Pourquoi les chemins de câbles sont devenus indispensables !

Humanscale Copyright

Difficile pour l’installateur de faire son choix parmi les nombreux fabricants. Legrand Cable Management, Gewiss Mavil, Niedax, Obo Bettermann, Pemsa sont les principaux fournisseurs de chemins de câbles et s’appuient sur les spécialistes des accessoires que sont Gripple et Mecatraction. Alors que leur utilisation s’est démocratisée dans les années 70, elle ne s’est systématisée qu’avec les nouvelles générations d’électriciens. Fini les systèmes lourds, difficilement coupables et ajustables, les fabricants ont vite compris l’intérêt de fournir des produits qui optimisent le temps de pose et s’adaptent aux différents environnements. Depuis quelques années, sous l’effet du concept architectural « style industriel », les chemins de câbles ne se cachent plus.

Sur le même sujet

Humanscale copyright

Les chemins de câbles sont principalement utilisés dans le domaine industriel pour permettre de cacher les différents câbles dans les faux plafonds de nombreux bâtiments. De même, ils peuvent être placés au sol.

Il existe plusieurs types de chemins de câbles, en tôle ou à fils. Sans oublier la variante en plastique, avec les goulottes. En fonction de vos installations, les chemins de câbles sont disponibles en plusieurs largeurs, allant de 50 à 600 mm. En revanche, les chemins de câbles sont commercialisés dans des longueurs standards de 3 mètres.

Comme pour les goulottes, il existe plusieurs solutions lorsqu’on veut pouvoir ajouter ou diminuer simplement le nombre de circuits sur un tronçon de canalisation : les caniveaux à câble en fibre de verre, difficilement inflammables et avec ou sans couvercle ; les chemins de câbles en tôle d’acier zinguée, qui doivent être reliés à la terre en cas de longueur importante ; les caniveaux à grille en acier inoxydable ; les échelles à câbles en tôle d’acier zinguée au feu, prévues pour le montage vertical dans des gaines techniques.

Elodie Moxhete Mavil France

L’esthétisme
Nous l’avons tous constaté, que ce soit dans les nouvelles boutiques, dans les allées des centres commerciaux ou dans les appartements au style industriel, les chemins de câbles ne se cachent plus. Ils font même partie de la décoration, au point que les fabricants ont développé des chemins de câbles colorés pour répondre à la demande.
Élodie Moxhet, responsable marketing et chef de marché chez Gewiss Mavil, explique que « plus de 200 couleurs RAL sont disponibles et, si le besoin est suffisant, le sur-mesure est possible. Cela permet de s’intégrer dans toutes les configurations de décoration, même si le rouge et le blanc sont les plus demandés. Notre atelier de peinture époxy se situe en Bourgogne ». Encore tout récemment, le matériau du chemin de câbles (zinc, galvanisé ou plastique) était choisi en fonction du milieu d’installation, mais depuis peu, des considérations architecturales conduisent à un choix plus ou moins brillant.

À remarquer que chez Pemsa, l’unique variante de couleur proposée est le noir teinté dans la masse. Alberto González, directeur commercial de Pemsa France, explique qu’en Espagne, le chemin de câbles doit intrinsèquement faire la mise à la terre (voir La liaison équipotentielle, plus loin dans ce dossier), donc ajouter une peinture en surcouche empêche la bonne conductivité, notamment entre deux chemins associés. Pemsa réalise un

Série Black C8 de Pemsa directement traité dans la masse

traitement de surface anticorrosion qui noircit l’acier pour donner la gamme Black C8. Ce chemin de câbles est détourné de sa fonction première et utilisé pour son esthétisme. En revanche, ce choix ne permet à Pemsa de proposer qu’une seule couleur.
La gamme Kaleis de Legrand Cable Management (regroupement de Cablofil et Krieg & Zivy) est une nouvelle gamme très esthétique, car très aérée, qui assure transparence et design. Pour Gripple, spécialiste du supportage de chemins de câbles, la véritable innovation provient de son système de suspension par câble. « Le chemin de fil donne l’impression d’être en lévitation, car les câbles sont très fins. Nos câbles ont un diamètre de 2 mm, quand le profilé du chemin fait 8 mm. Le système donne l’impression de flotter dans l’air, explique Julien Wiss, responsable technique au sein de Gripple Europe. Pour gagner encore en finesse et en esthétique, nous proposons la Black Line. Les câbles sont peints en noir en usine et sont fixés directement sur le chemin sans console. » Mieux vaut éviter de peindre sur le chantier pour être certain que la rouille n’apparaîtra pas.

Imaginez les chemins de câbles nécessaires – Copyright Pemsa

Objectif : rapidité absolue de pose
Les prix des chantiers électriques sont toujours tirés vers le bas et, bien souvent, l’électricien est celui qui doit rattraper les délais perdus par les autres corps d’état intervenus en amont. Pour parvenir au prix le plus juste, les temps de pose de tous les produits doivent être les plus courts possible. De nombreux installateurs pensent que les systèmes sans vis ni boulon sont plus chers que ceux à vis et boulons. Pourtant, les efforts des fabricants leur donnent tort, et maintenant, rien ne justifie de perdre du temps à boulonner les chemins de câbles. Chez Pemsa, l’objectif est la polyvalence. Pour cela, tous les chemins de câbles sont compatibles avec ceux du marché : Rejiband, chemin de câbles en fil, tôles et aussi PVC. Cette simplification diminue de 50 % le nombre de références. Que ce soit sur le chantier ou en entrepôt, le gain logistique est évident grâce à une réduction de l’espace de stockage. Cette logique est adoptée par d’autres fabricants. Un meilleur service et un stock réduit. Les performances mécaniques sont, elles aussi, augmentées de 20 %.

Etrier G en forme de C – Gripple

La logique est la même chez Gripple. « Nous avons créé des kits prêts à l’emploi avec tous les éléments pour réaliser le supportage du chemin de câble, précise Julien Wiss, cela nous permet de livrer en une seule fois sur le chantier. » C’est un gain de temps et logistique très important pour l’installateur. Le montage en Y sur un étrier en G (comme Gripple mais en forme C) permet de n’avoir qu’un point d’accroche en partie haute du bâtiment avec 2 points fixes sur l’étrier ou la console. Les étriers ont été conçus pour s’adapter à tous les fabricants et être le plus universels possible. Tous les fabricants disposent d’étriers en L à fixer aux murs. Les différentes formes et découpes de l’étrier permettent de boulonner ou suspendre.

Ce qui est très important est de respecter la distance minimale de 300 mm entre les câbles courant fort et courant faible. Gripple propose donc des écarteurs pour conserver l’écart et permet de créer des systèmes complexes. L’idéal étant d’ouvrir les chemins de câbles de chaque côté pour permettre le gerbage des câbles de différentes natures. « L’installateur prend nos étriers et suspensions et est libre de se procurer chez l’équipementier de son choix les accessoires nécessaires », confirme Julien Wiss, de Gripple.

Pour éviter de devoir dimensionner le système de suspension, Gripple a inventé le galet autobloquant. C’est-à-dire que le câble passé ne peut plus ressortir. Plus besoin de cosses. Cela permet de ceinturer des poutres sans avoir à découper de tiges filetées. Tout le réglage se fait à la main.

Gamme Magic – Obo bettermann

Élodie Moxhet, de Gewiss Mavil, certifie que la continuité se fait à l’aide d’éclisses, soit prémontées, soit à ajouter. Plus besoin d’outils, hormis la perceuse et les chevilles. Des systèmes permettent de clipser directement et très rapidement le chemin de câbles sur le support fixé au mur.
De son côté, avec sa gamme Magic, Obo Bettermann propose le chemin de câbles enfichable par éclisses intégrées. Très efficace, il suffit d’assembler les longueurs sans outil. Magic améliore grandement le chemin de câble en autorisant une charge supérieure grâce au travail réalisé sur les bords roulés. Signalons également l’attache pour chemin de câbles de Pentair-Erico. Une fois le rail fixé, aucun outil ou matériel n’est nécessaire pour fixer de façon simple et rapide un chemin de câbles en fil au rail. Il suffit de placer le chemin de câbles en fil sur la partie supérieure du rail, de positionner l’attache KBT à l’endroit souhaité au niveau du rail, puis d’appuyer sur l’attache pour l’insérer, et de terminer l’assemblage. Chez Legrand Cable Management, le système FAS (Fast Assembling System) permet un verrouillage automatique grâce à des ergots ou éclisses qui réduisent jusqu’à 50 % le temps de pose, selon Cyril Chapellier, du marketing France.

On retrouve cette idée de gain de temps absolu également chez Niedax avec le nouveau chemin de câbles Fil NXCITO. Un chemin de câble fil entièrement automatique. Plus besoin de s’encombrer d’outils ni de boulons : l’assemblage de l’acheminement est facilité et déployé en un temps record. Il suffit d’insérer les crochets dans la dalle.

Système Cito pour emboitement automatique – Niedax

Les accessoires
Les fabricants garantissent la charge maximale que peuvent supporter les chemins de câbles. En France, c’est l’Apave qui garantit la résistance mécanique. Dans les centres commerciaux ou les lieux de grandes hauteurs, Pemsa et Gripple confirment que les versions « fil » sont les plus utilisées. Par contre, dès que le chemin de câbles est proche des visiteurs, c’est la dalle marine qui est installée. L’objectif est de masquer les câbles, notamment les colorés.

Eclisse T’Clip permet l’équipotentialité sur les chemins de câble plaque

Les dérivations permettent de déplacer le câble en hauteur (convexe et concave) et courber les trajectoires. « Mavil commercialise le Mavicurve. Cette section droite et horizontale dispose de trous qui permettent de la tordre pour en faire un angle », explique Élodie Moxhet. La livraison est facilitée et l’installateur construit aisément son parcours.
Chez Unex, le chemin de câbles isolant gamme 66 dispose de tous les éléments constitutifs : support, protection et conduction de câbles, aussi bien pour les installations intérieures qu’extérieures. La gamme 66 est conçue pour travailler en conditions de charge maximale, et la découpe du chemin de câbles ne crée pas d’arêtes coupantes et n’endommagera donc pas l’isolant des câbles.
Chez Legrand Cable Management, la gamme Kaleis est multifonction, c’est-à-dire que le chemin de câbles permet d’associer l’éclairage de sécurité, la diffusion sonore en boutique, la vidéosurveillance ou encore les détecteurs de mouvement si besoin. Pour l’instant, pour les chemins de câbles en fil, la découpe est encore nécessaire pour s’adapter à l’environnement.

chemin-de-câble-vertical-chez-Lysen

Liaison équipotentielle
Effectivement, tout chemin de câbles métallique doit être mis à la terre (sans dérogation dans les ERT), mais il y a confusion sur les moyens. Si la continuité électrique est assurée par des accessoires de raccordement certifiés par le constructeur, il n’est pas nécessaire de prévoir un conducteur de terre sur toute la longueur du chemin de câbles ; il suffit de prévoir des raccordements à la terre en nombre raisonnable en fonction de la longueur du chemin de câbles. Pour rappel, la norme NF C 15-100 demande d’installer tous les 15 à 20 mètres au minimum, suivant le principe de sécurité, des systèmes reliant les chemins de câbles au conducteur parallèle en cuivre pour assurer la mise à la terre. Si la mise en œuvre du chemin de câbles a aussi lieu dans un poste (NF C 13-100 et 13-200), il doit être raccordé à l’équipotentialité des masses HT avec une section obligatoire de 25 mm² pour assurer une résistance mécanique suffisante (cuivre nu ou isolé). À préciser également qu’un cuivre nu 25 mm² posé le long d’un chemin de câbles doit être mécaniquement solidaire de ce dernier, avec des bornes de terre adaptées.

Système FAS – Des ergots automatisent le verrouillage – Legrand Cable management

La longueur raisonnable étant fixée à 15-20 m, il est souvent préférable de prévoir un conducteur de terre dans le chemin de câbles pour assurer ces connexions, mais cela peut être obtenu par d’autres moyens. Attention, le chemin de câbles ne doit pas être utilisé comme conducteur de terre pour d’autres usages que sa propre équipotentialité, et c’est souvent ce qui motive la présence d’une câblette.

Mais cette disposition va à l’encontre des nouvelles règles d’esthétisme. En effet, les peintures époxy réduisent la conductivité du chemin de câbles. C’est pour cela que Pemsa a choisi de réaliser la couleur noire par traitement de surface par bains successifs, pour que les propriétés de conductivité du métal soient conservées. Alberto González, directeur commercial de Pemsa France, assure que « la continuité électrique est préservée. Pemsa dispose d’un certificat confirmant cela. Avec de la peinture époxy, il faut gratter pour que l’éclisse permette la continuité électrique et trouver la masse. Chez Pemsa, rien à faire. »

F’clip monté 6mm -copyright-mecatraction

Justement, le spécialiste des éclisses pour équipotentialité Mecatraction est préconisé par les fabricants de chemins de câbles comme Mavil, Niedax ou Legrand Cable Management pour réaliser la mise à la terre. Deux produits sont proposés : le F’Clip, pour les chemins de câbles filaires, et le T’Clip, pour les chemins à dalle. Éric Géry, de Mecatraction, certifie que « le temps de pose a été divisé par 4 avec les nouveaux systèmes. Il suffit de clipser à la main le clip sur le chemin de câbles, et ensuite la canelette. Plus de vissage ». Certains installateurs s’affranchissent d’installer la liaison équipotentielle quand les câbles passent loin du public. « Si la longueur du câble est supérieure à 6 m, ils sont en faute. La simplicité des systèmes Mecatraction permet facilement d’être en règle avec la NF C15-100 », ajoute Éric Géry.

Cette question de l’équipotentialité est posée, car, pour tout changement de direction ou de niveau, l’installateur doit vérifier que les accessoires de jonction ne provoquent pas de rupture de continuité électrique. Même si le chemin de câbles dispose du certificat de continuité, rien ne dit que l’installation sera correctement mise à la terre. Unex a trouvé la solution en développant son propre matériau, l’U23X, qui est un isolant, donc pas de possibilité de courants de fuite et pas de mise à la terre.

Le matériau U23X de la gamme 66 d’Unex est isolant. La mise à la terre n’est pas nécessaire.

Configurateur en ligne : ne perdez plus de temps
À l’heure du tout numérique, comment concevoir de passer un temps précieux à chercher les bonnes références pour un chantier ? D’autant que le nombre de produits à disposition a explosé depuis quelques années. Le fabricant français Gewiss Mavil a conçu un configurateur, accessible à tous sur son site internet ou via une application, pour s’y retrouver dans les quelque 6 000 références de son catalogue. Cinq clics suffisent pour obtenir la référence, qui peut être exportée au format Excel ou PDF. Depuis peu en ligne, Pemsa Pro permet de choisir le type de câble, dont différentes marques, et le type de chemin de câbles. À l’arrivée, l’installateur obtient un produit préconisé.

CSU avec fil et tôle de Mavil.jpg

L’avenir du chemin de câbles réside dans le « sans vis ni boulon », poussé encore plus loin et surtout sur des solutions de logistique améliorée. Aujourd’hui, les standards sont de 3 m. Le BIM arrive. Les fabricants travaillant avec l’Angleterre doivent proposer tous les schémas en 3D pour satisfaire l’obligation de début janvier 2017. Malgré sa fonction basique, le chemin de câbles n’a pas fini d’évoluer vers plus de simplicité et de rapidité d’installation.

 

La réglementation
Mesures à prendre lors de la pose
– Lors de la pose de caniveau ou chemin de câbles, il faut faire particulièrement attention à ce que les coupes ne risquent pas d’endommager les câbles qu’on installe.- La dimension (largeur) des caniveaux doit être prévue avec un important pourcentage de réserve, afin d’assurer la possibilité d’extension future.- Les supports sont fixés en considérant la masse totale des câbles ainsi que ceux qui s’ajouteront plus tard. Leur nombre doit être suffisamment important pour éviter tout effondrement de la canalisation.- Lorsqu’ils sont en matériaux conducteurs et d’une longueur supérieure à 6 mètres, les caniveaux doivent être reliés au conducteur d’équipotentialité.- Dans la mesure du possible, on évitera la pose en toron des câbles afin de favoriser les déperditions de chaleur et ainsi d’éviter une augmentation de la température des câbles au-delà des valeurs admissibles.

 

L’innovation Gripple

C-Clip 6mm de Gripple

Le câble tendu intérieur de 6 mm. Celui-ci peut être tendu d’un bout à l’autre du bâtiment en s’accrochant aux poutres intermédiaires. Sur ce câble, viennent se fixer les élingues pour suspendre le chemin de câbles à l’aide des C’clips.

datacenter_google-copyright-lafibre

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte