Le futur énergétique de l’Afrique se prépare aujourd’hui

L’accès à l’énergie  est une condition sine qua non pour assurer le développement socio-économique d’un territoire. Afin de tenter de sortir le continent Africain de sa situation de « précarité énergétique », les initiatives se multiplient. Du New York Forum Africa en passant par les fondations de Jean-Louis Borloo et Schneider Electric, l’avenir énergétique de l’Afrique se prépare aujourd’hui…

Sur le même sujet

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, près de 625 millions d’Africains vivent actuellement sans électricité. Une réalité encore plus frappante dans les zones rurales, où 80% de la population ne dispose pas d’un accès au réseau électrique. C’est pour améliorer les conditions d’existence de ces populations, que le Gabon consacre la 4ème édition du New York Forum au thème : « investir dans l’énergie du continent ». La manifestation qui aura lieu du 29 au 31 août prochains devrait permettre de faciliter les contacts entre les différents porteurs de projets, notamment dans les énergies renouvelables…

Par ailleurs, d’autres initiatives ont récemment montré l’importance de l’énergie pour le continent africain. C’est notamment le cas de la fondation de Jean-Louis Borloo, soutenue par le président François Hollande. Lors du 24e sommet de l’Union africaine à Addis Abeba, l’ancien centriste a rappelé que « seulement 25 % de la population africaine bénéficie d’un accès à l’électricité », avant d’affirmer: « Il est temps de lancer le plan Marshall de l’électrification du continent ». Sur les 10 prochaines années, le programme ambitionne de distribuer 4 milliards d’euros de subventions et d’assurer des prêts pour un montant approximativement égal à 200 milliards d’euros…

Autre projet similaire, l’entreprise Schneider Electric a annoncé le 3 mars dernier le lancement du fonds Energy Acces Ventures qui vise l’électrification d’un million de foyer d’ici à 2020. Ce plan décidé par le PDG De Schneider Electric, Jean-Paul Tricoire, aura finalement séduit de nombreux partenaires. Parmi eux, on compte notamment l’agence britannique CDC UK, mais aussi la Banque Européenne d’Investissement, ou encore Propaco, une structure créée par l’Agence Française de Développement. Au total, une enveloppe de 54,5 millions d’euros sera consacrée pour « favoriser un accès durable à l’énergie en Afrique ».

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte