Magazine Electricien+ : les brèves d’avril

La Fondation Rexel pour le progrès énergétique vient de rejoindre l’initiative «Yale Climate Change Dialogue »

Sur le même sujet

Elle a participé à l’une de ses rencontres clés, qui s’est tenue le 30 janvier 2015 à New York en présence de leaders issus des entreprises et des milieux gouvernementaux et académiques. Avec plus d’un demi-million de clients installateurs électriques, entreprises industrielles ou de services, Rexel occupe une position stratégique pour promouvoir l’adoption de solutions innovantes et vertueuses pour le climat dans les bâtiments résidentiels et tertiaires et pour le marché industriel.

Panorama de l’électricité renouvelable 2014
rapport-autoconsommation
Le développement des installations de production d’électricité renouvelable et leur bonne insertion dans le système électrique représentent des enjeux importants en matière d’adaptation des infrastructures de réseau et de gestion du système électrique en France et en Europe. La transparence, la concertation et l’innovation sont des leviers essentiels pour atteindre l’objectif que s’est fixé notre pays en termes de déploiement des installations de production d’électricité renouvelable. 92 pages gratuites sur le site : www.enr.fr

L’excellence des grossistes en matériel électrique
Le 4 février 2015, la Fédération des grossistes en matériel électrique (FGME) a accueilli la finale du concours de l’un des Meilleurs ouvriers de France (MOF) pour la classe Technico-commercial conseil en solutions d’efficacité énergétique. Quatre candidats issus des entreprises adhérentes de la FGME ont participé à cette épreuve qui consistait principalement en un acte de vente, sous le regard aguerri d’un jury présidé par Richard Chery, président de la FGME, et composé de représentants de tous les collèges d’entreprises adhérentes à la Fédération (groupes, groupements, réseaux), de représentants des écoles partenaires de la profession (CFA Codis, IAE de Lyon) et de Roland Mongin, délégué général de la FGME. La remise des médailles aura lieu à la Sorbonne le 16 avril 2015.

Manuel de prévention du risque électrique

ouvrage com st

Le nouveau Manuel de prévention du risque électrique « d’ordre électrique sur ouvrages de distribution et installations extérieures » de ComST Edition est illustré par de nombreux schémas explicatifs. Ce carnet de prescription s’adresse à toutes les personnes habilitées pour effectuer des opérations sur les installations électriques extérieures (éclairage public BT BT et HTA, production photovoltaïque…). 134 pages, à commander (16 €) sur le site www.comstedition.com.

Autoconsommation d’électricité
La réinjection du surplus d’électricité dans le réseau est une pertinence économique à court terme pour le marché français. Celle-ci permet d’introduire la notion d’autoproduction électrique en étant assuré de valoriser, quels que soient l’usage du bâtiment et le taux d’autoconsommation, la part non consommée sur site. En somme, la production électrique consommée sur place par les appareils en cours de fonctionnement (l’autoconsommation) n’est pas comptabilisée par le compteur de production, mais vient réduire le décompte de la consommation. Seul le surplus de la production par rapport aux consommations instantanées est vendu.

Energies renouvelables
En 2014, les énergies renouvelables (EnR) ont représenté 19,5 % de la consommation électrique française. L’énergie électrique produite par les EnR autres qu’hydrauliques dépasse la production d’énergie thermique fossile pour la première fois. Plus de la moitié de la production est d’origine éolienne, le reste se répartissant entre le solaire photovoltaïque et la biomasse. Les réseaux électriques anticipent ces évolutions avec la mise en œuvre des schémas de raccordement régionaux : treize sont en vigueur et six sont en cours de finalisation. L’énergie éolienne fournit, 3,7 % de la consommation électrique française, photovoltaïque 1,3 %, les bioénergies 8,4 % et l’hydraulique 13,5 %.

Habilitation électrique
Se former avant le 1er juillet 2015
habilitation electrique copyright  Formation-industries-pacaLa circulaire 2012/12 du 9 octobre 2012 relative à la prévention des risques électriques impose une habilitation aux travailleurs intervenant sur les installations électriques. Les employeurs disposaient d’un délai qui arrive à échéance le 1er juillet prochain pour intégrer progressivement l’ensemble des salariés concernés dans le processus d’habilitation, dont les modalités sont définies par la norme NF C 18-510. L’habilitation est la reconnaissance par l’employeur de la capacité d’une personne à accomplir, en sécurité vis-à-vis du risque électrique, les tâches qui lui incombent. L’obligation de formation à la sécurité énoncée à l’article L.4141‐2 du code du travail met l’accent sur la responsabilité de l’employeur. Ce dernier doit s’assurer que le contenu de la formation dispensée permet bien aux travailleurs d’acquérir les connaissances relatives au risque électrique et aux mesures de prévention qu’il convient de mettre en œuvre pour s’en protéger. Cependant, l’habilitation ne suffit pas à dégager l’employeur de sa responsabilité…

Schneider Electric récompensé par 5 prix
Cube 2020 est un concours national interentreprises récompensant la mise en œuvre des bonnes pratiques en matière de consommations énergétiques des bâtiments. 74 bâtiments tertiaires ont été mis en compétition sur les économies d’énergie réalisées. Schneider y a fait un carton plein : Médaille d’or de la catégorie « Meilleur progression de parc », pour un ensemble de 12 bâtiments ayant réalisé 10,22 % d’économies en un an. Médaille d’or « Bureaux non certifiés de plus de 10 000 m2 » pour le site de Mâcon, avec 16,9 % d’économies. Médaille d’argent ex æquo pour les sites d’Angoulême Agriers et d’Eybens, qui ont atteint chacun 15 % d’économies. Enfin, Médaille d’argent « Bureaux non certifiés de moins de 3 000 m2 », pour l’agence de Lille, avec 11,6 % d’économies.

Ei Electronics s’installe en France
Leader européen sur le marché résidentiel en sécurité incendie, Ei Electronics accélère son développement en France et a créé sa structure Ei Electronics SAS au premier trimestre 2015. Sur un marché qui se structure seulement depuis l’obligation du 8 mars 2015 de posséder des détecteurs incendie, Ei Electronics entend affirmer sa position en France et répondre aux attentes des installateurs professionnels ainsi qu’à son réseau de distribution. Depuis cinq ans, Ei Electronics y a déjà livré plusieurs millions de détecteurs de fumée. En 2014, la société avait doublé sa capacité de production pour le marché français. Avec les dernières demandes croissantes, Ei Electronics prévoit à nouveau de doubler sa production de détecteurs de fumée d’ici fin 2015. Paul Howley, directeur marketing et commercial France, précise : « La création de l’entité EI ELECTRONICS France va nous permettre de répondre au plus près aux préoccupations de nos clients et de notre réseau de distribution. Les installateurs professionnels sont très sollicités actuellement en raison des délais des lois Alur et Morange et des nombreuses demandes de dernière minute. Ainsi, nous nous engageons à les soutenir et à faciliter leurs approvisionnements. »

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte