La construction métallique en France : un secteur qui confirme toute sa dynamique

Riche de plus 700 entreprises réparties sur l’ensemble du territoire, pour majorité des PME familiales cumulant plus de 20.000 collaborateurs hautement qualifiés, le secteur français de la construction métallique confirme toute sa dynamique, tant sur l’Hexagone qu’à l’international.

Sur le même sujet

L’exercice 2016 affiche une production en légère croissance et se termine avec des carnets de commandes en hausse avec un personnel intérimaire en progression de 10%. Le bilan 2016 de la construction métallique française s’avère positif et la situation prometteuse pour 2017.

Une dynamique qui génère des investissements constants dans les unités de production (à hauteur de 10% du CA sectoriel). Nous assistons à une modernisation générale des unités de fabrication avec l’apport des applications de la transition numérique. En effet, les ateliers du futur sont déjà opérationnels dans les usines des adhérents du SCMF (Syndicat de la Construction Métallique de France). Pour 2017, le SCMF entend confirmer toute sa détermination à défendre la profession, ses savoirfaire et l’excellence de ses techniciens et ingénieurs qui s’engagent dans la conception innovante de projets notamment sur les marchés publics avec une approche d’économie globale. Dans cette démarche d’innovations constante, le SCMF reçoit le soutien précieux du CTICM.

1. Résultats 2016 et conjoncture économique

Pour l’année 2016, 697.000 tonnes d’acier sont sorties des usines, générant, un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d’euros, soit une progression de 1,6% par rapport à 2015. 2016 est une année de légère reprise de l’activité, le marché intérieur représente 88,20%, celui de l’export 11,8%.

TONNAGES USINES

Les courbes confirment la reprise de l’activité à compter de l’année 2015 mais les niveaux existant restent encore éloignés des années avant crise.

Ainsi, depuis deux ans, les taux progressent doucement, ce que confirme le graphique ci-dessus. Soulignons que la valeur moyenne 2016 de 78,77 progresse de 1,5 point par rapport à 2015, avec même une pointe en décembre 2016, atteignant 79%. Il ne manquerait plus qu’1,5 point pour prétendre à des lendemains sereins…

LES EFFECTIFS

Si les entreprises de construction métallique sont confrontées depuis quelques années à des problématiques de recrutement, le SCMF confirme la stabilité de la courbe des effectifs et enregistre une hausse significative de +10% des salariés intérimaires.

EVOLUTIONS DES MARCHES PAR TYPES DE BATIMENTS

La part de marché concernant les bâtiments industriels demeure prépondérante (70%). Même si le nombre d’opérations a connu une augmentation de 10%, nous notons que, paradoxalement, le total des surfaces baisse. Le marché particulièrement bataillé des grands bâtiments de stockage échappe aux constructeurs métalliques, au profit de systèmes constructifs alternatifs. Mais, le nouvel arrêté 1510 de septembre 2016, relatif aux bâtiments de stockage, en systématisant la possibilité de l’utilisation de l’ingénierie incendie pour la conception de ces ouvrages doit permettre à la profession de reconquérir une part significative du marché des grands entrepôts. Autre grande tendance identifiée, ce sont les marchés des centres commerciaux et les bâtiments tertiaires qui aujourd’hui progressent le plus, alors que le marché des bâtiments agricoles s’inscrit en déclin.

Quant à la commande publique, elle s’avère elle aussi en berne, tant au niveau national que régional, avec une pondération toutefois concernant les communes. La baisse des dotations de l’Etat vers les communes, les EPCI, les départements et les régions aura un impact négatif sur l’investissement et consécutivement sur la construction de bâtiments publics. Notons de plus, que les marchés de la rénovation et de la réhabilitation progressent significativement.

En effet, entre autres atout, la construction métallique dispose de toutes les solutions techniques de modification, de réhabilitation, de rehaussement de renforcement de structures de bâtiments existants. «  Nous intervenons régulièrement pour la surélévation ou le renforcement de bâtiments en béton », précise Roger Briand, et de poursuivre «  nous sommes dans une filière sèche respectueuse de l’environnement, qualité particulièrement appréciée lors d’intervention en milieu urbain. Nos conceptions permettent de dégager des espaces nouveaux, de gagner de précieux mètres carrés. » Dans le cadre de la densification des villes, la construction d’IGH (Immeubles Grande Hauteur) va continuer de progresser ces prochaines années.

Les constructeurs métalliques français, disposent d’une longue expérience dans ce domaine, ils sont attendus et ils entendent profiter de cet axe de développement. Enfin, en matière de logements collectifs, le SCMF se félicite de l’esprit d’innovation animant certains entrepreneurs qui encouragent toute la profession à se développer sur ce marché à fort potentiel.

Pages : 1 2 3

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte