Smart Cities : la mobilité tracera-t-elle notre futur ?

DR : Le JDD

La conférence de presse sur les Smart Cities organisée par les Echos a eu lieu le 29 juin au Châteauform’ Saint Dominique, à Paris. Cet évènement fût l’occasion pour les acteurs du secteur d’échanger sur les projets de conception de ville durable et de Smart Cities, ces villes intelligentes s’inscrivant dans une logique de transition énergétique.

Sur le même sujet

 

Les Smart Cities ont pour ambition d’améliorer le quotidien des citoyens tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre grâce au numérique et à l’innovation. La transition d’un système économique linéaire à un système économique circulaire est un enjeu de taille pour l’urbanisme qui devra prendre en compte l’ensemble du cycle de vie des biens, services et énergies utilisés en  réduisant au maximum les déchets collectés. L’association des énergies renouvelables et objets connectés à l’échelle locale favorisera à terme l’émergence des Smart Grids, des réseaux électriques intelligents et du nouveau compteur EDF Linky. L’appel à projet des Démonstrateurs Industriels pour la Ville Durable (DIVD) consiste à faire émerger les projets urbains en assimilant l’innovation à l’habitat. Actuellement, 16 projets sont en cours, partagés entre collectivités territoriales et entreprises. « L’objectif des villes durables c’est d’avoir une ville intelligente et numérique » explique Michèle Pappalardo, animatrice du réseau Vivapolis. Pour elle, « il faut identifier les éléments qui s’intègrent dans une ville durable, les citoyens doivent participer à la création de la ville de demain ».

Adapter la mobilité à la ville de demain

La ville repose sur un principe de flux, en ce sens la mobilité des citoyens est un véritable facteur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le secteur des transports est en effet le premier pollueur au monde, il est ainsi primordiale de le prendre en compte dans les objectifs des Sommets Mondiaux de l’environnement, notamment pour développer les pays émergent lors de la COP22. Le secteur des Smart Grids représente une chance d’envergure pour la société, l’économie et les ressources. Nicolas Samsoen, directeur stratégie et innovation du groupe TRANSDEV, premier investisseur de l’entreprise MAAS explique « Les applications sont des outils, on propose un bouquet de service pour révolutionner les transports publics, la tendance est très forte sur le marché local ». Selon les études, l’économie circulaire favoriserait aussi la croissance et l’emploi. Agir sur son environnement c’est aussi assuré des perspectives d’avenir pour sa ville.

La solution de Sampo Hietanen, de MAAS Finlande serait de « générer de l’information pour construire la ville de demain afin que les services proposés communiquent ensemble ». Le principe repose sur les donnés émises par notre connexion constante à un réseau, afin d’adapter nos besoins à notre mode de conception. Le monde bouge, le monde interconnecté est forcément relié à la mobilité. Pour lui, « le concept de mobilité comme service dépend de l’accessibilité, tout les avantages de la mobilité doivent être présent dans un seul produit. » Les donnés pourraient donc être utilisé pour prévoir les problèmes de mobilité, enjeu significatif quand on sait que la démographie mondiale ne cesse d’augmenter.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte