La CRE encourage le développement des smart grids

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a demandé à ERDF et RTE de lui remettre une feuille de route d’ici au 1er novembre prochain, pour faire évoluer les réseaux vers les smart grids. Une délibération de la CRE datée du 12 juin dernier prévoit 41 recommandations dans ce sens.

Sur le même sujet

Adaptation des réseaux actuels aux bornes de recharge des voitures électriques, intégration des énergies renouvelables, pilotage de la consommation d’électricité des ménages ou encore stockage de l’électricité. Voilà les principaux changements encouragés par la Commission de régulation de l’énergie. ERDF et RTE vont donc devoir moderniser le réseau électrique français afin de l’adapter à l’arrivée de nouvelles sources et l’habituer à un nouveau type de gestion. D’après Cécile George, directrice de l’accès aux réseaux intelligents à la CRE, « l’objectif est à la fois de construire un cadre et un avenir pour avoir un déploiement à grande échelle des solutions développées par les industriels autour des réseaux intelligents ».

Un enjeu industriel majeur
La CRE mise beaucoup sur ce nouveau mode de gestion du réseau électrique, et pour cause. La filière représente un enjeu industriel majeur et pourrait d’ici à 2020 générer un chiffre d’affaires de 6 milliards d’euros et permettre la création de 25 000 emplois. La CRE a donc mis en place une série de recommandations techniques et juridiques afin d’adapter le réseau à la nouvelle demande. L’une d’entre elles impose notamment aux bornes de recharge des véhicules électriques de communiquer avec le réseau de manière optimale, afin de pouvoir se déclencher au moment où il y a le moins de demande possible d’électricité, pour qu’elle soit moins chère.

Impliquer le consommateur
L’enjeu global de la transition du réseau vers les smart grids est d’équilibrer à chaque instant la consommation, mais aussi la production d’électricité et de permettre des avancées technologiques, notamment au niveau du stockage massif de courant. Dans la foulée, la CRE compte revoir la règlementation sur l’autoconsommation (consommateur qui produit sa propre énergie), avec pour objectif principal d’encourager les usagers à favoriser ce mode de consommation. Ces derniers auront également à leur disposition l’ensemble des données concernant leur consommation, qui pourra être suivie par le biais de nombreux outils de pilotage (thermostats, applications smartphones, logiciels…). La CRE offre donc une place prépondérante aux usagers et en fait des acteurs à part entière de la transition énergétique.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte