Une île des Canaries alimentée à 100% par les énergies renouvelables

DR.

A l’ouest de l’archipel des Canaries, sur l’île d’El Hierro, le rêve d’une autonomie électrique complète via les énergies renouvelables est devenu réalité. Samedi 9 août, la totalité de l’île a été alimentée par des éoliennes et une centrale hydraulique… et l’exploit est loin d’être anecdotique.

Sur le même sujet

El Hierro, « réserve de la biosphère »

L’archipel des Canaries, en Espagne, abrite une île dont les avancées en matière d’exploitation des ressources renouvelables est impressionnante : l’île d’El Hierro. Ce territoire de 280 kilomètres carrés est, avec le temps, devenu un véritable laboratoire de la transition énergétique : soleil, vent et eau fournissent aux habitants toute l’énergie nécessaire à leur quotidien. Cette métamorphose commence à la fin des années 1990, quand la population d’El Hierro décide de protéger ses terres, destinées à devenir un terrain de tir pour l’armée espagnole. Afin de sauvegarder la beauté de leur île, les citoyens ont ainsi suivi le projet de l’ingénieur et homme politique Tomás Padrón Hernández. Depuis 1979, ce dernier rêvait de créer une centrale électrique d’envergure, capable de subvenir aux besoins des 11 000 habitants d’El Hierro. Au fil du temps, ce projet de construction s’est mis en place, motivé par le classement de l’île par l’UNESCO comme « réserve de la biosphère », en 2000. De nombreux touristes affluent alors sur le territoire, qui se veut exemplaire en terme de transition écologique, et dont l’objectif principal est de sensibiliser le grand public aux enjeux du développement durable. Actuellement, l’île d’El Hierro a réussi le double pari de devenir un territoire totalement auto-suffisant en énergie, tout en respectant l’environnement par l’exploitation d’énergies renouvelables. En effet, l’approvisionnement en énergie de l’île se base sur plusieurs constructions.

Une exploitation remarquable des énergies renouvelables

En premier lieu, une centrale hydroélectrique unique au monde a été construite sur le territoire. Cinq immenses éoliennes, hautes de 64 mètres de haut, assurent la production de 11,5 mégawatts, et le fonctionnement de quatre usines de dessalement installées sur le littoral. En cas de surplus de production, l’énergie supplémentaire actionne les pompes de deux bassins de rétentions, répartis à flanc de colline. Une fois le bassin supérieur vidé, l’eau parcourt plus de 600 mètres de dénivelé, et actionne alors une turbine, qui fournit à son tour une puissance de 11,5 MW. Cette installation ultra-moderne et qui regroupe les dernières avancées technologiques en matière d’exploitation des énergies renouvelables a coûté près de 80 millions d’euros. Elle a permis de remplacer, en juin 2014, l’ancienne centrale diesel : cette dernière alimentait l’île en électricité depuis des années. Immédiatement après l’installation, la collectivité a cessé d’importer plus de 40 000 barils de pétrole, économisant 2 millions d’euros et 18 000 tonnes de CO2 par an. D’autre part, l’un des nombreux intérêts de cette construction réside dans le fait que n’importe qui peut consulter son système, et ainsi être sensibilisé aux impacts positifs d’un tel mécanisme. En effet, la REE (réseau espagnol d’électricité) a mis en place une plate-forme web, qui permet de suivre la production en temps réel. L’analyse de la variation de production d’un champ d’éoliennes par différents organismes peut ainsi motiver la mise en place de tels systèmes sur d’autres territoires…

De nouvelles initiatives

Si l’exploitation des énergies renouvelables sur El Hierro est aujourd’hui exemplaire, les initiatives ne s’arrêtent pas là. En 2014, Alpido Armas, l’élu chargé d’administrer les différentes communes de l’île, confiait à France Info son désir de « développer un tourisme soutenable pour l’île avec le recyclage des déchets et le développement de l’agriculture biologique ». L’exploitation de la ressource naturelle d’énergie qu’est le soleil sera également mise en place : l’idée est de construire une ferme solaire destinée à l’alimentation des bornes de recharge pour les véhicules électriques. Plus de 5 000 véhicules électriques circulent aujourd’hui sur l’île : l’objectif est de convertir à l’électricité la totalité du parc automobile d’ici quelques années. El Hierro compte ainsi progresser à nouveau dans le secteur de l’énergie renouvelable, et faire du développement durable son nouvel exemple économique et technologique.

1 commentaire

  1. Le_bredin - 12 novembre 2015 à 22 h 49 min

    5000 véhicules électriques ? Le mieux serait que vous vous déplaciez sur l’île. La réalité : 3 bornes de recharge et 2 véhicules électriques !

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte