Salon IBS 2015 : entretien avec Olivier Fillot, directeur des Ventes France et OEM Distech Controls

Olivier Fillot - Directeur des Ventes France et OEM Distech Controls / Credit photo : Distech Controls

Pour le salon IBS 2015, Filière3e a tenu à s’entretenir avec Olivier Fillot, Directeur des Ventes France et OEM Distech Controls. L’occasion de faire le point en matière d’efficacité énergétique, de domotique, et sur les nouveaux projets professionnels à concrétiser pour le groupe en 2016.

Sur le même sujet

IBS 2014, IBS 2015. Quels sont les fondamentaux qui ont changé sur votre marché ?

Il n’y a pas de virage à 90°, mais toujours une tendance de fond qui s’est désormais inscrite dans les mentalités des maîtres d’œuvre sur la nécessité de gérer les énergies dans les bâtiments.
Cela favorise naturellement l’utilisation des solutions de contrôle permettant d’atteindre l’équilibre entre confort et sobriété énergétique. Avec un coût des énergies plutôt stable, les travaux liés à la réduction de la facture énergétique sont engagés grâce au cadre légal qui permet d’obtenir financements et subventions.


La RT 2012 et la loi de transition énergétique contribuent à renforcer les actions et services d’efficacité énergétique. Quelles évolutions majeures voyez-vous désormais dans vos domaines d’activité pour 2016 (nouveaux produits, services) ? 

Avec la fin des tarifs réglementés gaz et électricité pour les professionnels, les utilisateurs se questionnent. Ils n’ont plus seulement besoin de savoir combien ils consomment, mais comment ils consomment,  c’est-à-dire à quel moment, avec quelle puissance effaçable, afin de pouvoir souscrire un  contrat tarifaire qui leur sera le plus favorable. Par ailleurs, la  RT 2012 a créé des bâtiments plus performants. Mais le resteront-ils dans le temps ? La notion de service monte donc en puissance chez nos clients intégrateurs avec des niveaux de surveillance accrus et un accompagnement pour le pilotage de bâtiments devenus plus « pointus ».


L’Internet des objets fait son irruption en particulier pour l’habitat individuel et va continuer à se développer. En quoi cela change-t-il la donne pour vos produits et le tertiaire ?

Il est encore un peu tôt pour y voir vraiment clair pour le marché tertiaire, c’est une phase d’observation ; l’Internet des objets est en train d’entrer dans tous les bâtiments. Nous nous y sommes préparés en lançant dès janvier de cette année notre gamme de contrôleurs Eclypse  avec connectivités IP et Wi-Fi avancées, ainsi que Envysion, une interface web fonctionnant sur Android.

L’offre pour les locaux techniques est prête, mais l’offre régulation terminale ne l’est pas encore.

Nous sortons dans un premier temps un contrôleur pour boîte à débit variable IP qui sera présenté à IBS et travaillons sur une offre plus large de gestion des terminaux en IP.

Ce qui est certain et confirmé, c’est que tous les produits devront pouvoir communiquer entre eux. À quel  niveau se fera l’échange, celui du bâtiment ou, plus sûrement, celui du cloud ? Les choix dépendront des besoins des clients in fine, aujourd’hui nous travaillons sur les différentes pistes, et des solutions sont déjà prêtes : l’ouverture à tous les niveaux a toujours été l’une des valeurs essentielles de Distech Controls.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte