Câbles électriques : l’enjeu majeur de la sécurité incendie

: Le Règlement Produits de Construction qui s’applique aux câbles depuis le 10 juin 2016 porte des exigences pour ce qui relève de la réaction au feu. Quelles réponses apportent les industriels du câble sur ce sujet clé de la sécurité incendie ? Comment effectuer le choix des câbles en fonction du type de bâtiment et des risques qu’il présente ?

Sur le même sujet

Comportement au feu : une préoccupation des industriels depuis plus de vingt ans

Alors qu’en France un feu se déclare toutes les 2 minutes en moyenne, les câbles jouent un rôle essentiel dans la sécurité des bâtiments. Comme le souligne le colonel Éric Faure, président de la Fédération nationale des pompiers de France, la prise en compte de la nature des matériaux qui les composent, de leur résistance et réaction au feu permettent de mieux comprendre leur comportement en cas de sinistre, et les industriels du câble sont particulièrement impliqués dans cette démarche.
Les câbles sont d’ailleurs présents partout, de plusieurs centaines de mètres dans un logement, à plusieurs kilomètres pour un immeuble de grande hauteur, mais aussi dans les parkings ou les transports souterrains. Ainsi, ce sont plus de 1 000 kilomètres de câbles d’énergie, de commande et de communication qui sont installés entre les stations de métro Chatelet et Gare du Nord.
C’est donc un effort de longue haleine qui continue de mobiliser le Sycabel et les acteurs majeurs européens du câble afin de proposer des produits aux performances accrues, permettant de réduire la vitesse de propagation de l’incendie, de retarder ou limiter l’émission de fumées toxiques et l’opacité des fumées, mais aussi de réduire la production de gouttelettes et de débris enflammés et limiter l’acidité des gaz de combustion.

Les nouvelles obligations du RPC

Le règlement Produits de Construction (RPC) s’adresse au domaine de la construction, regroupant ainsi des familles de produits variées : tuiles, briques, poutres, fenêtres, portes et également… les câbles électriques et de communication.

« Il s’agit bien d’une obligation applicable partout en Europe, et, ce qui est clé, c’est qu’à compter du 1er juillet 2017, tous les câbles qui seront mis sur le marché dans chacun des pays européens devront être conformes à un niveau de performance minimum vis-à-vis de la réaction au feu, en utilisant un référentiel commun de classes de performance. Tous les câbles qui n’auront pas fait l’objet d’un test RPC ne pourront plus être commercialisés », explique Éric Develey, directeur marketing Europe de General Cable.
Ensuite, chaque pays décline sa propre mise en place en terme d’usage et niveaux d’exigences : en Espagne ce sera sous forme d’une norme en cours de préparation, en Italie il s’agira d’une loi s’appuyant sur la recommandation des câbleurs italiens, en Allemagne ce sera sous forme d’un guide.
D’un pays à l’autre, les divergences en terme de niveau de performance par usage ou type de bâtiment pourront être faibles : si l’on prend l’exemple d’un câble à performance améliorée au feu, en France on sera à Cca-s1, d1, a1 et en Espagne à Cca-s1b, d1 a1. Pour un industriel à dimension européenne, les câbles doivent pouvoir répondre aux classes les plus sévères et dans le cas présent Cs1b d1, a1.
« Ce qui est important, c’est que le langage – le référentiel technique avec des classes de câbles de Aca à Fca et des critères additionnels – devient commun à tous les pays et permet plus facilement de fournir le bon câble, au bon moment et au bon usage », poursuit l’expert.

Éric Develey, directeur marketing Europe de General Cable.

Éric Develey, directeur marketing Europe de General Cable.

« En France, un nouvel arrêté du 26 août 2016 définit des principes généraux, et le guide du Sycabel définit des niveaux de performance adaptés aux différents types de construction (ERP, IGH, locaux à risques, locaux d’habitation…) et suivant la nature de leur exploitation. » Ce guide s’adresse en priorité aux maîtres d’ouvrage privés et publics, aux bureaux d’études et de contrôle, aux architectes, mais aussi aux installateurs, aux distributeurs et aux importateurs, et permet d’apprécier le niveau de sécurité requis suivant les projets. Il est ainsi défini quatre niveaux :
Optimal (B2ca -s1a, d1, a1) pour répondre au risque incendie lorsque les conséquences (fumées, gaz) seraient les plus dramatiques.
Amélioré (C ca -s1, d1, a1) qui limite les dégagements de fumées opaques et toxiques.
Basique (D ca -s2, d2, a2) pour les câbles de communication à performance au feu basique, spécifiques par leur installation en « faisceaux ».
Basique (E ca) pour les câbles d’énergie à performance au feu basique, non propagateurs de la flamme

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire en remplissant les champs ci-contre ou utilisez votre compte