Datacenters : le Power Usage Effectiveness devient une norme ISO

(c) Creative Commons

Développé en 2007 par le consortium The Green Grid, le Power Usage Effectiveness (PUE) est un indicateur qui mesure la consommation énergétique des datas centers. Après quatre années de travail, il devient dès 2016 une norme ISO pour réguler la consommation énergétique des centres de traitement de données. A l’heure du « connecté », où les data centers fleurissent en nombre, le PUE désormais normalisé permettra de réguler plus efficacement la consommation en énergie de ces centres, encourageant par la même occasion les efforts en terme de green IT.

Sur le même sujet

De l’indicateur à la norme
Début 2016, le PUE deviendra la norme ISO/IEC 30134-2 et entrera en vigueur suite à quatre années de travail consacrées à normaliser son calcul et à en faire l’indicateur de référence en terme de mesures, de consommation et de performances énergétiques des datacenters. Une décision prise conjointement par des acteurs de l’industrie américaine, nipponne et européenne, et par The Green Grid, consortium d’industriels du monde informatique, qui ont signé un accord après avoir reconnu la difficulté d’utilisation du PUE, et les erreurs de diagnostics fréquentes liées à sa mauvaise application. Une normalisation du PUE engendrera de meilleurs évaluations des centres de traitement de données, et une meilleure visibilité des besoins en énergies de ces nouvelles firmes.

L’enjeu climatique du PUE
Avec le marché récent du « cloud computing », on prévoit une augmentation du nombre de datacenters de 9% par an jusqu’en 2020. En terme d’énergie, ça signifie une augmentation des émissions de GES avec des datacenters toujours plus énergivores.
La normalisation du PUE encouragera une réduction de la consommation énergétique de ces centres. Les mouvements en faveur du green IT et les progrès en terme d’éco-responsabilité énergétique ont déjà amené à réduire la valeur du PUE de certains gros datacenters : en quelques années, il passe de 2,5* pour la plupart des grands centres, à une valeur de 1,2 pour les meilleurs. La baisse de consommation en énergie de ces centres peut paraître secondaire lorsqu’on connaît les émissions du secteur bâti ou du transport, et pourtant, elle n’est pas négligeable : En 2010 déjà, tous les datacenters du monde polluaient plus que l’Autriche sur une année entière.

Green Cloud ?
L’idéal serait de pouvoir allier innovations numériques et technologiques, solutions connectées avec l’idéologie éco-résponsable d’une croissance verte mondiale. C’est possible, et petit à petit, les datacenters se mettent au vert : à Aubervilliers, en région parisienne, Telecitygroup a récemment inauguré un datacenter de dernière génération.

«L’objectif au sein de TelecityGroup est de passer le PUE sous la barre des 1,5, alors que la moyenne des centres traditionnels se trouve à 2,5 », rappelle Stéphane Duproz, Directeur général de TelecityGroup France.

Un exemple d’éco-responsabilité en bonne voie, et un marché qui offre une grande marge de manœuvre : utilisation d’EnR pour alimenter les centres, mais aussi nouvelles technologies, bioclimatisation, ou encore systèmes de flux fermés … Tant de possibilités à exploiter pour que le cloud computing ne devienne pas une tornade incontrôlable favorisant le réchauffement climatique.

* la valeur idéal du PUE est de 1

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte