LightingEurope : entretien avec Diederik de STOPPELAAR

Diederik de STOPPELAAR, secretary General, LightingEurope Diederik de Stoppelaar a une expérience de 25 ans dans le secteur de l’éclairage. Il a ontribué à la fondation de LightingEurope et en a été le trésorier de 2011 à 2013, avant d’en devenir le secrétaire général.

LightingEurope : la voix de l’industrie de l’éclairage en Europe

Sur le même sujet

Lumières – Quels sont les objectifs de LightingEurope ?
Diederik de Stoppelaar – Notre mission consiste à promouvoir et défendre l’industrie de l’éclairage à Bruxelles tout en conciliant nos actions avec celles menées par l’UE. Ce faisant, nous nous engageons à promouvoir des pratiques d’éclairage efficace dans le respect de l’environnement, du confort humain, de la santé et de la sécurité des consommateurs. Le monde de la lumière change, donc nous devons adapter notre industrie et notre politique à ce nouveau marché tout en améliorant la qualité de l’éclairage en Europe. Ainsi, nous devons comprendre et soutenir aussi les petites entreprises et identifier les leviers de croissance dans l’éclairage. Nous suivons particulièrement de près Human Centric Lighting et la mise en place d’un règlement unique de l’éclairage. Bien entendu, l’industrie se doit de rester leader en matière d’efficacité énergétique.

Comment LightingEurope participe-t-elle à la réglementation européenne ?
Diederik de Stoppelaar – Prenons un exemple récent : en 2012, LightingEurope avait déjà informé la Commission européenne et d’autres organismes, notamment le European Environmental Bureau (EEB), que nous considérions la réglementation de l’époque impossible à mettre en œuvre. En décembre 2015, la CE a annoncé qu’elle prévoyait une harmonisation de toute la réglementation existante en procédant à l’analyse des produits qui devaient être bannis du marché de l’UE dans les années à venir. Nous souhaitons attirer l’attention de la  commission européenne et des autorités compétentes de surveillance du marché des États membres afin d’améliorer l’administration de ces règlements et de créer des règles du jeu équitables pour nos entreprises. Nous travaillons aussi avec l’UE sur les nouvelles politiques relatives à l’utilisation de matières dangereuses qui ont un impact considérable sur la fabrication et le recyclage des produits.

Quels sont vos axes de travail pour 2016 ?
Diederik de Stoppelaar – Un de nos principaux axes de travail porte sur le Human Centric Lighting. Il s’agit de l’éclairage relatif à la santé et au bien-être à court et à long terme. Ces applications sont non seulement économes en énergie, mais mettent aussi en œuvre un éclairage dynamique, via la gradation et les changements de température de couleur, qui correspond à notre horloge biologique et nous aide à nous sentir mieux. Les valeurs de Human Centric Lighting ont été quantifiées et ont montré que, dans la plupart des secteurs, elles bénéficiaient largement aux propriétaires et aux investisseurs. Sur ce sujet, nous allons d’ailleurs tenir plusieurs conférences à Light + Building (voir www.lightingeurope.org/light-building).

Quels sont les autres axes de travail que LightingEurope a mis en place ?
Diederik de Stoppelaar – La conférence de presse du 15 mars sera aussi l’occasion de présenter notre stratégie pour les dix prochaines années. Celle-ci définit comment l’industrie de l’éclairage européenne de LightingEurope conduira à la croissance du marché en Europe et contribuera également à l’emploi et au bien-être des personnes dans les bâtiments et à l’extérieur grâce à l’éclairage. Enfin, un troisième thème, «Lightingforpeople», sera également présenté le même jour : des scientifiques feront le point sur les dernières recherches concernant Human Centric Lighting. La ville de Malmö présentera un projet mené avec succès dans une école d’éclairage ainsi que les innovations développées.

LightingEurope was created in 2012, when the European Lamps Companies and the CELMA associations decided to merge. The association comprises 33 members, 17 companies and 16 national associations.

Lumières – What are LightingEurope’s objectives?
Diederik de Stoppelaar – Our mission is to advocate and defend the lighting industry in Brussels while reconciling it with ongoing EU policy aims. In doing so, we dedicate ourselves to promoting efficient lighting practices for the benefit of the global  environment, human comfort and the health and safety of consumers. The world of
lighting is changing, so we need to adapt our industry and actions to this new market
and also to improve the quality of lighting in Europe. In doing so, we have to understand
and support also small companies and identify the key developments in lighting. We pay special attention to Human Centric Lighting and to shaping the One Lighting Regulation. Of course, the industry is committed to stay the leader in energy efficiency.

How does LightingEurope take part in European regulations?
Diederik de Stoppelaar – I have a recent example: in 2012, LightingEurope already informed the European Commission and others stakeholders, including the European Environmental Bureau (EEB), that the current regulations were not practicable. In December 2015, the EC announced that they were planning a harmonization of all existing lighting regulations by analyzing which products should be banned from the EU market in the coming years. We want to call upon the EC and the Market Surveillance
Authorities of member states to improve the governing of the relevant regulations in order to create a level playing field for compliant businesses. We also work with EU on new policies regarding the use of dangerous materials which might have a great impact
on the way products are manufactured and recycled.

What are your priorities for 2016?
Diederik de Stoppelaar – One of our main focuses is Human Centric Lighting which is lighting designed to benefit human health and well-being in the short as well as long term. Such lighting applications should not only be energy-efficient, but also use dynamic lighting with intensity and color temperature changes that match people’s natural body-clock and help them to feel better. The value of Human Centric Lighting have been quantified and show that benefits for owners and investors dominate in most segments. We will be holding several presentations at the Light + Building fair in Frankfurt (see for details: www.lightingeurope.org/light-building).

What else do you focus on?
Diederik de Stoppelaar – In the press-conference of March, 15th, we will reveal our Strategic Roadmap 2025. This defines how the European Lighting industry, present in LightingEurope, will drive market growth in Europe in the coming decade, and contribute to employment as well as to the well-being of people in buildings and outdoors through lighting. Finally, a third theme, “Lighting forpeople” will also be presented the same day: scientists will report on their latest research on human centric lighting. The city of Malmö explains a successful project in school lighting and innovations developed with the open
innovation concept will be shown (For further info: www.lightingforpeople.eu/
events-calendar/).

LightingEurope BoardLE logo_hi res jpeg (1)
Président : Jan Denneman (Philips)
Vice-Président : Peter Hunt (LIA, Lumicom)
Trésorier : Lionel Brunet (Syndicat de l’éclairage)
Alfredo Berges (ANFALUM), Klaus Breisch (Panasonic), Nathalie Coursière (IGNES), Frank Hohn (Osram), Massimiliano Guzzini (ASSIL), Zoltan Koltai (GE Lighting), Christian Schraft (Feilo Sylvania), Johan Segers (AGORIA), André ten Bloemendal (NLA), Dr. Jürgen Waldorf (ZVEI), Thomas Walentowski (BLV), Dietmar Zembrot (Trilux).

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte