ports de communication pour repren- dre les réseaux terrains et les réseaux IP. Les données remontées sur le JACE sont ensuite standardisées en un modèle unique. Il devient alors très simple de faire interagir différents réseaux. Par exemple, une température d’une sonde LonWorks peut être reprise dans une boucle de régu- lation BACnet sans utiliser de passerelle ou de logiciel tiers. C’est la fonction de middleware.

j3e – Donc Niagara est une sorte de « super-passerelle ». Il existe beaucoup d’équipements multi-protocoles de ce type. Quel est l’avantage de Niagara vis-à-vis des autres solutions ?
T.C. En plus de l’aspect multi-protocoles, Niagara est également un contrôleur capa- ble d’exécuter tout type d’automatisme global et de fournir une supervision Web. Toutes ces fonctions sont intégrées à l’ori- gine sans aucun surcoût. L’automatisme et toutes les vues de supervision sont directement embarqués sur le JACE. L’architecture est donc totalement distribuée, sans point critique comme l’on pouvait en avoir avec les anciens systèmes centralisés. Ce qui différencie également Niagara des au- tres solutions, c’est son écosystème, élé- ment capital pour une solution ouverte. Après 15 ans d’existence, c’est plus de 1 500 sociétés d’intégration qui mettent en service chaque jour des installations Niagara dans le monde.

j3e – Quelles sont les fonctions stan- dards proposées dans Niagara ?
T.C. – Elles sont très nombreuses. Il est possible de répondre à beaucoup de besoins, grâce notamment à la richesse des bibliothèques pré-chargées : alarmes, historiques, programmes horaires, etc. Ces fonctions sont directement disponi- bles par simples glissés-déposés. Niagara fournit également une compatibilité avec les tablettes et smartphones, par exemple pour acquitter des alarmes directement sur son téléphone, ou piloter son bureau et consulter l’évolution des consommations. Afin de mieux répondre aux demandes des bureaux d’étude et des exploitants, Btib a développé des outils complémentaires, tels qu’Active-Office pour le recloisonne- ment graphique ou un éditeur de courbes pour permettre à l’utilisateur de créer ses propres courbes à la volée. Toutes ces applications complémentaires ont vocation à simplifier et améliorer le fonctionnement des bâtiments. Niagara permet aussi de communiquer en Web Service avec des applicatifs tiers. Il devient ainsi très simple de connecter les bâtiments à des logiciels d’optimisation énergétique ou des GMAO.

j3e – Toutes ces fonctions ne sont-elles pas compliquées à gérer pour un intégrateur GTB ?
T.C. – Non, bien au contraire. Avec d’au- tres solutions, l’intégrateur utilise souvent plusieurs logiciels pour réaliser toutes ces fonctions. Parfois, le travail doit être fait par 2 personnes aux compétences diffé- rentes, impliquant ainsi de la coordination. Avec Niagara, la programmation se fait très simplement et avec le même outil. Les intégrateurs peuvent même travailler sur un JACE simultanément, facilitant ainsi l’intégration de gros projets. De même les vues Web ne nécessitent aucune compé- tence de développement informatique ou de langage de type HTML : tout se fait graphiquement. En deux mots, on pro- pose moins de temps de coordination et moins d’outils à gérer.

j3e – Quels types de bâtiments vos solutions équipent-elles ?
T.C. – Niagara se distingue par son adap- tabilité à tout type de bâtiment grâce à son architecture système modulable. Chaque JACE est autonome sur sa zone (acquisi- tion, automatisme et vues Web de super- vision) et peut échanger ses informations vers d’autres JACE et vers un serveur pour l’archivage et l’administration. Sur de petits sites, un seul JACE est souvent suffisant. Pour des sites de taille plus conséquente, plus de JACE sont distribués dans le bâti- ment. En termes de coût, cette solution est particulièrement avantageuse pour les sites de petites et moyennes tailles car toutes les fonctions d’une GTB sont in- cluses. Ainsi, l’infrastructure nécessaire est beaucoup moins lourde et comme nous l’avons vu, les coûts de mise en œuvre nettement plus faibles. Moins de matériel, moins de coordination et moins de temps d’ingénierie pour créer une GTB.

j3e – Dans ce contexte, quelle est la fonction de Btib ?
T.C. – Btib a développé un réseau d’inté- grateurs basé sur une association de compétences indépendante des construc- teurs. Nos partenaires construisent leur offre, basée sur Niagara, pour répondre aux problématiques de leurs marchés. Btib les accompagne au travers d’un support technique réactif et d’une proximité impor- tante pour leur permettre de réduire leur temps de mise en œuvre. La valeur ajoutée apportée par Btib se situe dans notre ca- pacité à diminuer les incertitudes et les temps d’ingénierie en apportant des solu- tions de productivité pour des installations de qualité à des coûts maîtrisés. Btib distribue Niagara en direct de son concepteur Tridium depuis plus de 12 ans et notre équipe possède une grande expé- rience sur ces solutions. Nous sommes le meilleur interlocuteur pour mettre en place des architectures évoluées dans le cadre de projets innovants.

j3e – Comment voyez-vous l’avenir de Niagara en France ?
T.C.- Le réseau d’intégrateurs Btib est passé d’une quinzaine de sociétés en 2011 à plus de 70 aujourd’hui. Niagara prend de plus en plus d’ampleur et s’im- pose comme la solution incontournable sur le marché de la GTB, quelle que soit la marque des équipements en couche basse. Les intégrateurs sont désormais confrontés à des demandes d’optimisation énergétique, de gestion de Smart Grid, etc. Niagara leur apporte une solution complète permettant de faire le lien entre les équipements terrains et des couches applicatives spécialisées. ■ 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte