SYCABEL 1917-2017, un siècle d’expertise au service du câble

(c) Nexans - SYCABEL

Il y a, de par le monde, plus de cent associations de fabricants de câbles. Le SYCABEL, en France est le syndicat professionnel des fabricants de fils électriques et de communication. Alerte, malgré son grand âge, puisqu’il soufflera ses cent bougies le 21 septembre, le SYCABEL représente un secteur clé de la construction électrique en France. Omniprésents, les produits conçus et fabriqués par ses entreprises adhérentes sont indispensables au fonctionnement de notre monde connecté.

Sur le même sujet

« Nous sommes un petit syndicat », confie, avec modestie, Régis Paumier, Délégué Général, qui ajoute, « mais avec de grands acteurs ». Le SYCABEL, ne représente pas moins de 90 % des acteurs de l’industrie française des fabricants de fils et câbles électriques et de communication, de matériels de raccordement énergie ou d’accessoires télécoms. Parmi la vingtaine d’entreprises, rassemblées au sein du SYCABEL, figurent les leaders des industries électro-technologiques de l’hexagone et plusieurs d’entre elles, « sont dans le peloton de tête des câbliers au plan mondial ». Ce secteur industriel, très présent en France « avec plus de 40 sites de production répartis dans 70 % des régions, emploie plus de 8 000 personnes hautement qualifiées ».

A la fin du XIXème siècle avec l’invention de l’ampoule et donc la nécessité de transporter l’énergie électrique, c’est le métier du câble qui est en train de naitre. C’est en 1917, pour fédérer une nouvelle industrie que le syndicat est créé. Au cours du XXème siècle, les avancées rapides des sciences ont entraîné les très nombreuses mutations du secteur qui a su développer de très nombreuses applications, « les fils et câbles électriques ou de télécommunications, sont désormais partout ». Cette filière, « qui est un secteur d’excellence », s’appuie sur les sciences de l’électricité et de la transmission et exploite des procédés industriels très diversifiés, tels que la plasturgie, la métallurgie, la chimie,  la mécanique « tous parfaitement maitrisés en France et conformes aux normes les plus exigeantes ».

Régis Paumier, délégué général du Sycabel

Peu visible et très discrète, l’industrie du câble n’en est pas moins omniprésente dans le transport et la distribution de l’énergie et des communications, dans les liaisons de transmission de signaux électriques ou optiques, dans les transports ferroviaires, maritimes, routiers et aériens, « une automobile peut être équipée de trois kilomètres de câbles et un Airbus de plusieurs centaines ! ». Et l’histoire ne fait que continuer, « notre quotidien sera de plus en plus électrique et digital, les transitions énergétique et numérique sont désormais une réalité ».

(c) Acome Sycabel

L’augmentation des flux de données à transmettre sur tous les continents est « phénoménale, les volumes de données doublent tous les 2 ans avec les nouvelles applications qui surgissent constamment, la réalité augmentée demandera demain 100 fois plus de débit que les vidéos d’aujourd’hui ». Pour transmettre ces données, la capacité de transmission par signaux hertziens (antennes ou satellites) ou par signaux électriques (câbles de cuivre) est insuffisante. Il faut utiliser la lumière, la photonique et les lasers afin de moduler et passer les signaux dans les fibres optiques. Du grain à moudre pour la profession qui a noté l’année dernière la consolidation de ses résultats, « marqués toutefois par des évolutions très contrastées selon les marchés et les familles de produits ». L’activité des adhérents du Sycabel, « a bénéficié en 2016 de la forte impulsion donnée par les câbles sous-marins qui a permis d’enregistrer un chiffre d’affaires global de 2,3 milliards d’euros, en hausse de 2% par rapport à 2015, les exportations représentant 40% des livraisons ».

Si l’on exclut les câbles sous-marins, le chiffre d’affaires s’inscrit en retrait de 4,9% d’une année sur l’autre, « cette variation étant directement liée au cours des matières premières ». En France, à périmètre constant et hors câbles optiques, les volumes de câbles produits sont proches dela stabilité. A souligner, « la production record de 11 millions de km de fibres optiques ». Pour ce qui concerne la situation conjoncturelle de 2017, le marché des télécommunications via le déploiement du très haut débit, « fait preuve d’une très grande vitalité, nous battons des records ». Ce marché, « ainsi que la modernisation des réseaux d’énergie, resteront des sources soutenues de débouchés pour la profession ». Par ailleurs, la reprise attendue dans le secteur de la construction devrait conduire à une légère amélioration dans le temps, en raison du décalage mécanique de la demande de câbles et accessoires pouvant aller jusqu’à la fin de l’année.

Laurent Tardif, président du Sycabel

Le SYCABEL fait de l’année 2017, un millésime porteur de grands projets. Le syndicat est particulièrement mobilisé autour d’actions-phare telles que la mise en œuvre du Règlement Produits de Construction (RPC). Entré en vigueur en France le 1er juillet 2013, ce règlement, « fixe les exigences essentielles auxquelles les ouvrages de construction doivent répondre. Ces exigences sont déclinées au niveau des produits en critères et méthodes d’évaluation au moyen de normes harmonisées. L’objectif est d’assurer la transparence concernant les performances des produits, afin de permettre la libre circulation et la libre utilisation de ces produits sur le marché européen »*. Depuis le mois de juillet 2017, les câbles électriques, désormais considérés comme produits de construction à part entière, doivent répondre à des exigences particulières, notamment au niveau de la sécurité incendie. Par ailleurs, la « revitalisation » du label « CABLE de FRANCE », constitue un autre temps fort de l’année. Cette marque, est une réponse du syndicat pour favoriser le maintien sur le sol national des emplois et des compétences de sa filière, puisque les entreprises qui souhaitent en bénéficier, « doivent s’engager à concevoir et fabriquer en France les produits labellisés».

Pour ce qui est de l’avenir, même si « la demande de câbles ne cesse de croître, car Ils sont les maillons vitaux de la diversification et de la multiplication des usages liés aux besoins sociétaux », les câbliers du Sycabel ne s’en tiennent pas à ces bonnes perspectives. Afin de maintenir leur rang en Europe et dans le monde, ils « anticipent les évolutions et réalisent des avancées technologiques appropriées et optimisées, basées sur une solide R&D, des investigations en matière de matériaux conducteurs et isolants, de systèmes de test et mesure, sans omettre les problématiques d’installation et de fiabilité ». De quoi à priori être optimiste. Enfin, il est encore temps de souhaiter au SYCABEL un très bel anniversaire 

*source SYCABEL « Règlement Produits de Construction appliqué aux câbles »

Chiffres clé du syndicat :
– Année de création : 1917
– Vingt entreprises membres
– Chiffre d’affaires 2016 : 2.3 milliards d’euros (dont 40% à l’export)
– Sites industrielles en France : 40
– Emploi : +8 000 salariés en France


Répartition du Chiffre d’affaires 2016 par gamme de produits :
– Câbles sous-marins : 10%
– Câbles de réseaux d’énergie : 22%
– Câbles d’énergie, Industrie, Construction, Spéciaux : 27%
– Câbles de communication (y compris fibre optique) : 26%
– Matériels de raccordement : 13%
– Conducteurs nus : 2%


Olivier Durand

 

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte