COP21 : “C’est le sort de l’humanité qui est à l’ordre du jour”

De gauche à droite : Anne Hidalgo, maire de Paris, le président de la République François Hollande, et le Président des Etats-Unis Barack Obama sont allés se recueillir dimanche soir avant l'ouverture de la COP21 lundi 30 Novembre. (c) Creative Commons

Depuis ce matin 11h, la 21ème Conférence des Parties (COP21) sur le climat réunit au Bourget chefs d’états, élus, et acteurs environnementaux pour une journée où « le sort de l’humanité […] est à l’ordre du jour », comme l’a déclaré François Hollande, quelques heures avant le début de la COP21 au quotidien gratuit 20minutes. Un jour historique pour la France, encore marquée par les attentats du 13 Novembre et par les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre qu’a connu Paris dimanche dernier suite à l’interdiction de manifester. Dans cette atmosphère de tensions, il est pourtant capital que la COP21 tienne ses promesses et qu’elle ne tourne pas en un échec mondial.

Sur le même sujet

Un climat de tension dans les rues de Paris
Pourtant, la COP21 aurait dû être accueillie dans la capital par la Marche pour le Climat, illustration parfaite de la prise de conscience écologique française de ces dernières années. Mais avec les attentats du vendredi 13 Novembre, et l’interdiction de manifester publiquement (et donc, l’annulation de la Marche), l’atmosphère parisienne est toute autre. Au lieu d’un dimanche sous le signe de l’environnement, c’est près de 300 personnes qui ont été interpellées, et 174 placées en garde à vue pour avoir enfreint l’interdiction de manifester. Le mémorial en hommage aux victimes des attentats place de la République a aussi été saccagé, des bougies ont été utilisées comme projectiles contre les forces de l’ordre.

Si une partie des manifestants ont choisi de ne pas respecter l’interdiction, d’autre ont manifesté leur soutien autrement : une chaîne humaine de plus de 10 000 personnes s’est formée le long d’un boulevard de l’est parisien ; également, près de 4 tonnes de chaussures ont été déposées place de la République par des anonymes et des célébrités, une initiative pour soutenir les négociations et protester contre l’interdiction de manifestations citoyennes.

Des mesures sécuritaires
Hier et aujourd’hui, certains axes de circulation ainsi que les transports en communs connaissent de fortes perturbations : les besoins en sécurité pour la COP21 ont nécessité la prise de mesures exceptionnelles dans le cadre de l’état d’urgence décrété depuis les attaques.
Dans ce climat de tensions, quelques personnalités politiques ont tout de même souhaité montrer leur soutien au peuple français : Barack Obama s’est rendu en toute discrétion dans la nuit de dimanche à lundi au Bataclan pour y déposer une rose, accompagné de François Hollande et d’Anne Hidalgo, maire de Paris, avant de débuter ce matin les premières négociations avec les quelques 150 chefs d’Etats présents pour l’occasion au Bourget.

Une conférence aux enjeux planétaires
Malgré les conditions actuelles, les enjeux de la COP21 restent les mêmes : il est capital que les pays participants trouvent un accord “universel et contraignant” sur le climat à mettre en vigueur dès 2020. Entre autres, il s’agira de garder le réchauffement climatique sous la barre des 2°C, en prenant les mesures nécessaires pour transiter vers une économie et une politique mondiale plus écoresponsables. La Chine, qui produit 24 % des émissions de GES mondial, et les Etats-Unis, deuxième du classement sont attendus au tournant lors des négociations. Les deux pays se sont engagés à réduire considérablement l’impact environnemental de leurs activités de productions, tout comme l’Union Européenne, avec une réduction de 40% de ses émissions de GES d’ici 2030, et l’Inde, avec une réduction à hauteur de 35% d’ici 2030.

 

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte