Le Prieuré lance un concept innovant : la toiture végétalisée connectée

Toiture végétalisée plate avec bac Hydropack © Le Prieuré

Augmenter la biodiversité en milieu urbain en répondant à la problématique du stockage des eaux pluviales ? Voici le défi que Le Prieuré semble relever en y ajoutant sa touche de high-technology. Grâce à un système de pilotage à distance, il est à présent possible de suivre la « vie » des végétaux sur toiture et le courant des eaux.

Sur le même sujet

Dans le projet de loi Biodiversité du 24 mars 2015 adopté par l’Assemblée nationale, un amendement rend obligatoire l’installation de « procédés de production d’énergies renouvelables » ou d’un « système de végétalisation » sur les toitures des nouvelles surfaces commerciales.En matière de transition énergétique, on définit souvent comme limite la capacité de stockage de l’énergie et de l’eau. Ainsi, Le Prieuré propose sa réponse après avoir investi 1 millions d’euros pour répondre à cette problématique.

L’objectif ? Diminuer le volume d’eau rejeté dans les réseaux et la réutiliser pour irriguer les plantes. En effet, lorsque le bac de réserve d’eau Hydropack est saturé son surplus se rapatrie dans le sous-bac de stockage Hydrostock composé de deux compartiments distincts. L’eau accumulée dans le sous bac se vide alors par remontée capillaire pour irriguer les plantes. Un régulateur permet aussi de contrôler le débit d’eau rejetée dans le réseau. La capacité de stockage d’eau sur le toit s’étend à présent à 90 litres par mètre carré.

Un suivi des performances en temps réel

La mise en œuvre d’un système de monitoring Cactus permet grâce à des capteurs installés dans la végétation de recueillir et transmettre des données via une interface installée sur ordinateur tablette ou Smartphone. Il comprend la surveillance instantanée de la température, la quantité d’eau pluviale tombée, le volume d’eau stocké ainsi que le débit de fuite de la Toiture hydroactive connectée. Des rapports sont fournis afin de connaître d’un point de vu hebdomadaire, mensuel ou annuel les détails de l’évolution de l’eau sur les toitures. Depuis sa mise au point, ce système a déjà séduit la ville de Paris ainsi que Lyon. Des investisseurs privés ont déjà participé à la mise en œuvre de 3 projets à Poissy, Rungis et Moins.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte