architect@work : Rencontre avec Agnès Provot

Agnès Provot : chef de projet architect@work
Agnès Provot : chef de projet

Pour la 10 édition du salon architect@work, nous rencontrons Agnès Provot, chef de projet du salon.

Sur le même sujet

Lumières – architect@work Paris fête sa 10e édition en septembre prochain. Comment ce salon a-t-il été créé ?
Agnès Provot – L’événement a commencé en Belgique à Courtrai, puis ont suivi Rotterdam, et Paris en 2008. L’idée de créer un salon dédié aux architectes était un concept très novateur, aussi bien eu égard au contenu qu’à la forme, avec une scénographie assez atypique pour un salon. Les industriels ne présentent que des nouveautés, compte tenu de la surface limitée mise à disposition, et cinq ou six produits chacun ; par conséquent, nous devons faire une sélection parmi toutes les propositions qui nous sont soumises. Ce travail est réalisé par un comité technique composé non seulement d’architectes mais aussi d’architectes d’intérieur, agenceurs et experts matériaux (UNSFA, UNAID, UNIFA Agenceurs, Innovathèque).

Vous voulez dire que les produits sont répartis par secteur ?
En effet, nous avons des quotas selon les secteurs d’activités :
– 30 % pour l’enveloppe du bâtiment ;
– 40 % dédiés au second œuvre ;
– 25 % pour les équipements techniques, éclairage inclus ;
– 5 % les services.
Cette répartition répond en fait aux attentes de nos visiteurs et à leurs centres d’intérêt.

Quels domaines d’activité l’éclairage couvre-t-il ?
Une vingtaine d’industriels exposent à l’édition parisienne d’architect@work, principalement en éclairage intérieur. Mais au-delà des objets lumineux en tant que tels, nous voyons de plus en plus d’associations de matériaux et de lumière. Je pense notamment aux luminaires acoustiques, mais aussi au béton ciré luminescent, au carrelage qui absorbe certaines couleurs et en rejette d’autres, aux moquettes à LED, aux vitrages photovoltaïques, et même des pommeaux de douche qui ressemblent à des luminaires ! Les nouvelles technologies permettent cette interaction entre différents matériaux et une meilleure intégration de l’éclairage dans le bâti, comme ces profilés lumineux qui se fondent dans les plâtres. Toutes ces solutions participent à l’ambiance générale du salon, avec ces boules lumineuses qui ponctuent les allées…

Justement, vous évoquiez la scénographie propre à architect@work. Quelles en sont les particularités ?
C’est une équipe de designers belges, Creative 4, qui, dès l’origine du salon, a créé cette scénographie et en sont propriétaires. Les 256 corners sont séparés par de hautes tentures noires formant de véritables galeries au sein desquelles le visiteur déambule, allant ainsi d’une nouveauté à une autre. Les allées sont transformées en espaces réceptifs où chacun peut librement s’asseoir, discuter, échanger. Par ailleurs, des aires de convivialité proposent gratuitement des rafraîchissements et un service de restauration tout au long de la journée. Cet ensemble offre une atmosphère très cosy et professionnelle qui est renforcée par un programme de conférences et la présentation d’expositions de matériaux, de photographies sur l’architecture et d’œuvres monumentales artistiques.

Quelle sera la thématique cette année ?
Nous n’avons pas encore le programme détaillé des conférences. Mais le thème général de l’édition parisienne portera sur les architectures alternatives avec des interventions d’architectes, une conférence du centre Innovathèque, une table ronde sur la métropole Grand Paris et, bien entendu, la présentation de projets. Nous avons le soutien de bon nombre d’organisations professionnelles d’architectes qui nous permet de mettre en place une programmation très diversifiée et renouvelée à chaque édition, que ce soit celle de Paris ou celles organisées en régions.

Les autres éditions ont-elles lieu également tous les ans ?
Non, en France, les autres villes, qui ont commencé plus tard, reçoivent architect@work tous les deux ans. Cette année, Marseille aura lieu les 15 et 16 novembre, puis viendront Lyon les 7 et 8 juin 2018 et enfin Nantes à l’hiver 2018.
Seule, l’édition parisienne est annuelle et les 21 et 22 septembre prochains vont très certainement accueillir plus de visiteurs que d’habitude (5 600 en 2016) qui viendront fêter l’événement à Paris Event Center, Porte de la Villette, où nous sommes installés depuis désormais trois ans.

www.architectatwork.fr                                          

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte