Les journées de l’industrie électrique rassemblent 25 000 visiteurs

A l’occasion de la Fête de la science, du 4 au 12 octobre, 57 centrales hydrauliques, thermiques et nucléaires, ont pu accueillir 25 000 personnes dans le cadre de journées portes ouvertes. Les visiteurs venus nombreux ont notamment pu découvrir les technologies et les savoir-faire du secteur énergétique français grâce à la participation de plus de 1500 techniciens et ingénieurs volontaires.

Sur le même sujet

Les journées de l’industrie électrique, un rendez-vous populaire

Dans toute la France la manifestation a mobilisé de nombreux curieux, passionnés par les questions énergétiques. Les installations les plus visitées furent les centrales nucléaires avec 11 700 participants, puis les barrages hydrauliques qui ont attiré environ 7.800 personnes et enfin les turbines des centrales thermiques qui ont fait le bonheur de 4.600 spectateurs.

Le succès de l’initiative d’EDF tient aussi à la forte mobilisation des agents du groupe. En effet, plus de 1.500 techniciens et ingénieurs  se sont chargés de faire découvrir leurs lieux de travail. Comme l’explique d’ailleurs Jean-Marc Peres, en charge de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux : « on a envie de partager un patrimoine industriel très important pour nous. Derrière (…) il y a des hommes et des femmes qui ont des compétences de pointe, c’est ce qu’on veut également montrer ».

Une initiative qui fonctionne dans les territoires 

De très nombreux sites ont rencontré un immense succès dans toute la France, c’est notamment le cas de l’usine de La Rance ou du barrage de Grand’Maison. L’édition régionale de France 3 a tenu à souligner que la centrale hydraulique la plus puissante de France a attiré à elle seule plus de 1.600 personnes désireuses de mieux connaître l’un des véritables moteurs économiques de l’Isère, d’une puissance de 1800 megawatts.

Les différents ateliers pédagogiques qui ont rythmé les visites ont séduit un public de 7 à 77 ans. Pour Florence Peytavy, responsable de la communication du Centre d’exploitation des turbines à combustion de Dirinon en Bretagne,  « le tourisme industriel se développe, les gens s’intéressent à ce patrimoine et cela permet de discuter avec les salariés ». Une tendance qui peut d’ailleurs se vérifier tout au long de l’année puisque de nombreuses centrales restent ouvertes…

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte