COP 21 : en France, les manifestations citoyennes ont été annulées

Paris attendait des milliers de manifestants à l'occasion de la Marche Pour le Climat le week-end des 28 et 29 Novembre. (c) AFP PHOTO / JOEL SAGET

Mercredi 18 Novembre, le gouvernement a déclaré par communiqué l’annulation des manifestations citoyennes prévues à l’ouverture et à la fermeture de la COP 21. Une décision qui s’inscrit dans une dynamique sécuritaire au lendemain des attentats de Paris du 13 Novembre qui ont fait 130 morts. Cette mesure, si elle est légitime, vient malgré tout remettre en cause la place accordée aux voix citoyennes dans les négociations. En outre, les français craignent que la COP21 ne soit « prise en otage » et se déroule dans une bulle en marge de la société, sans prendre en compte les vrais problématiques de terrain liées au réchauffement climatique.

Sur le même sujet

A Paris, la sécurité avant tous
Dans une semaine, la COP21 réunira les dirigeants et acteurs mondiaux du développement durable afin de discuter des mesures à mettre en œuvre pour préserver l’environnement et limiter le réchauffement climatique. En marge de la COP21, les citoyens se sont aussi mobilisés pour prendre part aux négociations et manifester leur engagement pour la planète, mais avec les attentats du 13 Novembre à Paris, le dispositif de sécurité français a atteint son niveau maximal. En conséquence, Laurent Fabius a annoncé l’annulation des manifestations publiques, jugées trop dangereuses aux vues des menaces d’attentats qui pèsent sur la capitale. Dans un communiqué publié dans la soirée de mercredi, le ministère des affaires étrangères, qui assure la présidence de la COP21, a écrit :

« La situation créée par les attentats odieux du 13 novembre et les investigations menées depuis imposent que les conditions de sécurité soient renforcées. Dans ce cadre, la totalité des manifestations organisées dans les espaces fermés et aisément sécurisables seront maintenues. En revanche, afin d’éviter tout risque supplémentaire, le gouvernement a décidé de ne pas autoriser les marches pour le climat prévues sur la voie publique à Paris et dans d’autres villes de France les 29 novembre et 12 décembre. »

Le ministère a avoué craindre de nouvelles attaques visant les manifestants, mais aussi de fausses alertes qui provoqueraient d’importants mouvements de foules. La décision des instances étatiques d’annuler les marches citoyennes est aussi d’ordre pragmatique : les forces de l’ordre devront se mobiliser en grand nombre pour sécuriser la capitale, et ne seront pas assez nombreux pour gérer en marge de la COP21 des manifestations d’une telle ampleur.

Une COP 21 en marge de la société ?
Sans attendre, la Coalition climat 21 a réagi :

« nous regrettons qu’aucune alternative n’ait été trouvée pour permettre nos mobilisations. Pour autant, nous sommes plus que jamais déterminés à faire entendre nos voix sur les questions de justice climatique […]Nous avons conscience de la gravité de la situation. Plus que jamais, nous ferons part de créativité pour mobiliser et rassembler. Pas de COP21 sans mobilisation de la société civile », a déclaré Juliette Rousseau, coordinatrice de la Coalition climat 21.

Pas de COP21, sans société civile. Des mots qui expriment l’importance pour les citoyens de participer à la Conférence, et de montrer leur engagement dans la lutte mondiale contre le réchauffement climatique. Si la COP 21 est si attendue, c’est parce qu’elle est en partie destinée aux citoyens eux-mêmes, et aux initiatives dont ils peuvent faire preuve pour préserver l’environnement. Elle donne l’opportunité à tous d’être spectateur et acteur des négociations politiques et économiques qui prendront place dès le 30 Novembre. Aujourd’hui, les citoyens craignent surtout que la COP 21 ne soit fermée à la société civile et qu’elle ne prenne pas en compte la voix citoyenne sur la réalité du terrain, à savoir la rénovation des bâtiments, la consommation d’énergie à petite échelle, ou encore la pollution massive urbaine des véhicules motorisés. Pire encore, certains manifestants pensent que si la voix citoyenne est mise de côté, l’évènement pourrait être « pris en otage » par des lobbies qui influenceraient les négociations sur des sujets de premier rang pour l’avenir environnementale, notamment les discussions autour du futur des énergies fossiles. Une possibilité qui biaiserai complètement le bilan de la COP et laisserai de côté les enjeux principaux de la Conférence, comme les mesures à prendre concernant les Etats-Unis et la Chine pour réduire leurs émissions de GES.

D’autres moyens pour se mobiliser
Si la mobilisation française publique semble compromise, la voix citoyenne dispose d’autres outils pour se faire entendre : mobilisation sur les réseaux sociaux, pétitions et vidéos de solution pour le climat, comme celle de Nicolas Hulot, rassemblent une grande communauté prête à suivre et à réagir jour après jour aux négociations.
Le reste du monde sera aussi au rendez-vous pour soutenir et participer à la COP 21 : le week-end des 28 et 29 novembre, à la veille de l’ouverture des négociations, les ONG espèrent la mobilisation de millions de personnes : « 2 173 événements se préparent dans plus de 150 pays, 57 marches sont prévues dans le monde entier et plusieurs dizaines de marches dans les régions de France sont annoncées », rappelle la coalition.
S’il n’y a pas de réelles intentions de mettre à l’écart la société civile française, il semblerait que sa participation à l’événement ne soit définitivement limitée. Malgré tout, les manifestants et citoyens défenseurs du développement durable ne crient pas à la stratégie politique, et même si la déception se fait sentir, ils gardent à l’esprit que la sécurité de tous reste une priorité. Sur les réseaux sociaux, les mobilisations citoyennes commencent déjà : des groupes Facebook ont été créés pour suivre jour après jour le déroulement des discussions. Une initiative qui montre encore une fois que les français sont prêts à changer leurs habitudes de vie et de consommation, et même, qu’ils sont désormais prêts à devenir les penseurs et les acteurs de la transition énergétique pour laisser aux générations futurs un monde plus durable.

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte