Ces géants du web qui s’installent sur le marché des IoT

Inauguration de la cité de l'objet connecté à Angers par François Hollande, le 15 juin 2015 © Flickr

Microsoft, Apple, Google : les majors du Web se lancent dans le marché de la domotique et des objets connectés en développant de nouvelles stratégies marketing. Le but ? S’imposer sur un marché reposant sur l’innovation et ayant une forte rentabilité économique, en déployant des systèmes au fur et à mesure des avancées technologiques. Comment les géants d’Internet se réapproprient-ils le secteur de la domotique et des objets connectés ?

Sur le même sujet

Le 8 juin 2015, lors de la Worldwide Developers Conference, Apple a annoncé des mises à jours du HomeKit à venir avec l’iOS 9. Le HomeKit sera en mesure de contrôler les lumières, les serrures, les thermostats et comportera des détecteurs de mouvements et de monoxyde de carbone. Les utilisateurs pourront alors contrôler à l’aide de Siri de nouveaux périphériques. La connexion ne se fera plus grâce à l’Apple TV mais grâce à un compte iCloud. La liste des appareils qui fonctionnent avec le Framework HomeKit est en croissance et représente une compétitivité incroyable sur le marché. Philips Hue a déjà annoncé que ses ampoules connectées seront compatibles avec le HomeKit à partir de l’automne. Le HomeKit sera aussi présent sur la prochaine version de l’Apple Watch. Consommer du Apple pour diriger sa maison tournant exclusivement sur des systèmes Apple, faire d’Apple une identité, voici la stratégie que tente de déployer l’entreprise.

Toshiba et Microsoft ont, pour leur part, développé un partenariat afin de maximiser la domotique dans leurs parts de marchés. Toshiba apportera des logiciels, des capteurs et des enregistreurs de données de conduite tandis que Microsoft ajoutera divers outils pour le suivi et l’analyse des données. Ces solutions dédiées à l’IoT pourront être utilisées dans les domaines de la sécurité, de la santé et de la domotique. Les marchés respectifs pourront être des leviers de croissance économique mondiale et toucher le grand publique.

Google livre un système d’exploitation gratuit nommé « Brillo ». Il a la capacité de prendre en charge des processus de démarrage, de gestion des périphériques, ainsi qu’instaurer une communication entre les réseaux. Android n’est pas encore un système réellement adapté aux objets connectés. En effet, la version pour Smartphone de l’OS de Google a besoin de minimum 512 Mo de RAM alors que « Brillo » pourra être utilisé sur des appareils ayant une faible capacité de mémoires (de 64 Mo ou 32 Mo). Google propose un service accessible permettant de faciliter l’accès à la domotique pour tous.

Un marché d’envergure

1078451_maison-connectee-les-geants-de-la-tech-cherchent-a-preempter-le-marche-web-0204039913250Si les géants d’Internet souhaitent développer les objets connectés, c’est parce qu’ils représentent une capacité de levier économique important. En effet, d’ici 2020, le marché des IoT devrait représenter 2% du produit mondial brut selon Gartner. Selon un sondage IFOP pour l’Atelier BNP Paribas, fin 2013 en France, plus de 5 millions de personnes étaient déjà équipées d’un objet connecté hors PC et Smartphone, ce qui représente 11% de la population française âgée de plus de 18 ans. Le marché devrait doubler dans les trois prochaines années pour atteindre le seuil de 11 millions d’utilisateurs français d’objets connectés en 2017.

Selon le Baromètre “près d’un quart des interrogés déclarent aujourd’hui utiliser des objets connectés, en grande partie pour faciliter leur vie de tous les jours (23%). Ils les adoptent également pour surveiller leur santé (21%), se déplacer (20%), ou se protéger (14%). Les objets au service des performances sportives (bracelets fitness, raquette, chaussures..) arrivent quant à eux au bas de l’échelle puisque seulement 9% d’entre eux déclarent en être équipés.” (propos recceuillis par Christophe Gazeau)

Google devra faire face aux firmes multinationales qui ont déjà choisi de s’affirmer sur le marché de l’IoT. Toshiba est une entreprise enracinée dans le monde professionnel et industriel, ce qui permettra une capacité de déploiement plus facile dans le monde de la logistique et de l’entreprise. En partenariat avec Microsoft, également reconnue aux yeux du grand public, ces deux firmes pourront alors cibler différents consommateurs sur la même scène de marché. Cependant, le terrain de chasse reste congestionné. Apple reste un concurrent imbattable, les fabricants souhaitent travailler avec iOS car ils disposent déjà du Framework HomeKit d’Apple. La concurrence permet la compétitivité des marchés mais restreint aussi la capacité d’utilisation par une profilération d’OS incompatibles entre eux.

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte