L’opportunité du marché des IRVE passe par la qualification

Le marché des infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE) constitue-t-il une vraie opportunité ? Plus de 800 entreprises ont déjà répondu « Oui » et obtenu leur mention IRVE, d’autres se demandent comment faire, avec quelles formations qualifiantes, et avec quelles aides disponibles pour adresser ce marché en plein essor ?

Sur le même sujet

Priorité à la qualification des électriciens
La mobilité électrique est un marché en pleine expansion et à fort potentiel avec environ 250 000 bornes installées et un objectif gouvernemental de 7 millions de bornes en 2030. Et les chiffres, notamment depuis 2019, ne démentent ni l’essor ni les efforts qu’il reste à réaliser pour atteindre les objectifs de maillage du territoire et répondre à la demande croissante. « D’emblée, nous avons positionné les professionnels électriciens, forts de leur légitimité liée à leur savoir-faire, sur l’installation d’IRVE» souligne Alexandra Del Medico, secrétaire générale de l’association Qualifelec.

Alexandra Del Medico

“Qualifelec : préférez l’excellence”

 

 

 

 

 

Les formations qualifiantes
Tous les travaux d’installation de recharge qui entrent dans le cadre du décret n° 2017-26 doivent être réalisés par des entreprises qualifiées, titulaires de la mention Infrastructures de Recharge de Véhicules Electriques (IRVE).
« La mention apporte une précision sur une spécialisation de l’entreprise et se rattache obligatoirement à une qualification, laquelle identifie un marché. La mention peut également être obtenue à titre probatoire, pour les entreprises qui se lancent dans une activité et ne peuvent justifier de références d’installations d’infrastructures. La mention probatoire IRVE est attribuée pour 24 mois, non renouvelables », précise Alexandra Del Medico.

La mention IRVE de Qualifelec peut être obtenue en complément de cinq qualifications :
• Installations électriques en Logement Commerce Petit Tertiaire (LCPT)
• Installations électriques en Moyen Gros Tertiaire Industrie (MGTI)
• Branchements et Réseaux (B&R)
• Eclairage Public (EP).
• Solaire Photovoltaïque (SPV)

Plus de 80 % des entreprises ont demandé cette mention en complément des qualifications LCPT et MGTI. Les 20 % restants se répartissent sur les qualifications Eclairage Public, Branchements et Réseaux et Solaire Photovoltaïque.
« Toute formation IRVE agréée par Qualifelec est recevable pour les demandes de mention IRVE, en complément de nos qualifications. Il revient à l’entreprise de choisir le niveau de formation adapté au marché sur lequel elle se positionne », explique l’experte.

La liste des organismes et des niveaux de formation agréés par Qualifelec est régulièrement mise à jour sur le site www.devenir-qualifelec.fr.
Actuellement les organismes agréés sont :
BLUE2BGREEN
CONSUEL
FORMAPELEC
HAGER
IFGC – Institut de Formation Groupe CAHORS
LCIE
LEGRAND SNC
NEXANS
OMEXOM INSTITUTE
SCHNEIDER ELECTRIC
SOLSTYCE

Des niveaux de stage en fonction de qualification
« Pour une entreprise, la formation d’un technicien, au minimum, est un préalable pour l’obtention de la mention IRVE, et les formations IRVE doivent obligatoirement être agréées par un des deux organismes suivants de qualification : Qualifelec ou Afnor Certification », explique Jean-Luc Coupez, fondateur de BLUE2BGREEN, qui œuvre dans le conseil et la formation en électromobilité et qui a été acquise tout récemment par l’APAVE.
Il existe actuellement 3 niveaux de formation qui rentrent dans le cadre du décret IRVE 2017-26.
• La formation de niveau 1 – niveau de base –  vise l’installation de bornes de charge, sans configuration spécifique pour la communication ou la supervision typiquement pour la maison individuelle et les particuliers (durée : 1 jour) ;
• la formation de niveau 2 – niveau spécialiste – est destinée à l’installation de bornes de charge jusqu’à 22 kVA, type publiques ou privées, pour commerces, collectivités, copropriétés…, avec des éléments détaillés de configuration pour bornes communicantes et supervision de station (durée : 2 jours) ;
• la formation de niveau 3 – expert – est destinée à l’installation de bornes de charge rapide de plus de 22 kVA et en courant continu (durée : 2 jours).

Enfin, le Label EV-Ready© définit 3 niveaux également, et qui sous-tendent une démarche qualité plus efficace que les programmes standards, avec des impositions dans certains cahiers des charges, et un process approfondi avec l’analyse des prérequis, la sécurité des installations et les procédures de tests.

Installer mais aussi concevoir et maintenir
Pour 2020 et les suivantes, dans un contexte de révision du décret de 2017, Qualifelec travaille également à l’introduction d’un domaine spécifique pour la Maintenance des infrastructures de recharge de véhicules électriques dans sa qualification Maintenance des Installations Electriques (MIE).
« Un volet Etude et Conception d’infrastructures » est également prévu et devrait compléter la qualification MGTI », ajoute Alexandra Del Medico.
L’objectif étant de permettre aux entreprises de valoriser ainsi une offre globale et complète de service des installations, rapidement identifiable par la maîtrise d’ouvrage.

Se former techniquement pour se qualifier, oui, mais d’autres points sont clés
Pour Jean-Luc Coupez de BLUE2BGREEN, les entreprises qui avancent sur le sujet IRVE se posent aussi des questions et suscitent des réflexions qui vont assez logiquement au-delà des formations techniques qualifiantes :
– Quelle stratégie de vente des compétences acquises sur les IRVE ? Pour quels types de points de recharge ou marché, pour des bornes communicantes ou non ?
– Comment être performant également dans les démarches administratives, que cela soit pour les labels nécessaires ou les dossiers d’aide au financement ?
– Comment aider les clients à la décision  ? Quelles sont les aides possibles, par exemple avec le programme ADVENIR ?
– Comment déployer et traiter des projets comme les flottes d’entreprise, les flottes de bus ou de gros camions électriques en y intégrant les usages, les tournées, l’accessibilité et l’ergonomie, et en prenant en compte les problématiques d’impacts sur les réseaux compte tenu des fortes puissances de charge ?
« Des questions qui peuvent trouver des réponses à la carte avec différents modules de formations complémentaires et des cursus d’expertise couvrant tout ou partie de ces sujets », explique l’expert.

Jean-Luc Coupez, fondateur de BLUE2BGREEN.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020, 2021 se former et se qualifier
« La qualification, complétée par des mentions, est un véritable support pour aborder de nouveaux marchés, en valorisant le socle métier de l’électricien, mais aussi les nouvelles compétences acquises en fonction des évolutions technologiques », conclut Alexandra Del Medico. « Et pour les entreprises qui souhaitent se positionner sur le marché des IRVE, nous ne pouvons que conseiller d’entamer la démarche de qualification dès que possible, et ce, parallèlement à la démarche de formation en IRVE. » Une fois la formation obtenue, l’entreprise déjà qualifiée pourra faire la demande d’ajout de la mention « IRVE » ou « probatoire IRVE » à sa qualification.
Souhaitons donc que la filière électrique se révèle mobile ! Et accompagne le sujet IRVE dans sa croissance et dans toutes ses dimensions.

Le financement des projets d’IRVE est aussi un levier de décision – détails sur le programme ADVENIR – Cécile Goubet, déléguée générale de l’AVERE

Cécile Goubet, déléguée générale de l’AVERE.

 

 

 

 

 

 

Le programme CEE ADVENIR que porte l’AVERE France propose des primes financières pour l’installation d’IRVE relatives à :

• des points de recharge installés en habitat collectif, pour un usage individuel ou collectif, via les particuliers, les bailleurs sociaux, les syndics ou les propriétaires privés ;
• des points de recharge installés sur le parking privé d’une entreprise ou d’une personne publique, ouverts à la flotte de l’entreprise ;
• des points de recharge ouverts au public, installés sur des espaces privés (parkings de bâtiments commerciaux, services publics, parking en ouvrage, concessions, groupe hôtelier etc.) ;
• des points de recharge ouverts au public installés sur des espaces publics, tels que la voirie.

Pour être éligibles à la prime ADVENIR, l’offre de l’installateur doit répondre à un cahier des charges structuré par ADVENIR et spécifique à chaque type de parking, et l’installateur doit être, bien sûr, qualifié avec une mention IRVE. L’offre commerciale doit être labellisée par ADVENIR avant toutes propositions commerciales. Avec ces prérequis, le financement obtenu après travaux est de 40 % de l’investissement réalisé pour les entreprises et les personnes publiques et de 50 % pour le résidentiel collectif (individuel ou partagé).

Depuis juillet 2019, une nouvelle cible est ajoutée avec un dispositif permettant de soutenir le résidentiel collectif. L’opération, baptisée « 3 000 copros » vise à accompagner les copropriétés souhaitant équiper leur parking d’une infrastructure permettant à terme d’alimenter 20 % des places pour l’installation de bornes. Elle s’accompagne d’un process rigoureux de suivi de l’installation et une vérification sur le terrain de ce qui a été mis en place pour certification de conformité.
Quelques liens pour en savoir plus :
Le site ADVENIR : https://advenir.mobi
Procédures de labellisation pour les installateurs : http://advenir.mobi/labellisation/

Accompagner la filière sur les IRVE avec un objectif ambitieux de 2 000 installateurs formés en 2020 – Hervé Vancompernolle, directeur marketing de l’offre pour Sonepar France
En tant que distributeur majeur de solutions électriques, et compte tenu des perspectives importantes de ce marché que nous voyons quadrupler d’ici à 2023, il nous semblait important de mettre en place les réponses ad hoc. Avec d’une part, un plan d’offre avec une sélection de fabricants et marques principales de bornes, mais aussi de composants de connexion, de comptage, de protection…, et d’autre part, des services de sensibilisation et de formation pour nos clients afin qu’ils aient une appréhension des plus complètes du sujet IRVE.

« Pour 2020, tout est prêt, la sélection initiale de produits est constituée, et par ailleurs, nous avons fait le choix de proposer notamment des formations qualifiantes à la mention IRVE en nous appuyant sur BLUE2BGREEN qui est un partenaire de référence et avec lequel nous avions déjà une expérience passée réussie », explique Hervé Vancompernolle.

Hervé Vancompernolle, directeur marketing de l’offre pour Sonepar France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le point d’entrée des services de formation et sensibilisation pour nos clients est constitué par un guide de l’e-mobilité qui sera très bientôt disponible et qui reprend de façon didactique les points clés pour bien appréhender le sujet. Il est complété par des modules d’e-learning et cet ensemble constitue le socle initial. Pour illustration, il s’agit d’être en mesure de constituer très vite une réponse technique pour exemple à un besoin de trois bornes en résidentiel collectif.

« À un deuxième niveau sont proposées les formations qualifiantes IRVE qui seront dispensées de façon régionale dans nos agences. L’objectif est d’être au plus près de nos clients, et d’être capable de les accueillir de façon souple et réactive. Ces formations seront aussi dispensées à nos experts internes, et le socle initial sera quant à lui diffusé aux forces commerciales généralistes du Groupe », conclut l’expert.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.