Energies marines : développement des éoliennes offshores et des hydroliennes

HYDROLIENNE SABELLA EN POSITION DANS L EMBOUCHURE DE L ODET EN BRETAGNE LES PLONGEURS DE IN VIVO ENVIRONNEMENT FIXENT LA FIBRE OPTIQUE

Alors que l’Europe compte déjà de nombreux parcs éoliens offshores, les énergies marines renouvelables vont enfin faire leur apparition en France. Six parcs éoliens en mer sont en projet à l’horizon 2020 et la France est également sur le point d’expérimenter la technologie récente de l’hydrolienne.

Sur le même sujet

Le Premier ministre Manuel Valls a inauguré le 2 décembre 2014 l’usine d’Alstom de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire, créée pour assembler les générateurs et les nacelles d’éoliennes en mer. La première machine est prévue pour fin 2015 et sera livrée à EDF EN (Energies nouvelles), qui a été choisi par le gouvernement pour les trois premiers projets de parcs éoliens marins au large de Fécamp, de Courseulles-sur-Mer et de Saint-Nazaire. Ces parcs comprendront environ 80 éoliennes chacun, avec une capacité de production de 6 MW. Chacun d’eux devrait permettre de couvrir la consommation électrique annuelle de 600.000 personnes.

Les trois autres parcs éoliens sont prévus pour 2020 au large de Saint-Brieuc, de Tréport et de l’île d’Yeu. Le premier projet sera mené par l’entreprise espagnole Iberdrola et comprendra 62 éoliennes de 8 MW. Les deux autres seront gérés par GDF Suez, dont le nom commercial est désormais Engie, avec également 62 éoliennes chacun et une capacité totale de 1.000 MW.

Au contraire de l’éolien offshore, la turbine hydrolienne a encore peu été exploitée en Europe. Pourtant, cette technologie, qui exploite les courants des marées, a un potentiel de 12,5 GW sur le continent, soit l’équivalent de 12 réacteurs nucléaires. Deux projets pilotes ont été sélectionnés par le gouvernement: l’un de 4 hydroliennes mené par Engie et Alstom, et l’autre de 7 hydroliennes mené par EDF et DCNS.

Les premiers tests auront lieu sur la ferme hydrolienne expérimentale de Paimpol-Bréhat d’ici la fin de l’année. DCNS a commencé à Cherbourg l’assemblage de deux hydroliennes d’un diamètre de 16 mètres chacune, dont l’installation en mer pour tester leur fonctionnement et leur résistance aux conditions marines est prévue pour décembre. EDF EN sera ensuite chargé du raccordement du site au réseau électrique terrestre.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte