Lumière naturelle : une plus-value pour les projets

Gare Saint-Denis. Architecte Kengo Kuma & Associates. Étude de pénétration de la lumière naturelle dans la future gare de Saint-Denis. Juillet 13h30.

François Migeon, Agence 8’18”
La lumière naturelle s’étudie selon des critères complexes, demande
la prise en compte des saisons, des heures, de la présence d’un végétal
qui se modifie au cours des mois et des années, d’un bâtiment situé
à proximité qui renvoie la lumière. Indissociable du projet d’éclairage
artificiel, la lumière naturelle reste pourtant le parent pauvre dans
les études que nous menons.

Sur le même sujet

Parce qu’elle est difficilement quantifiable, l’étude de la lumière naturelle est rarement valorisée par les maîtres d’ouvrage. Combien de fois nous demande-t-on de « jeter un œil » sur ce problème, comme s’il s’agissait juste d’une question subsidiaire !

Binder1_Page_1

Montpellier. Musée Fabre. Architecte : BLP & Atelier Emmanuel Nebout. Par le travail des sheds, la lumière naturelle est diffusée et permet d’éviter tout ensoleillement direct sur les oeuvres. La nuit, la lumière artificielle prend le relais de la lumière naturelle et complète la mise en lumière de la cour. ©Hervé Abbadie

Montpellier. Musée Fabre. Architecte : BLP & Atelier Emmanuel
Nebout. Par le travail des sheds, la lumière naturelle est diffusée et permet d’éviter tout ensoleillement
direct sur les œuvres. La nuit, la lumière artificielle prend le relais de la lumière naturelle et complète la mise en lumière de la cour. ©Hervé AbbadieLorsque nous traitons un musée, l’impact de la lumière naturelle est crucial dans le calcul demandé sur la conservation des œuvres. Nous livrons actuellement le musée de l’Homme à Paris (BLP / Atelier Nebout, architectes, Zette Casalas muséographe) pour lequel nous avions proposé une étude de lumière naturelle concomitante avec nos études d’éclairage artificiel.

 

Cette étude n’a pas été validée par le maître d’ouvrage, malgré nos relances. Nous avons donc basé notre projet sur un musée nocturne, sans prendre en compte les apports de lumière du jour. Ce n’est qu’à trois mois de la livraison du bâtiment que la demande a été formalisée, la prise de conscience de l’impact sur les œuvres ayant eu lieu.
Cet exemple montre la difficulté pour un maître d’ouvrage de rémunérer ce travail qui apparaît souvent comme superflu. Pourtant, cet aspect impacte fortement le projet d’éclairage artificiel, qui doit trouver son équilibre, tant dans les niveaux d’éclairement cumulés (lumière naturelle + éclairage artificiel) que dans des notions de contrastes et de luminances.
La lumière naturelle est une lumière vivante, active, riche de nuances et représente
une plus-value fantastique pour un projet.

Saint-Malo. Médiathèque. Architecte : Architecture studio. Certains percements laissent passer la lumière naturelle, d’autres, occultés, sont équipés d’éclairage artificiel. La mixité de ces apports de lumière crée une palette de blancs.

Saint-Malo. Médiathèque.
Architecte : Architecture studio.
Certains percements laissent passer la lumière naturelle, d’autres, occultés, sont équipés d’éclairage artificiel. La mixité de
ces apports de lumière crée une palette de blancs.

Impact de la lumière du jour :
une approche toute en finesse
Nous travaillons aussi sur la future gare de Saint-Denis-Pleyel avec l’agence d’architecture Kuma. En phase concours, nous avons abordé le trajet de la lumière naturelle au cours de l’année dans les entrailles de la gare (gare très profonde). Elle joue ici le rôle d’un guide visuel et constitue un lien entre le métro, qui se trouve au plus profond de la gare, et la surface extérieure.
Cette première étude a orienté notre travail sur l’éclairage artificiel, notamment dans la temporalité du projet et la valorisation des états de la journée : là où la lumière du jour se perd, comment aborder l’éclairage artificiel en tant que tel, sans chercher à « singer » la lumière naturelle ?
Si les nouvelles technologies permettent une gestion dite « intelligente » entre la lumière naturelle et la lumière artificielle (principe de sonde, de plus en plus appliqué dans le tertiaire), les notions de confort et d’émotion, liées au ressenti, nécessitent une approche beaucoup plus fine de l’impact de la lumière naturelle.

 

 

Lumière naturelle :
le devenir de nos sociétés durables
Notre rôle va donc au-delà de l’économie d’énergie pour générer du sensitif, du ressenti positif. Car la lumière naturelle peut aussi être gage d’inconfort si elle est mal contrôlée et
influer sur les aspects thermiques du bâtiment. Depuis de nombreuses années, des solutions de captage de la lumière naturelle sont proposées, mais, à ce jour, personne ne s’est réellement emparé de ce sujet. L’économie prime sur l’écologie, l’écoute des maîtres d’ouvrage est réelle tant que nous sommes dans le concept, elle s’éteint lorsque l’on aborde le budget.

Lumière Philippines 2015-07-28

Parent pauvre dans le processus global de la conception lumière, la lumière naturelle reste pourtant le grand devenir de nos sociétés « durables ». Si aujourd’hui des bidonvilles des Philippines découvrent les techniques les plus simples pour amener la lumière naturelle au centre de leurs abris, par la mise en place d’une bouteille en plastique remplie d’eau implantée en toiture, nos sociétés développées raisonnent en coût et en retour d’investissement. Les grands fabricants, par l’arrivée sur le marché de la LED, développent une ingéniosité sans limites pour copier la lumière naturelle en évoquant le cycle circadien.
On peut se demander si nous n’avons pas oublié les fondamentaux au profit d’une industrialisation qui nous promet d’être « durable ».

Agence 8’18”

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte