Entreprises françaises et allemandes appellent à une révision ambitieuse des Directives européennes sur l’efficacité énergétique

Paris, 2 Décembre 2016 : les dirigeants d’entreprises françaises et allemandes majeures se sont réunis le 28 Novembre pour évoquer leurs priorités stratégiques dans la perspective du paquet Efficacité Energétique présenté par la Commission européenne le 30 novembre.

Sur le même sujet

La proposition inclut la révision des Directives Efficacité Energétique (DEE) et Performance Énergétique des Bâtiments (PEB), deux textes clés sur l’efficacité énergétique. Les industriels ont souligné la nécessité d’un nouveau cadre règlementaire pour accélérer l’adoption par le marché de modèles d’affaires éprouvés pour l’efficacité énergétique.

Les législateurs européens ne doivent pas manquer cette opportunité de considérer l’efficacité énergétique comme un investissement stratégique, permettant d’accroître la compétitivité et la productivité européenne et de créer des emplois locaux.
Dr Fatih Birol, Directeur exécutif de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), a ouvert la Conférence francoallemande de haut niveau qui se tenait au Hive, siège mondial de Schneider Electric, et déclaré: « L’efficacité énergétique est d’une importance cruciale en Europe, et les échanges entre entreprises et décideurs publics sont essentiels.
L’AIE travaille pour soutenir l’efficacité énergétique à l’échelle mondiale, et lui permettre de délivrer ses bénéfices sociaux, économiques et environnementaux ».
Laurent Michel, Directeur général de l’énergie au Ministère français de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (MEEM), et Ulrich Benterbusch, Directeur adjoint efficacité et chaleur dans l’industrie, les bâtiments résidentiels et les transports au Ministère fédéral allemand de l’Energie et de l’Economie (BMWi), ont présenté leurs positions respectives en vue de la procédure de codécision à venir entre le Parlement européen et le Conseil.
Cet évènement était organisé par l’European Alliance to Save Energy (EU-ASE), l’association allemande Deutsche Unternehmensinitiative Energieeffizienz (DENEFF) et l’association professionnelle française de la gestion de l’énergie (Gimélec).

Monica Frassoni, Présidente de l’EU-ASE et modératrice de la Conférence, a affirmé: « L’efficacité énergétique donne des résultats. Les politiques européennes ont été très efficaces, et la consommation d’énergie atteint désormais son niveau de 1990 sans impact négatif sur la croissance économique. Le 30 novembre, la Commission a une opportunité unique d’encourager significativement les investissements d’efficacité énergétique avec un objectif européen contraignant de 40% et un cadre règlementaire complet et incitatif ».

Luc Rémont, Président du Gimélec, a déclaré: « L’Union européenne a besoin d’un cadre ambitieux pour l’efficacité énergétique, se focalisant prioritairement sur le secteur présentant les plus importants potentiels d’économie d’énergie atteignables au moindre coût, c’est-à-dire le secteur du bâtiment, particulièrement les bâtiments tertiaires ».

Martin Bornholdt, Directeur général et membre du Bureau de la DENEFF, a souligné : « Dans un contexte politique de plus en plus trouble, l’Europe doit se concentrer sur sa ressource énergétique la plus sûre : l’efficacité énergétique. Notre industrie est prête à affronter le défi de substituer les économies d’énergie aux coûteuses importations d’énergies fossiles et, ce faisant, à créer des emplois et de la croissance en Europe.
Nous appelons les législateurs à faire évoluer les règles du jeu en ce sens ».
Les deux tables rondes étaient composées de dirigeants de Siemens, Veolia, Groupe Atlantic, de la Fédération française des installateurs électriciens (FFIE), de Knauf Group, Saint-Gobain et Schneider Electric. Ils ont
insisté sur l’importance d’un cadre réglementaire adéquat pour développer l’efficacité énergétique.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte