Quand la domotique vous branche : portrait d’un électricien devenu intégrateur

Il a fait le choix de la domotique. Entretien avec Sylvain Rodet, au gouvernail d’Aliers, une PME provençale.

Sur le même sujet

Quelle était votre formation initiale ?

Sylvain Rodet Au départ, j’étais ingénieur électricien. À l’époque de mes études, les formations de domoticien n’existaient pas encore. Il y a six ans, j’ai racheté la société Aliers qui faisait du courant faible et de l’électricité. Comme partie intégrante du projet, il y avait cette idée de la faire évoluer vers la domotique et l’intégration audiovisuelle. Aujourd’hui, nous travaillons en trio, avec ma femme Virginie et Vincent, notre associé.

Pourquoi avoir choisi d’évoluer vers la domotique ?
Sylvain
Rodet J’adore voir le résultat final ! Penser, puis programmer, une solution qui offre une amélioration concrète dans la vie quotidienne des gens, c’est extra. Ce qui me plaît, c’est de concevoir un système avec une prise en compte globale des besoins. Plutôt que des éléments techniques séparés, il y a une intelligence qui relie les fonctionnalités.

Cela correspondait-il également à un besoin commercial ?
Sylvain Rodet
Certaines parties de notre activité sont vouées à diminuer, ou l’ont déjà fait. Pour l’antenne par exemple, c’est une chute de 60 % en cinq ans dans notre chiffre d’affaires. Il fallait en effet trouver des relais de croissance, évoluer.

Comment vous êtes-vous formé ?
Sylvain Rodet – Avec Domoconsulting, un organisme de formation spécialisé à Montpellier. Puis j’ai fait le cursus professeur, pour enseigner à mon tour ! Comment présenter la domotique, la vendre, quelles sont ses applications concrètes… Avec du KNX, car c’est standard, facile et sans surprise. J’aime transmettre et partager mon expérience de cas pratiques. Cela permet aussi de créer du lien entre professionnels, qui peuvent nous solliciter sur des parties difficiles d’un projet d’intégration par exemple.

Quel est votre marché, en périphérie aixoise et marseillaise ?
Sylvain Rodet Pour l’essentiel, ce sont des gros chantiers, mais il y a aussi des villas plus modestes dès 150 m2 qui souhaitent s’équiper, lors d’une rénovation par exemple. Parfois, en audiovisuel uniquement, ou en chauffage, mais aussi globalement. Ce type de clientèle est amené à se développer, et on peut déjà leur proposer de la domotique aujourd’hui.

Pouvez-vous nous parler d’une réalisation ?
Sylvain Rodet La Maison L ! Aliers y a installé une solution domotique complète en KNX : chauffage, volets, audiovisuel (home cinéma avec vidéoprojecteur et écran encastré au plafond, quatre zones musicales intérieures extérieures). Ainsi que la gestion des interphones depuis un téléphone portable, l’alarme. Et, enfin, la lumière, les volets roulants, des brises soleil orientables.

Un petit retour sur la convention des 50 ans du S2I Courant Faible qui s’est déroulée en novembre ?
Sylvain Rodet – Rares sont les occasions de partage avec des confrères, mais c’est très important ! J’ai pu faire des rencontres et échanger avec des fournisseurs et des professionnels courants faible et fort, des artisans. D’ailleurs, en ce moment je monte un showroom en duo avec une entreprise générale de bâtiment. Pour voir en réel tout ce qu’il est possible de faire !

 

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte