Faciliter la prise de vue et le diagnostic

« Avec la résolution du détecteur, ces deux critères vont définir, en fonction de la distance d’utilisation, par exemple lors des inspections électriques, la plus petite taille de cible détectable (équipements : disjoncteur ; contacteur ; fusible ; section de câble ; etc.)

Sur le même sujet

Si l’on souhaite développer un service supplémentaire pour montrer l’efficacité des travaux effectués auprès de ses clients ou bien encore pour développer une activité de thermographe basée uniquement sur cette caméra, d’autres fonctions vont se révéler bien utiles : mise au point automatique sur la cible à l’aide d’une mesure laser, ou encore la détection de point chaud ou point froid avec des alarmes couleur pour localiser le plus précisément possible l’origine de l’anomalie. « Le réglage d’échelle manuel peut être un plus dans certains cas : par exemple, une image d’une pièce dans laquelle il y a un radiateur à une température voisine de 35-40 °C peut dilater l’échelle de mesure sur la pièce et ainsi empêcher la mise en évidence de problèmes. En fixant l’échelle manuellement on peut la bloquer sur une fourchette plus petite, par exemple de 9 à 22 °C », illustre Matthieu Villebrun expert thermographe chez Fluke.

Mixer réel et image infrarouge (IR) est aussi bien utile pour la présentation des images : que cela soit par incrustation de l’image visible sur l’image infrarouge pour donner du relief à celle-ci comme c’est le cas pour Flir, ou bien pour les autres offreurs, par superposition et fusion de l’image réelle avec l’image IR. La température atteinte à la surface de l’objet que l’on étudie est également clé : pour le contrôle d’un « moteur », il est important de commencer par s’assurer que la gamme de température de la caméra correspond bien à toutes les catégories d’équipement à contrôler.

Autres critères de choix

« Il y a ce qu’on appelle les systèmes combinés, la caméra est ainsi couplée à un hygromètre, ce qui va permettre de déterminer s’il s’agit d’un problème d’humidité ou un défaut d’isolation, ou bien encore à une pince ampèremétrique pour l’inspection électrique, ce qui permet de lever le doute en cas d’échauffement », illustre Éric Biogeaud, responsable des Ventes France & Benelux de Flir. D’autres critères encore sont à considérer, comme par exemple le type d’objectif et la possibilité de pouvoir le changer si besoin, pour passer à un angle plus grand s’il faut contrôler toute une façade de bâtiment avec peu de recul et en un seul cliché. Le marché évolue, les usages se démultiplient avec une demande de produits simples, abordables, avec une vraie image thermique de qualité en rendu final. Et l’offre est au rendez-vous.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte