3 questions à Patrick Marti, directeur commercial de Saia Burgess Controls

Patrick Marti, directeur commercial Saia Burgess Controls

Avec trois décennies d’expérience, Saia Burgess Controls est devenu un spécialiste des solutions d’automatisation pour toutes les infrastructures. Présente au salon IBS 2015, la société filiale d’Honeywell a exposé ses objectifs pour 2016 : développer des produits petits, intelligents et programmés, favoriser les échanges entre bureaux d’études et intégrateurs, approfondir les paramètres de sécurité pour les flux de donnés … Une ligne directrice qui ne change pas, pour une société certifiée ISO 9001 qui a su s’exporter de la Suisse jusqu’en Europe, et qui compte aujourd’hui 300 employés pour un chiffre d’affaires de près de 86 millions d’euros.

Sur le même sujet

j3e – En l’espace d’un an, quels sont les fondamentaux qui ont changé sur votre marché ?
Patrick Marti – En considérant les innovations que connaît le secteur BTP depuis quelques années, les fondamentaux qui ont changé sont d’une part, le fait d’intensifier la mise en réseau des équipements technologiques au sein des structures pour qu’ils soient connectés. Autrement dit tout ce que nous connaissons déjà du point de vue classique ; Mais également le fait d’accentuer et d’approfondir la pression qui est faite sur l’internet des objets (ou IoT), un marché en plein développement. Le deuxième axe qui est aussi visible, c’est la demande de sécurité que nous percevons comme étant de plus en plus pressante : une sécurité en termes d’opérations d’installations, mais aussi en termes d’échanges de données, surtout les données privées. Le troisième axe peut être défini comme un travail de conformité aux prix ; il y a une très grosse pression exercée sur les prix, avec une forte tendance à dénaturer les cahiers des charges pour essayer d’être conforme à l’enveloppe de prix et non à l’enveloppe des prestations.


j3e – Quelles solutions propose Saia Burgess Controls pour l’année à venir ?

Patrick MartiCette année, Saia Burgess Controls présente trois nouveautés principales que nous pouvons mentionner : la première, ce serait de travailler autour du développement de petits produits, embarquant avec eux de l’intelligence pour améliorer la décentralisation des installations et qui seraient capables de gérer des réseaux d’alimentation ou des réseaux de stores et éclairage par exemple. Ces produits seront par la suite susceptibles de contenir une possibilité de programmation puis de liaison sur les automatismes. La deuxième nouveauté, c’est un travail sur la dimension et l’esthétisme de nos produits pour concevoir des appareils plus compacts, qui rentrent dans un standard de coffrets électriques et qui permettent de simplifier massivement le câblage, l’installation et la mise en œuvre pour leurs utilisateurs. Enfin, la troisième nouveauté va dans le sens de la sécurité et des automatismes redondants pour assurer une certaine continuité de processus, un paramètre qui est encore très peu utilisé en ce moment sur le marché, mais qui devient de plus en plus demandé.

j3e – Quels sont vos enjeux pour l’année à venir ?
Patrick Marti – Les enjeux pour l’année à venir restent classiques et s’inscrivent dans la continuité de ce que Saia Burgess Controls fait. Le premier enjeu est d’assurer le relais technique entre les intégrateurs et les bureaux d’études et d’améliorer la qualité des échanges entre ces deux entités : ils doivent se situer en amont des prescriptions pour bien comprendre les nouvelles possibilités et les nouveaux enjeux qui existent dans les technologies que nous mettons à leurs disposition. Le second enjeu, qui s’inscrit aussi dans la ligne directrice de l’entreprise, est de continuer à ouvrir de nouveaux horizons et de rendre les acteurs du secteur BTP plus sensibles à la gestion des demandes nouvelles en termes d’équipements d’automatisation, de législation et de gestion énergétique qui sont de plus en plus nombreuses, mais aussi de se questionner sur l’intégration de ces demandes dans la vie d’un bâtiment et tout au long de son cycle de vie, ce qui permettrai d’optimiser un retour sur investissement, en gardant à l’esprit que ces demandes s’apparentent au final à des exigences plus fortes et plus précises en termes de flexibilité de la part de notre clientèle.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte