Trilux Xperience Tour 2015

©Trilux. Photo Christoph Meinschäfer

Ce Tour européen, qui a commencé à Paris le 2 juin dernier, est l’occasion pour Trilux de montrer une nouvelle approche de la lumière : via les technologies mises en œuvre par la marque, mais aussi au travers des émotions qu’elle suscite, des effets qu’elle permet de créer et des nouveaux concepts d’éclairage qu’elle offre.

Sur le même sujet

©Trilux. Photo Christoph Meinschäfer

©Trilux. Photo Christoph Meinschäfer

C’est sur la Seine, à bord d’un bateau, que le Trilux Xperience Tour a choisi d’accueillir les prescripteurs français, avec pour fond la Tour Eiffel plus lumineuse que jamais et qui fait toujours autant rêver. Part de rêve qu’apporte la lumière, ainsi que l’a souligné Lionel Witkowski, PDG de Trilux France, « qui nous accompagne à chaque instant. De nuit comme de jour, elle rythme notre quotidien, stimule notre imagination, embellit les villes, met en valeur les architectures intérieures et va même bien au-delà aujourd’hui en communiquant. La lumière comme medium via la technologie LED est devenue une réalité, mais ne doit pas nous faire oublier que sa qualité dépend de développements qui s’appuient sur la recherche et un savoir-faire dont il faut avoir la maîtrise. » Et Lionel Witkowski de citer le vaste champ d’applications possibles au sein de Trilux : des produits qui offrent un éclairage économique et dynamique, via des efficacités élevées, la gradation et la détection, des accentuations pertinentes grâce à des projecteurs aux réflecteurs adaptés, des teintes modulables en harmonie avec les objets éclairés, mais aussi des designs sur mesure.

©Trilux. Photo Christoph Meinschäfer

©Trilux. Photo Christoph Meinschäfer

Mais au-delà des performances technologiques, la lumière «illumine nos sens, simplifie notre vie», devise de Trilux à laquelle Philippe Dehais directeur commercial, ajoute qu’elle est également «philosophie, croyance, science et un art. Aux lumens par watt, j’oppose l’exceptionnelle lumière qui inonde le visage rayonnant de Marisa Berenson dans Barry Lindon de Kubrick. Elle se désire aussi : aux UGR inférieurs à 19, j’oppose l’insistance du Petit Prince auprès de Saint-Exupéry pour profiter de la lumière d’un coucher de soleil car c’est là sa seule distraction. Aux IRC, j’oppose les trente cathédrales rouennaises de Claude Monet jouissant chacune d’une lumière différente selon l’heure de la journée et la saison qui l’inspiraient.»

« Ce tour européen est né de l’idée que le métier change, explique Lionel Witkowski, et l’émotion prend le pas sur le produit en lui-même, sur les niveaux d’éclairement. Notre équipe parisienne s’est agrandie avec l’arrivée de jeunes ingénieurs qui travaillent en étroite collaboration avec les prescripteurs. Ce soir est l’occasion de rassembler nos partenaires, architectes, installateurs, distributeurs avec lesquels j’ai tissé des liens d’amitié au cours de ces 15 années. »

Et Trilux d’ajouter une corde à son arc via un partenariat avec le fabricant italien SIMES, spécialiste de l’éclairage des abords des bâtiments et de la mise en valeur des bâtiments, dont il est désormais le distributeur officiel en France.

www.trilux.com/fr

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte