Edito E+57 : La domotique dès la conception

Pour que la domotique fasse partie intégrante de nos vies, elle doit être présente en amont des chantiers immobiliers (construction et rénovation) afin de garantir à la fois un prix compétitif et une évolutivité maximale. Mais la domotique est aujourd’hui confrontée au manque de connaissances de nombre d’artisans, doublé de la nécessité pour eux de savoir vendre des technologies qui sortent des sentiers battus de leur métier d’origine.

Sur le même sujet

Selon un sondage récent, 80 % des foyers interrogés disent connaître la domotique, mais ils ne savent pas ce que cela recouvre exactement. Automatiser des volets fait partie de la domotique, par exemple. Mais quand ils doivent remplacer ou rénover leur installation électrique, ils ne demandent que peu d’informations et l’électricien ne propose que peu d’innovations par crainte de s’engager dans un chantier complexe : devoir expliquer ce qu’est la domotique et en assurer la mise en œuvre. Pour autant, beaucoup d’intégrateurs créent leur société en espérant vivre de la programmation. Ils viennent de plus en plus de l’informatique et des télécoms et cherchent une reconversion. Mais nombreux sont ceux qui déchantent et doivent se consacrer à l’électricité classique. Les électriciens issus de l’automatisme s’en sortent beaucoup mieux.
Les chauffagistes ne sont pas plus informés sur les nouvelles technologies, et seul le thermostat permet le contrôle du chauffage. Avec la domotique, il en va tout autrement, car celle-ci propose de nombreuses solutions.

De leur côté, les architectes sont assez peu au fait des progrès de la domotique. Le métier d’architecte est à la croisée des chemins. Il doit tout connaître sans être un spécialiste.
Que ce soit le client, l’électricien ou l’architecte, tous doivent être assurés des capacités de la domotique et, surtout, être convaincus des bienfaits de ces technologies émergentes. Il faut rassurer pour que chacun puisse oser expérimenter. Car chacun, à son niveau, peine à s’investir par peur des problèmes potentiels qu’il ne saurait pas gérer.
Tous ces métiers doivent se parler, discuter, trouver des accords pour créer localement leur marché. Une fois que l’architecte est persuadé de la nécessité de la domotique, il convainc ses clients. L’électricien, lui, repère les besoins de ses clients et appelle un collègue domoticien. Ensemble, ils œuvrent au développement de leur structure et apportent une réelle valeur ajoutée. Pour ceux qui veulent se spécialiser dans le maintien à domicile, par exemple, le travail conjoint avec un ergothérapeute est primordial.
Il faut que la domotique sorte des clichés de gadgets pour riches. Pour cela, elle doit être intégrée à la construction de la maison, et les professions qui concourent à son déploiement doivent travailler main dans la main.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte