Éclairage des cafés, bars et restaurants

© Havells Sylvania

L’éclairage, révélateur du concept architectural

Sur le même sujet

Le design et l’architecture intérieure des cafés, des bars et des restaurants sont l’objet d’une attention croissante : de plus en plus étudiés, dessinés et sophistiqués, les projets jouent sur l’intégration de la lumière dans les murs, les plafonds, les mobiliers… et l’utilisation de matières plurielles, marbre, pierre d’onyx, bois, rétroéclairées. Tonalités de blancs ou variété de couleurs, la LED répond à toutes les attentes.

Interview de Pascal Loiré

Pascal LOIRÉ Depuis 30 ans dans le métier de l’éclairage, Pascal Loiré est dirigeant de la société Intension créée en 2002 et spécialisée dans la conception et la distribution de solutions éclairage. © Hélène Loiré. À Paris ou Ailleurs.

© Hélène Loiré. À Paris ou Ailleurs.

Depuis 30 ans dans le métier de l’éclairage, Pascal Loiré est dirigeant de la société Intension créée en 2002 et spécialisée dans la conception et la distribution de solutions éclairage.

 

 

À quelles exigences des maîtres d’ouvrage devez-vous répondre ?
En général, pour les projets de bars, restaurants, hôtels, nous avons affaire à des clients finaux qui sont de grands professionnels et qui connaissent précisément leurs objectifs en termes d’image et d’identité. Très souvent, ils gèrent plusieurs établissements et les projets s’enrichissent également de leurs expériences. L’éclairage est le vrai révélateur du concept car nous sommes la plupart du temps confrontés à des ambiances tamisées. Les facteurs de contrastes sont donc élevés. Les effets sont beaucoup plus visibles comparés à des applications du type tertiaire, bureau ou magasin.
Nous devons répondre aux mêmes attentes que celles du résidentiel de luxe et des scénographies de musées ou d’expositions, domaine dans lequel nous intervenons aussi beaucoup, ce qui nous donne une très grande expérience dans l’approche des projets.

Sur quoi s’appuie votre approche du projet ?
Éclairagiste de formation (niveau 2 de l’AFE) et de terrain (spécialisé dans l’éclairage des commerces chez un fabricant avant de créer intension), j’ai complété mes connaissances via mon activité distribution qui me donne un accès constant aux produits et à l’innovation.
C’est cette approche à la fois théorique et pratique qui me permet de dialoguer et d’interpréter les souhaits des clients en posant les bonnes questions. Lors de l’étude, nous passons toujours par une phase de démonstration visuelle qui donne l’opportunité aux clients de voir les effets de la lumière. Dans les cafés, bars et restaurants, tout est question d’ambiances et de design. Le choix du luminaire est essentiel et étroitement lié au concept d’éclairage.

Comment définir le concept d’éclairage ?
Il faut tenir compte de quatre composantes principales. L’éclairage fonctionnel, tout d’abord, relatif aux cuisines, chambres froides et zones de stockage : les appareils doivent être techniques, mais aussi offrir un design agréable. En effet, de plus en plus souvent les cuisines sont ouvertes sur la salle de restaurant, les zones de cuisson peuvent même être installées au centre de la pièce de façon à laisser voir les chefs travailler. La salle à manger met en œuvre un éclairage architectural et d’accentuation qui procure un confort visuel aux clients, que ceux-ci se déplacent, soient au comptoir en train de boire un verre ou assis à table.
Une troisième composante concerne l’éclairage intégré. Les architectes utilisent les volumes, les matières, le mobilier, pour y incorporer des appareils d’éclairage devenus miniaturisés et flexibles grâce à la LED. Profilés extra-plats, rubans, linéaires, luminaires encastrés, etc., s’intègrent discrètement tout en soulignant l’architecture des espaces.
Enfin, le luminaire comme élément de décor s’impose aujourd’hui au travers des créations des plus grands designers tels Tom Dixon, Michael Anastassiades. Les suspensions, lampadaires ou lampes à poser se déclinent en cuivre, laiton, en couleurs… Ils sont la partie réservée au décorateur, mais doivent être pris en compte dans l’installation électrique et également la gestion de l’éclairage.

Gérer les scènes de lumière constitue un passage obligé ?
Je pense que, compte tenu de la diversité des besoins et des exigences (il ne faut pas oublier l’aspect sécurité), il est nécessaire, après avoir échangé avec les différents intervenants, architectes, décorateurs, ABF, d’élaborer les scénarios lumière pour répondre au mieux aux attentes du client final les enjeux concernent à la fois l’image de son établissement, la communication, le confort des convives, la mise en valeur de l’architecture, l’adéquation de l’ambiance lumineuse avec les spécifiques culinaires.
Autant de paramètres auxquels les solutions éclairage doivent s’adapter. L’objectif consiste à susciter des émotions et à offrir un certain bien-être approprié au moment de la journée. Par exemple, les scénarios seront différents au moment du café du matin pris au comptoir, lors d’un déjeuner rapide, à l’heure des cocktails et au dîner. Il faut pouvoir faire varier les températures de couleur, les intensités, les couleurs elles-mêmes… L’éventail des systèmes de contrôle couvre largement toutes ces possibilités, sans compter les perspectives d’économies d’énergie induites.

Intension

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte