La domotique pour une habitation plus économique

(c) Honda

Considérée il y a encore peu comme un gadget, la domotique s’est imposée depuis l’obligation de la RT2012. Car dans ce cas, outre le confort gagné au quotidien, la domotique permet de faire de réelles économies d’énergie. En ces temps de crise économique avec le prix des énergies en constante hausse, moins dépenser est un argument qui séduit de plus en plus de particuliers. L’Agence Internationale de l’énergie prévoit une augmentation de 70% de la consommation énergétique d’ici à 2035, d’où une tension croissante sur les prix. La RT 2012 passe non seulement par l’instauration de nouvelles normes de construction et d’équipements pour la réalisation de bâtiments basse consommation mais également par le financement de vastes plans de rénovation des bâtiments existants. C’est sur ce marché que les intégrateurs domotique doivent concentrer leur énergie.

Sur le même sujet

Après un échec cuisant dans les années 1980, elle connaît aujourd’hui un renouveau. Elle n’est plus perçue comme un gadget inutile, mais comme une technologie qui rend de réels services. Rien ne sert en effet de mettre de la technique partout, si cela ne correspond pas à un besoin précis. L’approche raisonnée l’a emportée sur le tout domotique. Des packs s’adaptent avec des solutions adaptées aux différents usages. Fini aussi les usines à gaz dont la complexité rendait l’usage incompréhensible pour les non technophiles. Combien de fois a-t-on vu des interrupteurs tactiles à multiples boutons avec des étiquettes pour repérer les fonctions. L’usage l’emporte maintenant sur la technologie et l’intégrateur doit changer son discours. Communicante, interactive, multifonctionnelle, la domotique d’aujourd’hui s’adapte aux besoins de chacun et il faut le faire savoir.

Les jeunes Millénaires ont l’internet dans la peau et l’envie d’être le prochain Google ou Nest. En cela, il innove, s’affranchissent totalement des codes historiques d’un secteur qui se transforment depuis l’arrivée du numérique. Ces jeunes start-up innovent et forcent les acteurs installés à muter et à évoluer pour ne pas mourir. Les industriels des secteurs d’activité concernés (voir la roue du secteur domotique) déploient des trésors d’ingéniosité pour trouver des solutions technologiques adaptées à leur domaine qui répondent aux préoccupations des usagers et notamment celles des économies d’énergie.

Le Mondial du bâtiment est l’illustration des tendances du marché. Trop de personnes pensent que seul le bâti et l’enveloppe du bâtiment permettent de faire des économies. Même si la part de l’isolation est importante, elle ne suffit pas à maintenir une performance énergétique dans le temps. Les nouveaux matériaux utilisés par les bâtisseurs garantissent un niveau de performance énergétique élevé. . Le développement des énergies renouvelables permet de baisser la facture énergétique mais également de limiter l’empreinte environnementale de chacun. A l’heure de la conférence mondiale sur le climat à Paris en décembre 2015, les gouvernements ont leur part d’engagement à respecter mais chaque personne a sa propre responsabilité.

Ce n’est pas toujours l’autre qui doit montrer l’exemple. Notre empreinte sur l’environnement, rejoignant en cela l’objectif que s’est fixée la communauté internationale de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050.
Les équipements et appareils installés (chauffage, ventilation, climatisation, éclairage, volets et stores roulants) et surtout leur mise en relation à travers des scénarii garantissent une non dérive des comportements. Seule l’association du passif (enveloppe) et de l’actif (capteurs) peuvent permettre de diminuer la facture énergétique et par la même occasion la hausse des températures.

secteur actif dans la domotique

secteur actif dans la domotique

 

Une maison communicante

Grâce à la RT2012, les constructions neuves doivent disposer de moyens de contrôle des consommations énergétiques depuis le 1er janvier 2013. Leur visualisation n’est pas obligatoire mais vivement conseillée. Le législateur s’est appuyé sur les nouvelles technologies de l’internet pour mieux contrôler l’efficacité énergétique de l’habitat. Des études montrent ainsi qu’on peut réaliser jusqu’à 12% d’économie d’énergie par la simple remontée d’informations en temps réel sur la consommation du foyer. En effet, le développement des télécommunications et des réseaux sans fil apportent un plus dans l’optimisation de la consommation énergétique.
L’installateur doit sans cesse répéter que les systèmes de contrôle permettent d’agir de manière efficace et « jouable » sur les différents équipements de la maison à partir de commandes centralisées. Cette centralisation permet également, grâce à l’internet, d’intervenir à distance en fonction de l’évolution des circonstances et prendre le contrôle de la chaudière.


Moins dépenser, c’est facile !

  • Eclairer si nécessaire,
  • Eteindre les lampes dans les pièces vides,
  • Avoir une intensité lumineuse adaptée aux différentes activités,
  • Préférer les lampes LED,
  • Chauffer à 19°C pour des pièces à vivre et 15°C dans les chambres,
  • Avoir des volets roulants à fermeture automatique,
  • Avoir des appareils électriques A+++,
  • Avoir un commutateur central pour éteindre les appareils en veille et toutes les lampes,
  • Utiliser les cycles courts des machines à laver pendant les heure creuses,
  • Faire réviser chaque année votre chaudière,
  • Installer un contrôle de  chauffage pièce à pièce.

En 2020, toutes les constructions devront être à énergie positive. C’est à dire que la maison consomme moins que ce qu’elle produit. On la nomme BEPos, bâtiment à énergie positive. Pour atteindre cette efficience et non efficacité, la maison devra être intelligente (smarthome). Elle renverra son électricité produite sur un réseau intelligent (smartgrid) qui ne pourra pas fonctionner de manière centralisée en étoile. Chaque bâtiment deviendra producteur, distributeur et acheteur d’énergie. Le travail est immense pour passer le cap et tout doit devenir intelligent des immeubles (smartbuilding), à l’éclairage public (smartlighting) en passant par la gestion de la ville (smartcity). Le rôle des électriciens et intégrateurs est énorme. L’objectif recherché en rendant dès aujourd’hui la maison  intelligente est de tendre vers le bâtiment à énergie positive. La gestion généralisée et optimisée des consommations de l’habitat est couplée à des dispositifs de production locale type éolien ou photovoltaïque et s’appuie sur des moyens de stockage incluant notamment le véhicule électrique.

L’état a validé depuis quelques mois déjà l’installation massive des compteurs électriques communicants Linky. Cette généralisation dans les installations de compteurs électriques communicants de dernière génération permettra une distribution intelligente de l’énergie sur le réseau. Selon les volontés de chacun, le responsable du réseau électrique pourra s’adapter aux contraintes de consommation en gérant les périodes d’effacement planifiées ou non.


Prime Plus : un accompagnement pour la rénovation énergétique
Le site Prime Plus vise à accompagner les particuliers souhaitant se lancer dans un projet de rénovation énergétique de leur habitat. La plateforme propose différents outils de conseil et de contact, pour trouver des aides et des professionnels proches de chez soi. Prime Plus intègre ainsi différents services et informations auparavant épars, incitant ainsi l’utilisateur à prendre l’importante décision que constitue la rénovation énergétique de son habitat. Pour ce faire, le site héberge un simulateur de diagnostic de performance énergétique : ce dernier est conçu pour suivre la méthode de l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) 3CL-DPE. Pour en savoir plus : http://www.prime-plus.fr/.


Pourquoi utiliser la domotique ?
Tout d’abord parce que rénover l’enveloppe de l’habitat est certes efficace mais coûte très cher. Quelques capteurs bien réfléchis coûtent quelques centaines d’euros et, quelques adaptations simples permettent de réduire sensiblement la consommation d’énergie des bâtiments résidentiels, en plus de modifier certaines habitudes. Gérer la lumière, piloter le chauffage, automatiser le fonctionnement des volets… la domotique facilite le quotidien de la maison et apporte une réponse à un défi qui nous concerne tous : économiser l’énergie.

En poussant l’intégration, certaines installations ont diminué de presque 50% leur consommation d’électricité. En contrôlant les prises et les interrupteurs, l’interrupteur central permet de couper l’énergie de la maison pendant les absences. Toutes les possibilités offertes par la domotique (veille, gestion de l’éclairage et du chauffage) permettent immédiatement de réduire la dépenses énergétique de 6 à 10 %, pour une intervention minime.
Poussée par le moteur Grenelle de l’environnement, la performance thermique de la maison constitue un argument de taille en faveur de la domotique. Une installation domotique bien conçue, c’est 25 à 30 % d’économies énergétiques par an. L’obligation de maîtriser ce type de coût justifie à elle seule le recours à l’automatisation et à des scénarios de gestion domestique.

Même si la multiplication des équipements programmables et des objets interconnectés améliorent le confort et la sécurité auxquels tout un chacun aspire, cela permet de concrètement de réaliser des économies d’énergie.
Des détecteurs de mouvement permettent ainsi de commander l’extinction de la lumière dans une pièce inoccupée, ce qui est intéressant à considérer quand on sait que l’éclairage représente 15% de la consommation électrique.
Le contrôle des ouvrants selon les heures, la température et l’ensoleillement participe activement au confort des habitants mais surtout à isoler du froid comme du chaud l’habitation.
Les nouvelles box domotique d’aujourd’hui permettent de programmer des scenarii adaptés à chaque mode de vie de manière conviviale

Domotique et pilotage du chauffage
Le chauffage représente 60% de la dépense énergétique moyenne du logement. C’est donc tout naturellement, sur ce poste, que les efforts doivent se concentrer. Il faut savoir qu’une baisse de la température d’un degré diminue la facture énergétique globale de 7%. Pour une efficacité maximale, l’installateur doit proposer de poser une box pour gérer le chauffage en multizone. Cette version évoluée des têtes thermostatiques permet de gérer en central les températures choisies par pièce selon un agenda. De 8h à 17h, rien ne sert de chauffer. Mais en y ajoutant des thermostats connectés qui détectent la position des individus grâce à leur smartphone dans la maison mais également à l’extérieur du domicile, le système de chauffage se mettra en route quand il détectera que l’habitant est sur le chemin du retour.
Cette simple notion signifie que la montée en température du logement s’adapte aux imprévus de la vie quotidienne. Un train raté qui oblige à rentrer 30 minutes plus tard et c’est 30 minutes de chauffage en moins.
Le système de chauffage est ainsi contrôlé pour répondre aux besoins et peut différencier son action selon la pièce concernée et les heures de présence des occupants. En modulant pour avoir la bonne température au bon moment, on associe confort et économies d’énergie.
Le chauffage électrique réagit très vite. Basé sur un tout ou rien, il est facile d’activer des fonctions à distance contrairement à une chaudière à gaz ou fioul qui envoie un fluide dans une tuyauterie. Les nouveaux radiateurs électriques sont excessivement performants et totalement pilotables. Il ne semble plus concevable de ne pas associer des détecteurs d’ouverture de fenêtre qui coupent le chauffage immédiatement à l’ouverture. Dans ce cas aussi, plus aucune consommation excessive. Le chauffage se régule pièce par pièce depuis le programmateur pour une température confortable mais contrôlée. Personne ne pourra dire : je chauffe la planète. Cette logique devrait s’imposer en force dans les logements collectifs et chaque syndic devrait se poser les bonnes questions.


ecocompteur-legrand-rt2012Eco-compteur fait son apparition sur le marché.
Développé par Legrand, il a pour rôle de mesurer les consommations énergétiques de l’habitat. Chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation, éclairage et circuits électriques sont les principales fonctions suivies. Ainsi  informé en temps réel, chacun peut, de manière responsable, maîtriser ses coûts d’énergie.


Gérer l’éclairage

Lorsque vous quittez votre domicile, vous éteignez toutes les lumières et les veilles grâce à la gestion centralisée de l’éclairage. La fonction “tout allumer/tout éteindre” apporte un confort supplémentaire. On peut ainsi éteindre d’un seul geste tous les appareils électriques qui ne doivent pas fonctionner. En rentrant, une simple pression sur une touche suffit à allumer tout ce dont vous avez besoin, comme le chauffage, l’éclairage ou même la radio. Il est impératif de généraliser les détecteurs de présence. En élaborant des “scénarios d’éclairage” en fonction des activités de chacun, notamment début septembre, quand les agendas de la famille sont connus, les économies seront spectaculaires.
Ces scénarios permettent de profiter le plus possible de la présence de lumière naturelle, avec une programmation électrique qui permettra donc d’associer la présence du soleil avec l’optimisation thermique de la maison, été comme hiver. En fonction des saisons, on laissera donc les volets ouverts pour laisser la chaleur entrer, ou chasser le froid en hiver, en laissant les volets fermés. Le chauffage peut aussi être optimisé de façon globale, avec des solutions automatisées, un programmateur d’ambiance ou des systèmes de gestion d’énergie qui ajustent les températures en fonction du mode de vie.


domovea_ipad_EnergyAlerte en cas de dépassement
Le tableau de bord de suivi de la consommation électrique Domovea aide à optimiser le budget énergétique en visualisant la consommation instantanée, journalière, cumulée ou en fonction d’une période de référence ; pour l’ensemble de la maison, pièce par pièce ou même poste par poste (chauffage, éclairage, électroménager…).
Et pour une maîtrise en temps réel, Domovea prévient par sms ou e-mail en cas de dépassement d’un seuil limite.


Energie solaire et la domotique
Une heure d’énergie solaire pourrait alimenter la terre en énergie pendant un an.
Ne plus acheter l’énergie mais utiliser celle du soleil pour la stocker permettrait par exemple de recharger la voiture électrique et de rouler gratuitement, si l’on ne considère que le coût d’exploitation, ou de revendre sur le réseau.
La domotique permettrait de gérer entre l’autoconsommation nécessaire, conserver suffisamment d’énergie pour recharger la nuit la voiture électrique et alimenter la maison avec le minimum vital. Cette énergie sert de plus  en plus à commander les automatismes de volets roulants, de portails ou certains éclairages de jardin, donc fonctionner sans dépenser.

Commander stores et volets
Fermer automatiquement tous les volets dès que la nuit tombe en hiver pour conserver la chaleur permet jusqu’à 10 % d’économies de chauffage. C’est encore mieux s’ils se ferment quand le soleil ne chauffe pas assez ou quand il fait  trop froid et que personne n’est dans la maison. L’été, vous pouvez programmer la descente des stores extérieurs électriques dès que le soleil pointe. Le gain peut atteindre 9 °C dans la maison et évitez de recourir à une éventuelle climatisation. De même, en cas d’absence et de vent fort, les stores remonteront automatiquement, ce qui est plutôt rassurant. La programmation des volets roulants à heures fixes peut être associée à celle du chauffage via un gestionnaire d’énergie. Exemple : à 22 h, la fermeture des volets pour la nuit s’accompagne d’une baisse de la température. Au contraire, à 7 h le matin, les volets roulants s’ouvrent et le chauffage reprend automatiquement, souligne-t-on chez Legrand.

Piloter la maison à distance
La domotique permet de piloter les différentes fonctions électriques de la maison grâce à des solutions à distance et des écrans tactiles. L’occupant peut agir du bureau pour gérer sa maison selon les conditions climatique. En cas d’imprévu, il peut décaler le point de consigne de la chaudière.

Mesurer et suivre les consommations
La consommation d’eau varie selon les habitudes, les équipements et les usages domestiques. Pour contrôler votre consommation en eau, demandez à votre Installateur Conseil d’équiper votre compteur d’eau d’un émetteur à impulsion qui se chargera d’enregistrer le volume réel d’eau consommée.
La surveillance de ce poste de consommations grâce à un capteur relié à votre compteur gaz constitue un enjeu central du suivi de vos dépenses d’énergie. Vos consommations réelles de gaz seront affichées en direct sur l’écran votre contrôleur. Pour réaliser toujours plus d’économies, pensez à l’entretien de votre chaudière: sa révision annuelle par un professionnel permet d’économiser 8 à 12% d’énergie par rapport à une chaudière laissée en l’état.

Domotique et voiture électrique
Le carburant mis dans la voiture est une énergie à part entière qui grève le budget des foyers.
Installer au domicile ou dans le parking collectif une borne de recharge peut faire diminuer considérablement le poste énergétique global du foyer.
En France, 93% des personnes interrogées trouvent la voiture électrique innovante, respectueuse de l’environnement (92%), agréable à conduire et économique (81%)*. Mais le manque de stations de recharge est un vrai frein au développement de l’électrique, évoqué par 51% des personnes interrogées.* (*étude IPSOS, 2014)
Cette opération ne peut se concevoir qu’au moment du renouvellement du véhicule mais avec la croissance importante des ventes de voitures électriques en France, de nouveaux enjeux apparaissent, tant en terme d’équipement que de connectivité. Les fabricants apportent chacun leurs solutions avec des bornes de recharge (DBT-CEV, Ensto, General Electric , Hager, Legrand , Saintronic, Schneider Electric, Sobem Scame …). Mais avant d’investir dans une IRVE, il est possible de se brancher sur le réseau de la maison, moyennant un ampérage adéquat avec la prise Green Up de Legrand, une prise hautement sécurisée et dotée de fonctionnalités à la pointe de la technologie.

Elle pourra ainsi se connecter aux contacteurs (en logement individuel) ou aux compteurs d’énergie (dans les immeubles d’habitation) et permettre de la sorte à leurs utilisateurs de recharger leur véhicule en heures creuses, pour plus d’économies. Dans les parkings, le forfait de chargement sera inclus dans le prix du stationnement, les voitures électriques étant identifiées par un capteur à l’entrée du parc ; les voitures à essence ne paieront donc aucun supplément.
La réduction des factures et l’amélioration de l’impact écologique sont les bénéfices les plus flagrants des économies d’énergie. Il existe des gestes simples pour y parvenir. Le chauffage, l’éclairage, et les appareils électriques sont à surveiller. Le rôle de la domotique est donc de faire communiquer entre eux les équipements avec un objectif simple : améliorer l’efficacité énergétique de la maison en informant sur la consommation électrique globale et poste par poste. La domotique permet à chacun d’une part de prendre conscience soit de dysfonctionnements, soit de modes de vie à changer, d’autre part de disposer des moyens de piloter ses équipements, même à distance, pour optimiser son confort et réduire ses dépenses.

Sans titre

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte